[avis de lecture] Pièces détachées – Phoebe Morgan

Londres, janvier 2017. Corinne semble mener une vie sans souci. Pourtant, la jeune femme a déjà eu recours à trois tentatives de fécondation in vitro – sans succès. Mais cette quatrième fois, elle en est sûre, est la bonne. Sa dernière chance d’avoir un bébé.
Quand, un beau matin, elle découvre une étrange pièce de bois sur le pas de sa porte, elle y voit un signe du destin. Car cette petite cheminée appartenait à la maison de poupée que son père – mort il y a tout juste un an – avait fabriquée pour elle et sa sœur quand elles étaient enfants.
Puis, d’autres éléments de cette maison de poupée réapparaissent bientôt. Sur son bureau, dans sa cuisine….Elle prend peur. Qui s’introduit chez elle ? Qui l’espionne ? Et, surtout, pourquoi ?

• • • • •

sortie le 11 juin 2020
Editions L’Archipel
Lu en partenariat avec la maison d’édition via LP Conseils

• • • • •

Oh la la, que ce livre me tentait, que ce soit par son titre, sa couverture ou son résumé… Dès que je l’ai vu dans les sorties annoncées, j’ai eu envie de le lire.

On est dans un thriller psychologique, ce que j’aime beaucoup… vous savez que c’est vraiment le genre de romans qui a ma préférence…
Vous le savez, les histoires de famille, où le passé semble resurgir pour venir tout chambouler sur son passage, j’aime assez ça… donc ce livre me tentait vraiment beaucoup et j’en attendait énormément.

J’ai beaucoup aimé le thème de la maison de poupées et tout ce qu’il représente dans le roman… C’est une idée bien trouvée, et qui colle bien à l’histoire.

Je trouve que la manière dont les choses nous sont racontées, cela permet de vraiment entrer dans l’histoire, et personnellement, j’ai été complètement happée par le récit, et je le vivais au travers du regard des deux sœurs. C’est vraiment ce qui fait que les thrillers psychologiques ont ma préférence. La manière dont les personnages sont abordés, exploités, fait qu’on a tendance à plus s’y raccrocher et donc, mieux être liés à eux et à l’histoire.

On est donc, je l’ai dit,  face à deux sœurs :

  • Ashley est mère de famille assez classique à la base, mère de trois enfants, dont une en pleine crise d’ado, et un petit dernier qui ne fait pas encore ses nuits… Un mari qui est de plus en plus souvent absent pour des raisons douteuses, … sa vie l’épuise, à juste titre.
  • Corinne est quant à elle assez « révoltée », elle est en mal d’enfant, et a donc tendance à en vouloir à toutes ces femmes qui ont eu la chance qu’elle n’a pas de devenir mère. Elle vit entre espoir, angoisse et déception au fil de ses FIV, de douleur aussi, tant physique que morale, face à cette situation et ce manque. Son personnage m’a beaucoup touchée.

Point de vue de la narration on alterne entre trois narrateurs, Ashley et sa sœur Corinne, qui malgré leur lien familial, sont vraiment très différentes l’une de l’autres. Et ponctuellement Dominique, le conjoint de Corinne.
Ce que j’ai beaucoup apprécié, c’est qu’on a une alternance de point de vue, mais aussi d’époques… outre les récits des deux sœurs, on a également des flashbacks, que l’on peut prendre au départ pour des souvenirs de l’une des deux, mais est-ce vraiment bien le cas ? Le roman, au fil des pages, nous en apprend plus sur ce point. Et le lien entre ces flashbacks et le présent m’a bien surprise, pour le coup.

Tout au long de l’histoire, le suspense est palpable, la tension monte, quand on arrive à la fin d’un chapitre, on en redemande encore, on a envie d’en savoir plus… On veut savoir la suite pour dissiper (ou pas) cette angoisse que l’histoire a su susciter en nous.

Le rythme du roman est assez divisé : des parties avec un rythme assez soutenu, et cela renforce cette sensation oppressante, mais à côté de ça, des moments plus calmes, plus longs, plus « ennuyeux », qui font que malheureusement la tension diminuait un peu et que j’étais dans l’attente de la reprise du cours normal du suspense. C’est vraiment mon gros bémol sur ce livre, certaines longueurs ennuyeuses et qui ralentissaient un peu la montée d’adrénaline…

Heureusement la seconde moitié du livre présente moins de temps

La fin du livre est surprenante, dans les cinquante ou soixante dernières pages, je dirais. Là au contraire, pas de temps morts, les choses s’enchaînent et sont bien là pour nous surprendre… en théorie, car le twist final était finalement assez prévisible. C’est dommage, car j’aime quand la révélation finale me fait tomber à la renverse, où je n’ai rien vu venir et que je vois que l’auteur m’a bien baladé… ici, ce n’est malheureusement pas le cas.
On va dire que la fin est sympathique, mais sans plus… Il n’y a rien de phénoménal qui fait que ce livre marquera plus que ça les esprits…

Je suis donc mitigée sur ce roman… une bonne histoire à la base, que j’ai beaucoup appréciée, mais quelques longueurs et pas une fin de ouf.
Ça  se lit vite et facilement, notamment avec l’attachement aux deux sœurs qui permet de bien entrer dans l’histoire.

Je pense que c’est le livre idéal pour l’été, pour une lecture sympa pour passer un bon moment lecture, tout en sachant qu’on ne gardera pas, malheureusement, un souvenir inoubliable de ce roman.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s