[avis de lecture] Dix – Marine Carteron

Ils sont dix. Sept adolescents et trois adultes, sélectionnés pour participer à un escape game littéraire et passer à la télévision en prime time. Direction : un manoir sur une île coupée du reste du monde. Un endroit si isolé que personne ne vous entendra crier, gémir ou appeler à l’aide. Et quand la mort décide de frapper les candidats un par un, une seule question : qui est le coupable ? un seul but : survivre !

Sortie : 20 Mars 2019
Editions du Rouergue (doAdo – Noir)

• • • • •

Je dois bien vous avouer que dès le départ, j’avais déjà quelques appréhensions sur ce livre : le titre, le résumé, et la couverture, tout m’a immédiatement et indéniablement fait penser aux livre Dix petits nègres, d’Agatha Christie…ça m’a un peu fait grincer des dents, car je trouve ça gonflé d’oser ainsi reprendre voire « se comparer » à cette œuvre qui est sans conteste le livre que j’ai le plus  lu et relu… C’est quand même toute une institution, ce roman.

Mais d’un autre côté, ça a malgré tout attisé ma curiosité…

Point de vue de l’écriture en tant que telle… Je sais que cela s’adresse principalement aux ados, et que par conséquent, le langage doit être probablement adapté – en théorie – mais je trouve cependant qu’il y a beaucoup de « vulgarité », surtout au début. Un langage familier est une chose, mais là, on est encore un cran au-dessus, et clairement, ça m’a dérangée; On voit  entend déjà bien assez de grossièretés dans la vie de tous les jours et sur les réseaux sociaux, sans devoir en plus en retrouver dans mes lectures.

Un flic qui avait été « démissionné » quelques mois auparavant. Un pourri avec tellement de casseroles au cul qu’il aurait pu fournir toutes les sélections de « Top Chef ».
[…]
« Reste plus qu’à retrouver ce connard… » pensa le commissaire.

Par rapport à l’histoire… On commence par découvrir les jeunes, les personnages principaux, un à un. On découvre leur passé, leurs habitudes, et ça, j’avoue que j’ai apprécié malgré tout. La psychologie des personnages, au début du livre, est bien abordée. On ne se contente pas de juste placer les personnages dans le décor. Et malgré tout, cela ne ralentit pas l’histoire, donc c’était bien joué.

Il est dommage par contre que passée cette entrée en matière, les personnages aient été un peu « abandonnés », au profit de l’action, et encore.

Les personnages sont, au départ, assez clichés :

Mais Tyron avait une autre explication. Pour lui, c’était la production de l’émission qui les avait choisis. « Pour leurs quotas, c’est le top : un obèse et une nana bien gaulée issus de la diversité, ça leur fait trois cases cochées d’un coup », avait-il ricané. Deborah avait grimacé devant tant de cynisme, pourtant, en découvrant le reste de l’équipe, elle avait dû reconnaître que son frère avait raison. « La bimbo blonde, la sportive, le beau gosse, le geek, l’obèse et la métisse… ce n’est plus un casting, c’est une caricature », avait constaté son frère en voyant débarquer les autres sur le quai de la gare.

Un point que j’ai apprécié, c’est que chaque personnage avait, relié à son histoire personnelle, un conte ou une légende. Les contes et légendes, c’est quelque chose que j’aime, donc que ce soit intégré de cette manière à l’histoire m’a fait plaisir…

Dans le livre, l’autrice évoque au final clairement le roman d’Agatha Christie, et le lien entre ces livres et la situation. Je trouve que cela ne sert à rien, que ça donne juste l’impression d’être là pour combler le vide de l’histoire. Car je pense que tout lecteur aura déjà fait, à ce moment du livre, tous les recoupements possibles…

Par contre, dans les histoires des personnages, j’ai trouvé qu’on se serait cru dans un épisode de 13 raisons, de Jay Asher : Une tentative bien maladroite d’aborder des thèmes sensibles comme le harcèlement, le viol, etc… chez les jeunes. Mais là encore, abordé d’une manière qui donnait un arrière-goût de réchauffé et de déjà vu, il n’y avait rien de novateur dans la manière de les aborder, c’est dommage.

Ce qui m’avait poussé malgré tout à lire ce livre au-delà de mes a priori, c’est le côté téléréalité qui était mis en avant dans le résumé. C’est quelque chose qui attire vraiment dans les romans, voir comment l’influence des nouveaux médias (téléréalité, internet, réseaux sociaux) est abordée. Mais là, j’ai vraiment trouvé cet élément sous exploité, quasi inexistant au final.
(L’expérience des jeunes est présentée, au départ, comme un escape game littéraire… alors oui, au final, ce n’est pas du tout l’objet de leur « voyage », mais je trouve que cela aurait pu quand même rester un peu plus présent pour le côté téléréalité)

Je trouve qu’au-delà de l’inspiration plus que dérangeante à mes yeux, le livre n’a pas su capter mon attention et mon intérêt plus que ça. J’ai trouvé que c’était assez bizarre : à la fois, il y a de nombreux rebondissements qui auraient pu, du coup, être un plus, mais au final, ils s’enchaînent tellement rapidement qu’on n’a pas le temps d’en profiter, qu’on passe beaucoup trop peu de temps sur chaque « scène », que rien n’est approfondi…c’est vraiment dommage.

Car du coup, on n’a pas le temps de s’imprégner de l’ambiance d’une scène, d’un meurtre, que l’on passe déjà au suivant… un peu comme si l’autrice avait un train à prendre et devait se dépêcher de finir pour rendre son manuscrit dans un délai trop court… C’est vraiment l’impression que cela m’a donné : que le livre a été publié par erreur, qu’on est face à une ébauche qui n’était pas destinée à la publication car non aboutie.
L’ambiance se voudrait oppressante et angoissante dans ce genre livre, mais là, je ne l’ai pas ressentie à cause de la rapidité des enchaînements.

De même, la fin est hyper prévisible et sans surprise. J’aurais aimé au vu du reste être époustouflée, émerveillée par un rebondissement hors du commun, ne rien voir venir… mais bon.

Et alors, la chose qui m’a un peu mise hors de moi : à un moment, je me suis dit que le pseudo hommage à Agatha Christie avait peut-être pour « vocation » de donner envie aux jeunes de lire l’œuvre originale,
Mais si tel était le cas, il faudra vraiment qu’on m’explique pourquoi l’autrice vient ici complètement spoiler le roman d’Agatha Christie ! Si les jeunes avaient pu être tentés par le roman de cette grande dame du crime grâce à cette pâle copie, eh bien cet engouement retombera comme un soufflé au moment où un élément clé de l’intrigue des Dix petits nègres leur sera révélée ! Non mais sérieusement ? …

On est donc, selon moi, face à un roman bâclé, une pâle tentative d’inspiration des Dix petits nègres qui ne donne au final qu’un résultat grotesque et plein de clichés inutiles.  Le tout donne une histoire réchauffée, non aboutie et sans surprise.

C’est donc une énorme déception pour moi. Même si j’avais quelques appréhensions, je crois que c’est encore bien en dessous de ce qu’avais imaginé je ne vois vraiment pas l’intérêt de ce roman…

 

Auteur : Hylyirio

Littérature (Thriller-Horreur), Gaming (Switch, PS4, horreur et jeux fun et colorés), Photographie, Ciné-Séries (Thriller-Horreur)

Une réflexion sur « [avis de lecture] Dix – Marine Carteron »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s