Bienvenue au Suicide Hôtel !: L’histoire vraie et terrifiante de l’hôtel Cecil, de Louise Massard

En février 2013, une jeune touriste canadienne, Élisa Lam, descend pour la semaine à l’hôtel Cecil de Los Angeles, en Californie, une étape dans un road-trip américain comme en rêvent tous les jeunes gens. Elle n’en sortira pas vivante. Ce fait divers sordide, mystérieux, jamais élucidé et ayant enflammé internet des années durant, n’est en réalité que le dernier d’une longue série qui commença dès la construction de l’édifice dans les années 1920. C’est ce parcours que l’auteur vous propose d’emprunter, fruit d’une longue et minutieuse enquête sur les suicides, disparitions et méfaits de personnages inquiétants rôdant pour toujours dans les couloirs de ce lieu considéré comme l’un des plus hantés du monde. Les tueurs en série croisent des victimes de la misère du quartier de Skid Row, le Dahlia Noir cher au cœur de Brian de Palma celui d’inconnus qui tous ont subi la macabre influence de cet endroit maudit. L’auteur cherche, dans un récit respectant scrupuleusement les faits et les informations disponibles sur le sujet, à retracer pour vous l’historique de l’hôtel, mais également à présenter de manière très détaillée les hypothèses autour des explications possibles à l’inexplicable, en particulier dans la célèbre Affaire Elisa Lam. Enfin, c’est un vaste tour d’horizon culturel auquel vous invite l’auteur, en présentant films, séries, chansons et œuvres d’art directement ou indirectement inspirés par un hôtel qui ne cessa jamais de faire parler de lui… pour le meilleur ou pour le pire.

 

Ce n’est plus un secret, je suis très intéressée par les lieux ayant une histoire assez peu ordinaire, et d’autant plus si on vient rajouter une pointe de paranormal dans l’histoire…

Le Cecil Hotel fait partie de ces bâtiments à l’histoire chargée, et pas vraiment dans le bon sens du terme… 

“Si l’hôtel Overlook du célébrissime roman de Stephen King, « The Shining », magistralement mis en scène par Stanley Kubrick dans son film de 1980, a fait frémir bien des gens, il existe un lieu tout aussi sombre, inquiétant, et bien réel : le Cecil Hôtel.”

Pour ceux qui n’en ont jamais entendu parlé, il s’agit d’un hôtel construit en 1924, situé à Los Angeles. Et on peut dire qu’il a fait couler beaucoup d’encre.
Personnellement, j’ai fait la connaissance de cet hôtel à deux reprises, à des moments pas si éloignés, finalement. D’une part par la série American Horror Story dont une des saisons en est largement inspirée, et d’autre part par l’histoire tragique et mystérieuse d’Elisa Lam et notamment grâce à la vidéo virale la concernant. , qui a défrayé la chronique et a, je l’avoue, bien attisé ma curiosité pour ce lieu.

“L’Affaire Élisa Lam (2013) Le fait divers suivant est très certainement le plus célèbre concernant le Cecil Hôtel. Il s’agit de la disparition et de la mort d’une résidente de l’établissement lors d’un séjour à Los Angeles. Cette jeune fille prénommée Élisa Lam, âgée de 21 ans, étudiante, arrive le 28 janvier 2013. Elle est d’origine canadienne et voyage seule. Élisa avait choisi de faire un voyage de quelques mois. En janvier, elle commença son périple par la ville de San Diego avant de descendre vers Los Angeles.
Le soir du 31 janvier, on aperçoit la jeune femme dans le hall. Puis c’est la disparition.”

Je trouve qu’il y a tellement de contradictions et de zones d’ombre dans son histoire, et je trouve ça tellement triste.
Je suis à la fois passionnée de paranormal et de psychologie/psychiatrie, et donc cette histoire pouvant se retrouver dans une ou l’autre de ces catégories selon les conclusions que l’on voulait en tirer, j’ai vu et lu pas mal de choses sur le sujet.

Alors qu’en est-il? ces événements qui se sont succédés dans cet hôtel en font-ils un lieu étrange et dangereux? 

Et donc il y deux écoles… Ceux qui trouvent que finalement rien d’ extraordinaire ne s’ y est passé si on regarde tous les faits divers de la région à cette époque. Et ceux qui disent qu’ il y a forcément du paranormal. Un mauvais karma ou une entité maléfique qui aurait élu domicile dans ce lieu. Les hypothèses et rumeurs vont bon train : l’hôtel est hanté, le bâtiment lui-même serait maléfique, il aurait été construit sur un ancien cimetière indien, …

Alors qu’en est-il de cet ouvrage? 

D’un côté, j’ai aimé pourtant le côté “historique du lieu”, qui reprend le passif du bâtiment depuis sa construction, et pas uniquement depuis qu’il est devenu “célèbre”

“Le corps du bâtiment est composé de trois blocs rectangulaires de même taille. L’hôtel comporte 14 étages, ou plutôt treize. En effet, par superstition, on ne met pas, dans de nombreux bâtiments aux États-Unis, d’étage numéro treize.”

Je trouve que c’est génial, et surtout, doit demander un travail de recherche assez conséquent, car certaines choses datent de tellement longtemps….
Mais je trouve que c’est quelque chose de très enrichissant quand on s’intéresse à ce genre de lieux.

Pourtant, il faut savoir que je suis quelqu’un de très paradoxale : j’ai toujours détesté l’histoire ! c’est quelque chose qui dans les faits m’a toujours rebutée, au point que lors de mes études c’était toujours ma bête noire, j’avais un examen de seconde sess de rattrapage quasi chaque année de mes 11 ans à mes 18 ans ! J’avais des difficultés monstres à retenir les dates, les noms, … L’horreur. (et je vous avoue que c’est toujours le cas).
Par contre, l’histoire des lieux (comme le Cecil Hotel, la Forêt des Suicides, le Machu Pichu, ..) ça me passionne vraiment… Et pourtant, c’est de l’histoire aussi… Bref.

Je ne vais pas vous raconter/résumer ici l’histoire de l’hotel, car ce n’est pas le but, je vous laisserai le soin de découvrir le livre pour ça…
Mais on peut cependant constater qu’il y a pas mal de décès (surtout suicides) et périodes noires dans son histoire.

Une chose que j’ai trouvée très dommage, c’est quand l’auteur nous présente des documents tels que des notes laissées par des personnes ayant mis fin à leurs jours, par exemple, il n’y a que la version anglophone qui soit présentée, et pas de traduction du document. Si comme moi, on lit l’anglais avec “pas trop de soucis”, ça va, mais pour les personnes qui n’ont pas ces notions d’anglais, c’est vraiment dommage car elles passent à côté. Alors, oui, parfois, il y a des pseudo traductions qui sont sommaires et vraiment raccourcies, mais je trouve ça vraiment dommage. Les ouvrages sur cet hôtel sont rares, donc du coup, il aurait pu être un peu plus attrayant et travaillé de ce point de vue.

Une autre chose assez dommage, c’est que toute la première partie du livre est présentée de manière très “scolaire”, très théorique. Alors oui, il faut l’être un minimum, mais si je voulais un histoire de facto qui nous annonce simplement les faits et point barre, je le retrouvais aisément sur internet.
Quand je prends un ouvrage, et que je paie cet ouvrage, je m’attends à un peu plus que ce que l’on peut trouver gratuitement en ligne, quasi en simple copié-collé.
J’aime y retrouver la griffe de l’auteur, ses ressentis, son avis, etc…

On continue dans les gros défauts – selon moi – du livre?
Il y a pas mal d’erreurs qui ont échappé à la correction… Comme des répétitions de mots, des mots mal utilisés, … Certaines tournures de phrases qui donnent l’impression que le livre a été écrit par Google Trad
Si le reste du contenu m’avait subjugué, ce serait éventuellement passé, mais là, comme en plus la manière d’aborder le contenu ressemble à du simple recopiage, ça n’a fait que rajouter une couche à ma déception.

Sinon, point de vue contenu, ce qui est intéressant sur le fond, c’est le fait d’aborder l’hôtel dans les arts, c’est à dire les références et apparitions que l’on peut voir autour de cet hôtel, que ce soit au travers de séries, films, … ce qui est intéressant pour éventuellement se faire une liste de visionnage à faire. On y retrouve aussi d’autres oeuvres telles qu’une chanson, parlant du Cecil hotel en général et/ou de l’affaire Elisa Lam plus particulièrement.

Par contre, la pseudo-Analyse de la série American Horror Story qui est faite dans le livre est ridicule. Certes, évoquer le lien entre la série et l’hotel est quelque chose de bien, mais par contre, cela va trop loin dans “l’analyse” et le détail de la série… une personne qui ne l’a pas vue sera complètement spoilée et ça, c’est complètement stupide!
Heureusement, ils ne l’ont fait que pour les 4 premiers épisodes, mais quand même.

Une autre partie du livre essaie d’expliquer un peu tout ce qui a pu se passer dans l’hotel, trouver des causes plausibles, … voir si au vu de tout ça, c’est réellement un lieu “maléfique” ou pas…
Pour vous donner mon avis personnel, je ne pense pas que le Cecil Hotel soit plus propice au suicide qu’un autre, ni au meurtre. Certes, au vu du nombre qu’il y en a eu, je pense qu’il est, comme bon nombre de sanatoriums ou autres, chargé d’histoire(s). D’histoires et d’énergies. Pour ceux qui y croient (c’est mon cas).
Alors oui, certaines personnes un peu plus réceptives ont peut-être pu capter quelque chose, mais on ne va pas pour autant en faire un Overlook !

Vous l’aurez compris, je n’ai pas apprécié la lecture de ce livre autant que je l’aurais voulu/espéré. Trop scolaire, voire copié-collé, et qui au final ne fait que retranscrire des choses trouvées ça et là parfois sans même prendre la peine de les traduire correctement. Je trouve ça dommage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s