Ils sont passés à l’acte, de Liv

Un père de famille aimant assassine ses deux filles, un brillant étudiant dévore sa petite amie, une adolescente révoltée fait exécuter ses parents, un groupe de collégiennes met à mort l’une d’entre elles… Résolues ou irrésolues, françaises ou internationales, cet ouvrage fait le récit glaçant de 13 affaires criminelles hors du commun vues de l’intérieur.
Meurtre, cannibalisme, viol, séquestration… Que se passe-t-il dans la tête du tueur et dans celle de la victime au moment du passage à l’acte ?
En mêlant fiction et réalité, l’auteure nous fait vivre une expérience psychologique à couper le souffle et nous conduit aux portes de l’horreur. Grace à son talent de conteuse, elle nous immerge dans la peau des protagonistes et nous conduit, pas à pas, sur la scène du crime.

• • • • •
Editions Larousse
224 pages | Sortie : 20 octobre 2021
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

• • • • •

Vous savez à quel point je suis intéressée et interpellée par les histoires criminelles. On entend de plus en plus parler de True Crime ces derniers temps. Certains trouvent ça morbide, certains pensent que c’est malsain…

“Dans mon métier, j’ai remarqué une tendance : plus c’est étrange, plus c’est sanglant, plus ça attire les gens. La curiosité morbide est assumée, les crimes deviennent des feuilletons. Ce nouveau mode de consommation des affaires judiciaires nie une réalité : derrière chaque meurtre, il y a avant tout des êtres humains.”

Personnellement, je ne pense pas qu’il faut en faire une généralité. Tout dépend de la manière dont on aborde les choses, de l’état d’esprit dont on fait preuve. 

J’ai cependant pu constater cette tendance, notamment sur les réseaux sociaux notamment. Les gens sont attirés par les histoires criminelles relayées par les pages de médias, on ne va pas se mentir. Mais beaucoup se contentent de juger tout à tort et à travers, sans essayer de comprendre, sans essayer d’analyser, sans chercher les détails… parfois sans même prendre la peine de lire un article en entier ou de confronter les différentes sources.
C’est vraiment réducteur comme façon de faire, et cela mène souvent à un lynchage de masse.

Personnellement, ce n’est pas un “attrait du sanglant”, c’est plutôt le côté psychologique voire psychiatrique qui m’intéresse. Comment ces personnes ont pu en arriver là? Est ce qu ‘il y a eu des signes précurseurs?

Dès le début, Liv nous met en garde. Même si ce livre est basé sur des true crimes réels, basés sur ses recherches, sur des documents probants et vérifiés, sa volonté n’était pas de simplement nous relater les faits “purs et durs” comme beaucoup l’ont fait avant elle.
Non, ce qu’elle voulait, c’est apporter un plus, certes, en y ajoutant une part de fiction, mais pour donner un autre visage à ces criminels, à ces familles parfois, à imaginer leur quotidien, au travers leurs yeux, juste avant qu’ils ne franchissent la ligne qui changera tout.

“Avertissement
Ce livre est inspiré d’affaires criminelles. Il combine un travail journalistique et le langage de la fiction. La narration à la première personne, les scènes de vie privée, les émotions et les sentiments prêtés aux personnages sont imaginés par l’auteure et ne peuvent en aucun cas être attribués aux protagonistes des affaires ni à leurs proches.”

Comme l’indique sa préface, les crimes ont, malheureusement, toujours existé, qu’ils soient engendrés par la jalousie, l’appât du gain, la haine ou encore juste la folie. Parfois même juste pour se distraire, comme ça peut être le cas dans certains crimes dits “gratuits”, faits complètement au hasard.
Et pourtant, ces sentiments, ces émotions, que sont l’amour, l’envie, l’ennui, .. tout le monde les ressent un jour ou l’autre, mais fort heureusement, cela ne fait pas de nous des criminels. Donc qu’est-ce qui fait que certains arrivent à réprimer ces pensées et d’autres pas.
Qu’est ce qui, dans leur cerveau, leur fait franchir la limite de l’impensable? C’est quelque chose qui m’intéresse énormément, au sens strict comme au sens plus large de la psychiatrie. J’aurais adoré étudier ce domaine pour essayer de comprendre un peu mieux le fonctionnement et les comportements extrêmes de l’être humain.

“J’ai utilisé la fiction afin de créer ces petits détails qui ancrent les victimes et leurs meurtriers dans notre réalité, et j’ai classé les affaires de la plus ancienne à la plus récente pour remonter le temps jusqu’à nous. J’espère que ce livre vous permettra d’appréhender ces affaires sous un nouvel angle, plus intime, plus quotidien, plus familier.”

J’étais assez curieuse de voir de quelle manière Liv allait “romancer” au final ces crimes, ces histoires vraies.. Comment mêler de la fiction à l’horreur commise pour en permettre une meilleure appréhension et compréhension sans en dénaturer l’atrocité pour autant… Oui, j’étais vraiment curieuse de voir ça.

Si bien souvent le pourquoi reste assez flou, le comment peut être un début de piste. Comment un individu lambda franchit cette limite et comment il est amené à le faire? C’est généralement en se penchant sur son passé depuis l’enfance que l’on peut souvent avoir des débuts de pistes. Et bien souvent, ce comment, cette escalade dans l’évolution de l’individu et les failles qui s’y sont glissées permettent d’entrevoir le comment et de laisser imaginer le pourquoi.

“Nombreux sont ceux qui utilisent le mot « monstre » pour qualifier des tueurs en série, niant totalement leur humanité. En me mettant dans la peau de criminels, je souhaitais fournir une expérience psychologique au lecteur : lui montrer que la réflexion et la planification ne font pas toujours partie de l’équation ; que certaines personnes tuent pour le plaisir ; que notre morale sociétale n’est pas une morale universelle. En me mettant dans la peau des victimes, j’ai souhaité les incarner, leur prêter vie, leur donner voix au chapitre. On serait parfois tenté d’oublier que les victimes de Ted Bundy ou d’Albert Fish avaient une vie, des amis, qu’ils aimaient les pâtes à la napolitaine avec du Tabasco. “

Et je peux vous dire que la manière dont Liv a abordé les choses est, je trouve, un travail assez surprenant, mais tellement intéressant. 

Je dois bien vous avouer que j’étais un peu sceptique en commençant cette lecture. J’adore le true crime. J’adore aussi les romans thrillers qui parlent de crimes et tueurs en série…
Quand j’ai commandé le livre, je l’ai fait un peu machinalement… en connaissant le travail de Liv sur Youtube, ses vidéos, qui tout comme celles de Victoria Charlton, sont extrêmement bien agencées et documentées. Je ne me suis donc pas posée de questions quand j’ai vu qu’elle sortait un livre.
Mais quand j’en ai commencé la lecture, c’est là que j’ai vu qu’il s’agissait de true crime “romancé”, si je puis dire, et je me suis dit Mince, je ne m’attendais pas à ça. Bah oui, j’avais pas lu le 4ème de couverture, moi…

Et contre toute attente de ma part, une fois la lecture commencée, je n’ai plus eu envie de la lâcher. J’ai juste adoré.
C’est peut être un peu étrange à dire, mais la manière d’amener ça, cela rend les criminels presque plus humains… presque moins sanglants.. j’ai dit presque, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit… Surtout que pour certaines de ces histoires, je peux vous dire que cela me mettait bien froid dans le dos.
J’ai aimé la manière dont ces faits romancés nous permettent d’avoir cet autre point de vue… Parfois moins stricte et noir que celui donné par les médias… et parfois pas. Il ne faut pas se leurrer, parfois l’horreur reste l’horreur, et rien n’y changera quoi que ce soit.

Une histoire qui m’a particulièrement touchée est celle du château des sorcières, ou l’affaire Shanda Sharer.

Je ne sais pas exactement vous expliquer pourquoi, mais c’est l’une de celles qui m’a le plus marquée. Peut-être parce qu’il s’agit d’un crime commis par des enfants/ados. C’est tellement hallucinant de voir que des ados, supposés être dans “les plus belles années de leur vie”, puissent ainsi basculer du côté obscur et commettre de telles atrocités.

“— Shanda, tu connais la légende du château des sorcières ? demanda Hope. L’enfant secoua la tête, mal à l’aise. Elle commençait à regretter d’avoir enfreint les règles, ce n’était pas le genre de personnes qu’elle fréquentait habituellement. — Ce château se trouve sur une colline donnant sur l’Ohio. C’est un lieu sombre et plein de mystères. Neuf sorcières qui y vivaient ont fini brûlées vives par les habitants du village qui les avaient démasquées… Shanda frissonna, elle avait entendu parler de ce lieu comme tous les enfants du coin. C’était pour elle une légende, comme celle du croque-mitaine. Le lieu ne lui avait jamais inspiré une grande crainte. Néanmoins, elle se demandait pour quelle raison sa petite amie avait préféré l’attendre là-bas. “

Une autre chose que j’aime beaucoup dans ce livre, c’est qu’à la fin de chaque histoire, de chaque partie “romancée”, il y a le résumé des faits dans leur forme la plus simple, la plus “pure” et la plus objective, en quelques lignes. Avec juste les détails principaux. Cela permet aussi à qui le veut d’aller ensuite faire de plus amples recherches sur le sujet en ayant les infos nécessaires pour le faire.

L’autre histoire qui m’a particulièrement touchée, et dont jamais déjà beaucoup entendu parler (que ce soit par le biais de lectures, reportages, films…) c’est “L’affaire des séquestrées de Cleveland” .
(Pour ceux que cela intéresse, je vous recommande le film “Les séquestrées de Cleveland” qui relate les faits, et le livre Traverser l’enfer et croire encore au paradis, de Michelle Knight , une des rescapées de ce drame. )

“Jocelyn n’avait jamais été l’enfant du bourreau. Elle avait toujours, en tout point, ressemblé à sa mère, et sans le savoir, elle représentait à présent son unique motivation. Même s’il fallait risquer sa vie en tentant de fuir, elle le ferait, pour elle. Cela faisait à présent dix ans qu’elle avait disparu, six ans qu’elle était mère, une éternité qu’on avait sacrifié sa jeunesse. Son envie de mettre la tête dans le four et d’allumer le gaz alternait à présent avec son désir de trouver une échappatoire.”

Cette histoire est tellement poignante… déchirante. Et l’on pourrait se dire que prétendre, dans ce livre, se mettre à la place de la victime, d’une des victimes, c’est tellement présomptueux.. car qui peut imaginer, malgré les témoignages livrés, l’horreur vécue… Et pourtant, contre toute attente, je dois avouer que c’est fait ici de manière très respectueuse. 

Même si je lis beaucoup de thrillers et que les disparitions, enlèvements et séquestrations ont ma préférence, se dire que c’est réellement ce qui est arrivé à cette femme, et lire son histoire tant au travers de ce livre que d’autres ouvrages, ça me glace le sang. Je ne peux imaginer son courage et sa détermination pour tenir le coup aussi longtemps.

“Michelle Knight, Amanda Berry et Gina De Jesus ont toutes les trois été enlevées par Ariel Castro à respectivement 21, 16 et 14 ans. Elles sont restées captives de sa maison du 2209 Seymour Avenue pendant plusieurs années. Les jeunes femmes subissaient les coups et les assauts sexuels répétés de leur bourreau. Le 1er août 2013, Ariel Castro a été condamné à la prison à perpétuité, assortie d’une peine de mille années de prison.”

D’autres histoires abordées font partie de celles que “tout le monde connaît”, à des degrés différents… L’affaire Dupont de Ligonnès, par exemple, ou encore celle de la petite Fiona.
Cette dernière fait également partie de celles qui m’interpellent beaucoup, peut-être parce que là encore, cela concerne une enfant.

“Les voisins entendaient les cris mais c’était les problèmes du couple, pas les leurs. Personne n’alertait jamais la police dans ce petit quartier, chacun réglait ses affaires en famille. Ils savaient, tout le monde savait. Un enfant calme comme Fiona ne hurle pas sans raison. Alors que ses cris déchiraient la nuit, ils augmentaient le son de la télé puis murmuraient « ces foutus voisins… ». Énervés contre eux-mêmes d’être trop lâches pour bouger le petit doigt. À la fin, Fiona n’était plus qu’une poupée de chiffon que Cécile ramassa avec peine.”

Le choix des morceaux de vies racontés est fait, je trouve, parmi des histoires plus connues, dont la plupart ont été fortement médiatisées, mais cela ne m’a nullement dérangée. Tout simplement parce que la manière dont ça nous livre ces histoires est tellement différente de tout ce que l’on a déjà pu lire ou voir ailleurs. En tous cas, personnellement, je n’avais jamais vu ces histoires abordées sous cet angle.

En bref?

Je vous dirais que si vous aimez le true crime, je ne peux que vous conseiller ce livre. Une manière originale d’aborder ces histoires, mais sans dénaturer les choses et sans minimiser pour autant l’horreur des actes commis.
J’espère sincèrement qu’il y aura une (voire plusieurs) suite à ce livre, pour aborder de la même manière d’autres cas.
Pour moi ce livre est une belle réussite.

Auteur : Hylyirio

Littérature (Thriller-Horreur), Gaming (Switch, PS4, horreur et jeux fun et colorés), Photographie, Ciné-Séries (Thriller-Horreur)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :