Gardez l’oeil ouvert, tome 1 : 15 histoires de disparitions mystérieuses, de Victoria Charlton

La youtubeuse Victoria Charlton, connue pour ses vidéos consacrées au True Crime, nous entraîne sur la piste des 15 disparitions les plus énigmatiques des 100 dernières années, de la France aux États-Unis, en passant par le Québec. Reconstitution des faits, décryptage des éléments de l’enquête, anecdotes de recherche et théories personnelles: Victoria propose des récits haletants, empreints de suspense et d’émotions. Qui sait, peut-être avez-vous déjà croisé Johnny, Timmothy, Laureen ou Diane? Une chose est sûre: après avoir refermé ce livre, vous penserez toujours à garder l’œil ouvert. Parce que toute personne disparue mérite d’être retrouvée.

Editions De l’homme
  240 pages | ISBN : 9782761953108
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Pour voir mon avis en vidéo, un petit clic sur la miniature 🙂 

 

• • • • •

Les histoires de disparitions, principalement d’enfants et ados, font partie des choses qui m’ont toujours interpelées. D’une part parce que j’avais à peine une dizaine d’années quand une fillette que je croisais tous les jours dans le bus avec son frère a disparu, et qu’on apprendra des années plus tard qu’elle avait malheureusement croisé la route de Michel Fourniret…et que cela m’a profondément touchée et a eu beaucoup d’influence sur mon enfance car clairement, c’est là que les parents ont commencé à avoir peur de laisser leurs enfants sortir seuls le soir, …
Et que dans mon adolescence, une autre histoire tout aussi tragique viendra à nouveau m’interpeller et voir le monde d’un autre point de vie, il s’agit de la disparition de Julie Lejeune et Mélissa Russo, levant ainsi le voile sur la tristement célèbre affaire Dutroux. Au moment de cette double disparition, mes deux petites cousines avaient un âge proche des deux fillettes disparues, et ça m’a glacé le sang. Leur père – mon oncle donc – c’est beaucoup investi dans la cause, a participé à beaucoup d’actions avec les familles des victimes, entre autres…. En collaborant dans la fondation Child Focus, créée par Jean-Denis Lejeune, le papa de la petite Julie.

Pour ceux qui ne connaissent pas, Child focus est une fondation créée en 1998 et qui a pour vocation de lutter contre les cas de disparition de mineurs (notamment par la diffusion rapide et massive d’avis de recherche) ou d’exploitation sexuelle.

Et je ne pense pas l’avoir dit un jour à mon oncle, mais je l’admirais pour ça. Je pense que c’est lui qui m’a insufflé, sans le savoir, cette envie de me battre pour mes convictions et les choses qui me tiennent à cœur.
Bref, tout ça pour vous expliquer pourquoi les histoires de disparitions, et plus particulièrement d’enfants et ados, me tiennent à cœur et me touchent beaucoup.

Je viens de ce fait aujourd’hui vous parler d’un livre qui me tient particulièrement à coeur… d’une part parce qu’il est écrit par une youtubeuse que j’apprécie énormément, et d’autre part car j’adore la manière d’appréhender le sujet qu’à cette personne.

Nous sommes dont ici dans le « true crime », dans des histoires de disparition, dont les personnes n’ont toujours pas été retrouvées. Et la raison – entre autres – pour laquelle ces histoires lui tenaient à cœur et qu’elle voulait en parler, c’est dans l’espoir qu’une issue puisse être trouvée, que pour certaines d’entre elles, peut être, à les remettre dans les mémoires, quelqu’un se souvienne de quelque chose, la personne réapparaisse, ou que – dans le pire des cas – les familles puissent faire leur deuil correctement.
Parce qu’il n’y a rien de pire que de rester dans l’ignorance de ce qu’est devenue la personne que l’on aime, que ce soit un conjoint, un parent, un enfant, …

« Merci à vous qui avez acheté ce livre. Que ce soit en ligne, dans une pharmacie, dans un aéroport… Que vous l’ayez emprunté à un ami, loué à la bibliothèque ou trouvé dans une librairie usagée… Si vous en avez feuilleté les premières pages, j’ai déjà atteint mon objectif: donner de la visibilité à des histoires oubliées. »

Rien que cette introduction me plait… car comme Victoria Charlton le fait avec brio sur sa chaîne, elle met les points sur les i et j’aime sa philosophie : peu importe les conditions dans lesquelles on est amenés à lire son livre, l’important, c’est qu’on en parle, et surtout, que l’on parle de ces histoires tragiques, de ces destins brisés, pour ne pas qu’ils tombent dans l’oubli.

« Ce livre, je l’ai écrit pour rendre hommage aux personnes disparues. À ces victimes qu’on a tendance à oublier trop rapidement. Leur histoire tragique fait les manchettes des journaux pendant quelques jours et, très vite, on passe à un autre fait divers aussi terrible que le précédent. Je veux changer ça. »

Et finalement, ce livre est en totale adéquation avec son objectif et avec sa chaîne : remettre ces histoires sur le devant de la scène pour que peut être, en gardant l’œil ouvert, quelqu’un se souvienne, et remarque un élément pouvant permettre de faire la lumière sur ces disparitions encore non résolues.

Autant vous le dire directement, et je pense que vous l’aurez compris, j’ai vraiment adoré cette lecture… C’est un énorme coup de coeur pour moi. 

Ce que j’aime, c’est qu’elle ne se contente pas de relater les histoires… On voit tout le travail de recherches dans tous les médias disponibles pour comparer les sources et avoir le plus d’informations possibles…
Mais il y a aussi des passages plus personnels, dans lesquels elle nous note ce qui l’a interpellée, ce qui lui semble étrange, les questions qu’elle se pose sur l’histoire, les pistes de réflexions qu’elle s’est mises, etc

« À MES YEUX… Cette disparition passionne tous les adeptes de True Crime puisqu’il y a plusieurs indices qui sont certes étranges, mais surtout très perturbants. Néanmoins, je dirais que malgré la popularité de cette affaire aujourd’hui, il est fâchant de constater le peu de couverture médiatique qu’on lui a donné à l’époque. Plusieurs informations importantes sont manquantes et quelques détails semblent flous. Par exemple, les ampoules de l’immeuble ont été dévissées. Est-ce qu’elles étaient complètement retirées, ou légèrement dévissées? Est-ce que des empreintes digitales ont été prélevées sur les ampoules en question? Est-ce un indice important ou seulement une coïncidence? Autre exemple, nous savons que Laureen a une sœur puisque les articles mentionnent plus tard des appels mystérieux reçus par Judith et la sœur de Laureen mais à aucun moment on ne donne plus de détails. Est-ce que c’est une demi-sœur? Quel âge a-t-elle? Où était-elle la soirée du 26 avril? »

C’est vraiment très intéressant et très enrichissant cette manière d’appréhender ces disparitions.

Avec l’accord de l’auteur, je vous livre les premières lignes d’une des histoires qui m’a particulièrement touchée…

"Timmothy Pitzen – Est-il réellement en sécurité?
Tous les jours, en sortant du travail, James Pitzen se rend en voiture jusqu’à l’école de son fils Timmothy pour aller le chercher. Le 11 mai 2011, comme toujours, James arrive à l’école primaire Greenman en espérant y voir son fils en train de jouer avec ses amis. Mais en entrant dans l’établissement, il ne voit Timmy nulle part. Il demande à Cheryl, l’éducatrice, si Timmothy est aux toilettes. Légèrement étonnée, Cheryl lui répond: «Eh bien, non, il n’est pas là.
— Que veux-tu dire par: il n’est pas là? Où est-il?» Cheryl lui apprend qu’Amy, sa femme, est venue chercher Tim à 8 h 15 le matin même, quelques minutes seulement après que James l’eut déposé. Inquiet, James appelle sa femme à plusieurs reprises. Pourquoi Amy a-t-elle retiré leur fils de l’école ce matin? Pourquoi ne l’a-t-elle pas prévenu? Le téléphone sonne dans le vide. Aucune réponse. James retourne à la maison: personne. Il décide d’attendre une heure ou deux, pensant probablement qu’ils reviendront pour l’heure du souper. Mais plus tard dans la soirée, il téléphone à la police pour rapporter la disparition de sa femme, Amy Joan Marie Fry-Pitzen, et leur fils, Timmothy James Pitzen. James ignore que sa femme et son fils ont déjà quitté la ville. Amy s’est rendue à Gurnee, en Illinois, à plus d’une heure de route de la maison. Ce n’est que le début du voyage mystérieux qu’elle entreprendra avant de mourir."

Je ne peux m’empêcher de me dire que ce doit être horrible pour ce père de famille de ne pas savoir si son fils est réellement en sécurité, dans une famille aimante, ou si sa femme l’a tué avant sa propre mort.

Point de vue écriture, Victoria nous livre ces histoires dans un style naturel, simple, comme elle les raconterait à une amie ou autre. C’est vraiment une chose agréable, car quand on est habitués à ses vidéos, on retrouve vraiment sa personnalité et son énergie dans son livre.

Une histoire qui m’a beaucoup interpellée aussi est celle de la famille Méchinaud, cette famille de 4 personnes qui disparait entre le domicile de leurs amis et leur propre domicile, pourtant pas si éloigné que ça… 50 ans plus tard, on ne sait toujours pas ce qui s’est passé.

Comme le fait remarquer Victoria, il est à la fois fascinant et effrayant de voir à quel point en moins de 10 minutes parfois, la vie d’autant de personnes peut basculer…

« C’est facile de voir ces histoires comme des mystères, des histoires d’horreur, des énigmes à résoudre… Mais il ne faut jamais oublier de prendre un peu de recul et de voir ces drames d’un autre œil. Ce sont de vraies victimes qui méritent qu’on leur dédie un chapitre, une pensée, une prière même. »

J’aime tellement cette sensibilité dont elle fait preuve !

Pour être honnête avec vous, j’ai commencé à m’intéresser aux true crimes et aux histoires de disparitions avec les livres de Pierre Bellemare. C’est d’ailleurs un attrait que nous avons en commun avec mon conjoint. Mais Pierre Bellemare était un conteur. Il donnait les faits en leur conférant un ton dramatique et le plus neutre possible, et je dois avouer qu’à force, ça m’a comme lassée.

Mais ici, Victoria Charlton nous raconte les choses certes avec les faits, objectivement, mais en y ajoutant son œil extérieur, ses questionnements, sa sensibilité et ça, ça fait toute la différence.

J’aime la manière dont elle nous livre l’envers du décor, la manière dont elle a découvert telle ou telle histoire, les recherches qu’elle a faites, les archives consultées, ou le mal qu’elle a eu de trouver des infos sur une affaire. Elle joue la transparence, et j’aime ça.

Et c’est quelque chose qui m’a fortement interpellée, dans beaucoup des affaires évoquées : le manque d’informations disponibles… Comment est-il possible qu’une personne, voire toute une famille, disparaisse et que les médias en parlent si peu? Ou comment des informations basiques telles que l’emploi d’une disparue ne soient pas vérifiables car les données se contredisent totalement selon les sources?
Et comment des éléments parfois très importants semblent avoir été laissés complètement de côté par les enquêteurs?
Alors oui, vous me direz qu’avec le recul, c’est facile de dire ça, mais pour certains éléments, je peux vous dire que c’est vraiment très interpellant.

Elle a même poussé ses investigations en prenant contact avec la famille de certaines personnes disparues, et cela prouve à mes yeux à quel point ces histoires lui tiennent réellement à cœur. Qu’au-delà de l’histoire, elle s’intéresse aux personnes, et c’est tout à son honneur.

Elle aborde également les choses en nous présentant des réalités, souvent tristes… comme le fait que l’on parle moins de la disparition de certains « types » de personnes, notamment des personnes âgées.

« Rose Jewett – Ces disparitions dont on ne parle jamais On s’intéresse beaucoup aux disparitions d’enfants, pour plusieurs raisons, notamment la vulnérabilité et l’innocence de ceux-ci. Lorsqu’on entend parler d’une histoire comme celle de la petite Marion Wagon ou d’Ariel Kouakou, on pense souvent à ses propres enfants. C’est le cauchemar de tous les parents. Les disparitions d’enfants sont ainsi largement médiatisées et prioritaires pour les policiers et le public. Mais que se passe-t-il quand c’est une personne âgée qui disparaît? Bien souvent, ces gens sont aussi vulnérables et sans défense que de jeunes enfants. Alors, pourquoi semblent-ils être moins importants? »

 

« Selon CNN, en Chine, plus de 1300 personnes âgées disparaissent chaque jour!
[…]
Aux États-Unis, le Silver Alert a été mis en place, une alerte semblable à l’alerte Amber, mais pour les disparitions de personnes âgées. Au Québec, avec la population vieillissante, François Legault, de la CAQ, a également parlé d’instaurer ce système d’alerte dans la province. « 

Ces chiffres sont tellement affolants ! Ils font froid dans le dos. Je ne m’imagine pas le jour où on m’appellerait pour me dire que ma mère a disparu dans la nature…
C’est pourquoi l’histoire de la disparition de Mme Rose Jewett, vieille dame de 95 ans, disparue en plein camping avec sa famille, m’a tant émue… mais je vous laisserai la découvrir.

Si vous avez déjà regardé de ses vidéos (et si pas, vous attendez quoi pour la découvrir?), vous allez probablement comprendre ce que je veux dire : en lisant son livre, je l’entendais me raconter l’histoire au creu de l’oreille… Non non, je vous rassure, je ne suis pas folle … Mais au fil de ma lecture, j’entendais sa voix et son accent chantant… et j’avais l’impression que c’était elle qui me la racontait. Pourquoi? Tout simplement parce que ce livre lui ressemble… Elle aborde et nous restitue ces histoires avec la même simplicité et la même passion que celles dont elle fait preuve dans ces vidéos.
Et c’est vraiment plaisant.

En bref, j’ai un gros coup de cœur pour ce livre, autant que j’en ai eu un pour les vidéo de Victoria…
Des true story qui nous sont livrées non pas par voyeurisme, mais par devoir de mémoire, et par espoir qu’un jour, quelqu’un, quelque part, se souvienne et ait des réponses à toutes ces questions restées en suspend dans ces histoires tragiques.

Toutes ces histoires m’ont serré le cœur. Se dire que le destin d’une personne, peut ainsi basculer d’une minute à l’autre….  Qu’une famille peut être dépeuplée ainsi d’un de ces membres sans jamais connaître la vérité, je trouve ça tellement triste, tellement atroce.

Un livre que je vous conseille à 200% …
Il me tarde de pouvoir me procurer le tome 2 pour le découvrir également. 

Ce que j’ai aussi beaucoup apprécié, ce sont les petites anecdotes liées de près ou de loin avec l’histoire qu’elle nous livre… comme l’histoire derrière la chanson/le clip de la chanson de Soul Asylum, Runaway train. J’ai écouté cette chanson en boucle depuis des années, elle est toujours dans ma playlist sur spotify et  je l’avais sur un cd de chansons « romantiques » que j’avais eu étant ado, et j’avoue que je ne m’étais jamais penchée sur le clip, ou sur les paroles réelles, plus en profondeur… je ne sais pas pourquoi, cette chanson me serrait toujours le cœur… Et je peux vous dire qu’avec le livre de Victoria, je n’écouterai plus jamais de la même façon, et elle me serre encore plus le cœur.

« Dans les années 1990, environ trois ans après la disparition de Chris, le groupe de musique Soul Asylum, du Minnesota, a sorti une chanson nommée Runaway Train. Dans le vidéoclip de cette chanson, plusieurs photos d’enfants disparus sont montrées au public dans le but d’aider à faire avancer ces cold cases. « Runaway train never going back Wrong way on a one way track Seems like I should be getting somewhere Somehow, I’m neither here nor there. »
Et à un moment, environ une minute avant la fin de la chanson, le visage de Chris apparaît. »

Voici ce qui apparaît dans le clip, et l’avis de recherche avec le vieillissement potentiel de Christopher Kerze

Je vous mets également le lien vers la dernière vidéo de Victoria et quelques unes de ses vidéos que j’ai particulièrement apprécié:

Je vous laisse  tous les liens de réseaux sociaux de Victoria Charlton :

Auteur : Hylyirio

Littérature (Thriller-Horreur), Gaming (Switch, PS4, horreur et jeux fun et colorés), Photographie, Ciné-Séries (Thriller-Horreur)

Une réflexion sur « Gardez l’oeil ouvert, tome 1 : 15 histoires de disparitions mystérieuses, de Victoria Charlton »

  1. Merci pour la présentation de ce livre. Je suis toujours horrifiée lorsque j’entends des histoires de disparition, notamment celles concernant des enfants. J’ai moi aussi une anecdote par rapport à cela: En 1991, une fillette du même âge que moi a été enlevée dans ma région (Alsace)… Elle sera malheureusement retrouvée assassinée des mois plus tard et on ne saura jamais qui a fait cela. Il s’avère qu’elle était de la même famille que mon parrain et, sans jamais l’avoir connue, je pensais pourtant souvent à elle avec tristesse et effroi. Je comprends tout à fait ton ressenti par rapport à ce que tu as vécu, cela développe une sorte de sensibilité accrue et un intérêt pour ce genre d’affaires. Merci encore pour toutes les revues passionnantes sur tes lectures, j’aime beaucoup te suivre sur youtube !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :