[Avis de lecture] Un enfer scolaire + Parle , de Mathieu Mériot

Un enfer scolaire : En feuilletant ce livre vous allez découvrir mon histoire concernant le harcèlement scolaire. Pendant des années, j’ai subi des coups et des moqueries. Aujourd’hui, j’écris ce témoignage pour pouvoir aider et sensibiliser un maximum de personnes face à ce fléau, touchant 1 élève sur 10 en France.
*
Parle : De la maternelle à la quatrième, je subis coups, blessures, rumeurs, insultes, humiliations, et souffrances quotidiennes. Je vis dans la peur et dans la honte constamment. Je me débat comme je peux pour survivre à cet enfer et frôle plusieurs fois le suicide. Mais un jour, je trouve enfin la passion qui me permettra de sortir de tout ça : l’écriture. Dans ce livre, je raconte le harcèlement scolaire dont j’ai été victime au cours de ma scolarité. Un livre unique qui vous entraînera au coeur de la spirale du harcèlement scolaire.

• • • • •
Auto-édition
Note personnelle : ★ ★ ☆ ☆ ☆

• • • • •

J’ai mis beaucoup de temps avant de réussir à faire cette chronique. J’ai beaucoup hésité car je n’avais pas envie de blesser l’auteur et qu’il est difficile de juger un témoignage surtout sur un tel sujet : le harcèlement scolaire.
Mais après tout, le but de ce blog est de partager mon avis sur mes lectures, et sur des sujets qui me touchent, j’ai donc eu envie de le faire malgré tout…
Ma chronique concerne les deux livres, car mes remarques et mon avis sont les mêmes pour les deux ouvrages…

Pour remettre les choses en place, j’ai moi-même été victime de harcèlement et mauvais traitements de la part de mes « camarades de classes » entre mes 11 ans et mes 13-14 ans environ. Parce que quand on a sauté une classe et demie et qu’on se retrouve beaucoup plus jeune que les autres de sa classe, qu’on est petite, (très) ronde, qu’on n’a pas des vêtements et accessoires de grandes marques, et qu’on est déjà pas sûre de soi, les autres ont vite fait de faire de vous leur bouc émissaire et que si au départ, ce ne sont que des mots méchants lancés ça et là, de simples moqueries, cela passe rapidement aux insultes, aux coups de poings dans le dos dans les rangs, aux coups de pieds dans la cour de récré ou dans les cours de gym, aux cours saccagés, livres volés, aux sales coups pour vous faire avoir des ennuis… et vous donner envie de disparaître du paysage définitivement.
Donc le harcèlement scolaire, je sais ce que c’est, ce que cela fait, et à quel point ça peut briser. J’ai 40 ans aujourd’hui et je n’ai toujours pas acquis la confiance en moi que j’aimerais avoir…
Tout ce qui touche au harcèlement scolaire  est quelque chose qui m’interpelle et me touche énormément – livres, témoignages, films, séries, documentaires – … c’est pour cette raison que j’ai eu envie de lire ces ouvrages.

On va commencer par les choses les plus objectives…
Point de vue de la forme, on peut retrouver différentes choses qui m’ont dérangées.
Premièrement, des phrases mal construites, parfois assez compliquées à comprendre du premier coup. J’ai eu envie de passer outre pour m’attacher sur le fond mais cela rend quand même la lecture pénible par moment.
Je trouve également que c’est parfois assez décousu dans la chronologie, et là aussi, cela m’a dérangée. Passer d’une période à une autre, sans une réelle logique, faire des aller-retours incohérents, je n’aime pas ça du tout. L’usage des temps est illogique et parfois d’inadapté, dans une même phrase.

Je pense qu’il y a eu trop peu de travail de correction sur ces 2 livres.
L’auto-édition n’est pas, pour moi, une excuse. Je suis certaine que 2 ou 3 relectures – par des personnes autres que des membres de l’entourage, pas toujours objectifs – auraient été plus que bénéfiques.

Point de vue du fond, le prologue est le même dans les 2 ouvrages, je n’ai pas trop compris l’intérêt, surtout que les livres sont déjà hyper courts.
Dans ce prologue, l’auteur nous dit écrire pour d’une part briser son silence, mais celui des autres également. Je trouve que cela peut-être bénéfique dans l’absolu, mais pour moi ce genre de livre doit également être un booster pour les autres, les encourager à parler, se libérer,…
Je n’ai pas retrouvé ce côté vraiment exploité dans ces 2 ouvrages.

Après, l’auteur est né en 1999, … Et n’a pour moi peut-être pas là le recul et la maturité nécessaires. Je ne remets absolument pas en doute le harcèlement subi, la torture mentale et physique engendrées, le menant parfois jusqu’à la scarification. Mais je pense qu’il n’a pas encore assez guéri ou mûri face à cela que pour que pouvoir en parler de manière constructive.

Je n’ai en effet pas toujours trouvé ses réactions, ses agissements et ses raisonnements logiques.
Par exemple, il explique avoir harcelé de messages un autre jeune. Mais quand on est soi-même harcelé, on sait ce que cela fait, cette oppression constante, on a pas spécialement envie de le faire subir aux autres.
De même, sachant combien les mots peuvent être blessants, il avoue avoir insulté – et pas qu’un peu – sa meilleure amie plus d’une fois!

Ce qui fait que c’est de livre m’a mis très mal à l’aise, et a renforcé mon impression de manque de maturité de l’auteur, c’est que lui-même se montre méprisant et insultant avec les autres dans son livre, qui plutôt que d’être un témoignage pour aider les autres à briser le silence et s’en sortir, prend des allures de journal intime gavé de haine et de mépris

« A l’époque, la harceleuse fut punie, mais elle continua, comme si elle voulait être virée du collège. Remarque, cela m’étonnerait qu’elle fasse quelque chose de ses dix doigts un jour… »

Il porte des jugements et insulte publiquement des anciens camarades de classe, des enseignants ou autres.

« La jeune fille et moi étions les meilleurs amis à une époque, mais, il a fallu qu’un « poids lourd » dise n’importe quoi, comme si elle n’avait pas autre chose à faire… En plus, je peux dire que c’est un « poids lourd », car cette fille était « grosse », pour ne pas dire « obèse » … Je ne sais pas ce que cette fille voulait, elle me harcelait et m’insultait de : « pervers ». Elle n’arrêtait pas de dire à cette fille des choses étranges. Elle disait : « C’est qu’un sale pervers. », « Tu ne te laves pas. » Enfin, des trucs aussi débiles qu’elle. »

Comment peut-on écrire un livre sur le harcèlement scolaire, sur la douleur induite par les jugements, insultes et autres, et faire exactement la même chose de manière ouverte dans son livre ?

Comment, en ayant souffert de ça, peut-on avoir envie de rabaisser les gens de cette manière ?
Je trouve cela tellement contradictoire ! Illogique !
Il traite ainsi clairement une personne de « grosse vache » à plusieurs reprises, et une autre supposée être une amie si je me souviens bien, de « débile » ,…

« Je pense que je n’étais pas loin de faire une dépression, quand je me suis fait harceler par cette fille qui ne vaut rien. »

Personnellement, ça me choque et prouve l’immaturité de la personne. Humilier les autres en public, que ce soit au travers d’un livre ou en « vrai », ça n’a jamais été quelque chose de bénéfique. Cette manière de faire m’a vraiment posé problème…

« C’est lamentable d’avoir fait des gamins aussi méchants et qui plus est font du mal aux autres, ils ne devraient pas exister… »

Le harcèlement et la violence ne devrait pas exister, là, je suis entièrement d’accord avec ça… mais c’est à dissocier des êtres qui les infligent.
Qui a le droit de dire d’une autre personne  ne devrait pas exister?
Venir dire qu’une personne ne fera jamais rien de ses dix doigts, qu’une fille « ne vaut rien », c’est une attitude de harceleur, de pervers narcissique, de personne qui ne s’assume pas peut-être, et veut diminuer les autres pour se sentir mieux, mais cela ne devrait pas être celle d’une victime dans un livre supposé parler du calvaire du harcèlement. Là, pour moi, il se met à leur niveau…

Vouloir blesser et insulter les autres pour se sentir mieux est une chose. Mais cela n’a pas sa place dans ce genre de livres !

Il est dommage qu’il soit toujours dans le jugement, dans l’agressivité, je voulais lire un témoignage, un livre à vertus positives pour aider les autres,  un livre qui fait passer un message positif et utile, et pas un règlement de compte public !
Je peux comprendre la frustration, la colère ressentie, mais je trouve la manière de l’exprimer malaisante, cela s’apparente pour moi à une agression, tant des personnes visées que du lecteur qui y assiste. Il se met dans la même position que cette personne qu’il montre du doigt… Presque.

Ce qui m’a aussi posé problème, c’est qu’il remette la faute sur l’éducation donnée par les parents et l’enseignement. Non… 2 enfants peuvent avoir la même éducation, par les mêmes parents, et un être une bonne personne et l’autre un harceleur. Un pourra être harceleur et l’autre harcelé. Ce serait comme venir remettre en cause l’éducation que ses propres parents lui ont donné, sous prétexte qu’il ne lui ont pas appris à se défendre tout seul… Ce serait stupide comme raisonnement, et l’inverse les tout autant…

« Mais, vous ne comprenez pas vous les adultes à quel point j’ai besoin de votre aide. Vous êtes les seuls à pouvoir me sortir de l’enfer scolaire dont je suis victime et vous, vous dormez sur vos deux oreilles tranquillement sans vous soucier de rien. Vous êtes aussi monstrueux et égoïstes que les harceleurs. Je ne sais pas comment vous faites pour vous regarder dans un miroir. »

À le lire, tout le monde est responsable de son harcèlement. Tant les professeurs, que les surveillants, les autres élèves, tous les adultes en général… On ne peut pas reprocher aux autres de ne pas voir ce que l’on passe notre temps à leur cacher ! Si on ne parle des soucis à personne, si on fait tout ce qu’on peut pour leur cacher, on ne peut pas reprocher aux gens de ne pas avoir deviné…  On ne peut pas les traiter d’égoïstes sur cette base, je suis désolée. Le message qu’il fait passer n’est pour moi pas le bon…

En bref

Je suis déçue par cette lecture, vous l’aurez compris. 
Outre le manque de travail sur la forme (tant point de vue grammaire que chronologie), le fond est très malaisant car il transpire le manque de maturité, de réflexion et a plus des allures de journal intime, de défouloir… Cela n’a, pour moi, pas sa place dans ce genre de livres destiné, selon moi, à aider les autres harcelés à parler et s’en sortir.
Je pense que l’auteur a encore beaucoup de travail à faire tant sur ses ouvrages que sur lui-même, pour bien faire passer le message qu’il veut transmettre. 

Auteur : Hylyirio

Littérature (Thriller-Horreur), Gaming (Switch, PS4, horreur et jeux fun et colorés), Photographie, Ciné-Séries (Thriller-Horreur)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s