[Avis de lecture] En secondes noces (Shari Lapena)

Le ver est dans la pomme… Sur le papier, Stephanie est comblĂ©e : un mari attentionnĂ©, une jolie maison dans un quartier huppĂ©, d’adorables jumelles ĂągĂ©es de quelques mois. Certes, elle manque de sommeil et son moral s’en ressent. Mais bientĂŽt les bĂ©bĂ©s feront leurs nuits, et tout ira mieux. C’Ă©tait sans compter l’irruption de la blonde et vĂ©nĂ©neuse Erica Voss. Alors que Patrick a toujours prĂ©tendu que sa premiĂšre Ă©pouse Ă©tait morte dans un accident de voiture, Erica prĂ©sente une version des faits bien plus sordide.

Une version qu’elle menace de rapporter Ă  la police si on ne lui verse pas une grosse somme. Chantage ignoble ou rĂ©vĂ©lation bouleversante ? Stephanie ne sait plus qui croire…

***

Avis disponible en podcast sur

Shari Lapena est une autrice que j’aime beaucoup. J’ai notamment lu L’étranger dans la maison, et Le couple d’à cĂŽtĂ©.
Elle est Ă  l’aise avec ce qu’on appelle communĂ©ment les “thrillers domestiques”… Ces histoires oĂč tout semble parfait dans le meilleur des mondes, jusqu’au jour oĂč tout s’écroule. Lire la suite de « [Avis de lecture] En secondes noces (Shari Lapena) »

[Avis de lecture] Le chalet des disparus (Ruth Ware)

Quand les associĂ©s d’une cĂ©lĂšbre application de musique dĂ©cident d’organiser un sĂ©minaire dans un chalet perdu en pleine montagne pour Ă©voquer l’avenir de leur entreprise, ils n’imaginent pas qu’ils vont se retrouver coupĂ©s du monde par une avalanche. Et que, bientĂŽt, un premier membre de l’Ă©quipe va manquer Ă  l’appel.

Un huis-clos angoissant dans lequel chacun Ă  quelque chose Ă  perdre, Ă  gagner, Ă  cacher…

VoilĂ  une lecture qui m’a directement fait de l’oeil, que ce soit par sa couverture, son titre, ou son rĂ©sumé  , et donc quand je l’ai vu disponible en service presse sur Netgalley, je n’ai pas hĂ©sité 
Et pourtant, en fin de lecture
 j’ai un avis relativement mitigĂ© mĂȘme si positif… c’est bizarre, hein?

Un dĂ©cor gĂ©nial, imaginez ! Un chalet perdu en pleine montagne
 j’adore. L’idĂ©e d’un huis-clos dans un tel environnement, 
 ça laisse la place Ă  l’imagination
 Lire la suite de « [Avis de lecture] Le chalet des disparus (Ruth Ware) »

[Avis de lecture] Marie Alsina – PoupĂ©es hantĂ©es et autres objets malĂ©fiques

Les objets les plus communs : jouets, vĂȘtements, bijoux, meubles, tableaux, instruments de musiques, sans oublier les miroirs, se retrouvent parfois hantĂ©s. Une force non dĂ©finie, souvent assimilĂ©e Ă  l’Ă©nergie de leur ancien propriĂ©taire ou Ă  un esprit malin, les utilise alors Ă  des fins nuisibles
 Ils peuvent rester « silencieux » et inactifs pendant des semaines, des mois ou des annĂ©es. Et un jour, pour des raisons difficiles Ă  comprendre, une Ă©nergie mystĂ©rieuse vient les rĂ©veiller. Des phĂ©nomĂšnes Ă©tranges commencent alors Ă  se produire. À travers une sĂ©lection d’histoires terrifiantes mais vĂ©ridiques, vous allez dĂ©couvrir comment d’innocentes poupĂ©es, de vieux ours en peluche, de banals lits d’occasion ou des chaussures usĂ©es ont transformĂ© la vie de leurs propriĂ©taires en cauchemar, les obligeant – aprĂšs mille tourments – Ă  se sĂ©parer de l’objet auquel ils Ă©taient pourtant attachĂ©s. Cependant, prenez garde ! Si vous entrouvrez la porte du monde fascinant des objets hantĂ©s, plus jamais vous ne regarderez vos poupĂ©es et vos objets familiers de la mĂȘme maniĂšre


Haaaa le paranormal, ça reste malgrĂ© tout, je vous l’avoue, quelque chose que j’apprĂ©cie beaucoup, tant en visionnage de vidĂ©os (films, vidĂ©os youtube, 
) qu’en lecture. Je ne saurais vous dire pourquoi cet attrait, il est lĂ , tout simplement, mĂȘme si pour certains, c’est quelque chose de bizarre.

J’ai commencĂ© cette lecture “pleine d’espoir”, pour passer un bon moment lecture, le thĂšme des poupĂ©es hantĂ©es, ça me parle depuis longtemps (je crois que ça a commencĂ© avec le film Chucky, et renforcĂ© avec la saga Annabelle, on  ne va pas se mentir. Pourtant, il y a Ă©normĂ©ment de films ou livres qui parlent de ce sujet, mais ce sont pour moi les deux plus “marquants” (mĂȘme si Chucky, c’est une forme de possession assez diffĂ©rente de ce qui est abordĂ© ici, mais soit
)

J’ai Ă©tĂ© au final assez mitigĂ©e par cette lecture
 j’ai du mal Ă  mettre exactement les mots sur ma dĂ©ception, mais je n’ai pas “eu ce que j’attendais”…

DĂ©jĂ , je trouve le ton du dĂ©but assez froid, et assez sceptique
 j’ai eu cette impression que dĂšs le dĂ©part, la personne qui nous relatait les faits et donc, a Ă©crit le livre, ne croyait pas du tout au paranormal et que son seul but Ă©tait de dĂ©bunker chaque histoire
 C’est vraiment le ressenti que j’ai eu, et ça m’a dĂ©rangĂ©e. Je ne m’attendais pas du tout Ă  ça.

Point de vue du contenu en gĂ©nĂ©ral, et donc, des diffĂ©rentes histoires abordĂ©es, je les ai trouvĂ©es assez diverses et variĂ©es, et donc ça c’était assez intĂ©ressant.
Si je ne suis pas fan de l’Histoire au sens large, l’histoire personnelle des objets m’intĂ©resse Ă©normĂ©ment. ConnaĂźtre le passĂ© d’un objet, je trouve ça fascinant, et ça lui confĂšre une valeur particuliĂšre qui n’a rien Ă  voir avec son prix


Bien Ă©videmment, le chapitre qui m’intĂ©ressait le plus Ă©tait celui sur la poupĂ©e Ann Raggedy, devenue cĂ©lĂšbre par les films Annabelle, que j’adore


La mĂ©dium voulait tenter de rentrer en contact avec l’esprit de la poupĂ©e et visiblement elle y parvint car quelque chose lui rĂ©pondit, qui prĂ©tendait s’appeler Annabelle Higging, une petite fille de sept ans dont le corps avait Ă©tĂ© dĂ©couvert sur la propriĂ©tĂ©. Annabelle leur expliqua qu’elle jouait dans les champs bien avant que l’immeuble ne soit construit et qu’elle Ă©tait heureuse. Puis ses amis avaient grandi, ils avaient fait leur vie, et elle s’était retrouvĂ©e seule. Elle Ă©tait restĂ©e ainsi pendant quelque temps, puis elle avait trouvĂ© Angie et Donna, et pensant qu’elles pourraient la comprendre, elle avait commencĂ© Ă  faire bouger la poupĂ©e de chiffon pour attirer leur attention. Annabelle, qui disait avoir besoin d’affection, leur demanda si elle pouvait se glisser dans la poupĂ©e pour rester auprĂšs d’elles, et Ă©mues aux larmes, les deux filles lui accordĂšrent la permission sans hĂ©siter. En l’invitant dans leur appartement, elles venaient de commettre la plus terrible des erreurs, mais elles l’ignoraient encore.

J’ai aimĂ© apprendre quelques petits dĂ©tails sur cette histoire (que je n’ai pas vĂ©rifiĂ©, je  vous l’avoue, j’ai actuellement lu ce livre en ne vĂ©rifiant rien, mĂȘme si je me suis fais une liste de sujet Ă  approfondir 🙂 )
On y retrouve aussi les histoires d’autres poupĂ©es, un peu moins connues du commun des mortels mais qui n’en sont pas moins intrigantes pour autant.

Idem avec le chapitre consacré aux tableaux et peintures hantés.
Je n’en connaissais pas la moitiĂ©, je l’avoue, et j’ai adorĂ© les dĂ©couvrir. Certaines malĂ©dictions liĂ©es sont tellement irrĂ©elles et pourtant si flippantes ! Je peux vous dire que je ne laisserais pas ces peintures entrer chez moi 🙂

Ce que j’ai apprĂ©ciĂ©, c’est que quand un film est inspirĂ© d’un fait rĂ©el prĂ©sentĂ© dans le livre, il est citĂ©, et quand comme moi on est cinĂ©phile, c’est apprĂ©ciable.

La mĂ©saventure des deux colocataires inspira le film The Mirror Ă  Edward Boase. Il raconte les mĂ©saventures de trois amis qui achĂštent un miroir hantĂ© sur eBay dans l’espoir de remporter un million de dollars, une rĂ©compense promise Ă  ceux qui prĂ©senteront une vidĂ©o prouvant l’existence de phĂ©nomĂšnes paranormaux.

L’autrice nous prĂ©sente donc des poupĂ©es, des tableaux, mais aussi des choses moins communes, dont on parle moins, comme une chaise, un coffre maudit, 


Les esprits des dĂ©funts s’attacheraient parfois aux vĂȘtements, aux chaussures, aux bijoux ou, d’une maniĂšre plus gĂ©nĂ©rale, Ă  toute chose qu’ils ont aimĂ©e de leur vivant et qu’ils auraient voulu emporter avec eux dans la tombe.

Dans l’ensemble, le livre est intĂ©ressant, j’ai vraiment adorĂ© dĂ©couvrir les histoires de ces objets, mais je pense que je n’aurais pas dĂ» le lire “en une fois”… car vu comme c’est Ă©crit, je dois vous avouer qu’à force c’était long et lourd Ă  lire malgrĂ© tout, trĂšs condensĂ©.

Par contre, il faut reconnaĂźtre que j’ai beaucoup apprĂ©ciĂ© la 8Ăšme partie. Elle est dĂ©diĂ©e aux tĂ©moignages, et vu qu’ils ne sont pas Ă©crits directement par l’autrice elle-mĂȘme, ils apportent une nouvelle fraĂźcheur et lĂ©gĂšretĂ© par rapport au reste.

« Je possĂšde une vieille planche Ouija des annĂ©es 1930. Je la tiens de ma grand-tante AglaĂ©, qui vivait dans une ferme, avec ses parents, son frĂšre et sa sƓur. Son histoire n’est pas banale. Un jour, un feu s’est dĂ©clarĂ© dans la grange oĂč ma grand-tante avait laissĂ© son Ouija. De nombreux animaux ont pĂ©ri brĂ»lĂ©s vifs, et la grange a Ă©tĂ© si sĂ©vĂšrement endommagĂ©e qu’ils ont Ă©tĂ© obligĂ©s de la raser pour en reconstruire une nouvelle. Toutes les affaires stockĂ©es dans le bĂątiment ont Ă©tĂ© dĂ©truites dans l’incendie, Ă  l’exception de la planche Ouija, qui a Ă©tĂ© retrouvĂ©e, mystĂ©rieusement intacte. Pourtant, rien ne restait, ou presque, de la balustrade oĂč elle Ă©tait posĂ©e.

En bref, un livre intĂ©ressant sur le fond, oĂč la forme est parfois lourde de par l’écriture de l’autrice.
Si le sujet vous intéresse, je ne peux que vous conseiller de lire ce livre en parallÚle à un autre livre, et le découvrir petit à petit et pas en une fois. 

Creepypasta : Une anthologie

Enfin une anthologie des meilleures creepypasta entiĂšrement traduite en français. Creepypasta : jeu de mots sur copy-pasta (copiĂ©-collĂ©) et creepy (effrayant, menaçant). Court texte qui se diffuse par copies successives et a pour but de faire naĂźtre un sentiment de malaise. La creepypasta est la version moderne de l’histoire d’horreur au coin du feu. Aujourd’hui l’un des principaux lieux d’Ă©change est /x/, la part de 4chan consacrĂ©e Ă  l’Ă©trange et au surnaturel ; les contributions y sont (souvent) anonymes et les Ă©crits y peuvent (censĂ©ment) s’envoler, les nouveaux remplaçant les anciens sans (trop) laisser de trace. On s’y retrouve alors pour rĂ©Ă©changer des creepypasta entre soi, lorsque le moment s’y prĂȘte, sous forme de texte ou de simples captures d’Ă©cran. Les conversations ne sont pas en temps rĂ©el mais la prĂ©sence d’autrui est toujours perceptible, par opposition Ă  une archive oĂč on irait seul lire les mĂȘmes histoires. C’est ainsi que s’Ă©changent les contes : tout commence avec un groupe qui se rassemble, dans un lieu et un temps donnĂ©s, un peu en dehors de tout. En mĂȘme temps, le rĂ©seau impose ses nouveautĂ©s. L’Ă©criture est jeune, souvent plus efficace que recherchĂ©e. On y dĂ©couvre ce que craint l’Internet : zombies, Ă©quipement Ă©lectronique qui se retourne contre son utilisateur, peur de ce qu’il peut se passer dans les « trĂ©fonds » du Web, nouvelles menaces en plus des anciennes. Les mĂ©dias se croisent et se nourrissent les uns des autres ; quand il n’est pas lui-mĂȘme le sujet, le jeu vidĂ©o peut influencer l’Ă©criture (structure en « niveaux » ou effets caractĂ©ristiques). L’anarchie dans les Ă©changes permet aussi l’Ă©mergence d’une violence souvent brutale, parfois limite. D’autant plus que l’anonymat ne permet aucune certitude. Que le texte soit une fiction, la simulation d’une pensĂ©e malade, ou une sincĂšre retranscription… c’est du pareil au mĂȘme. Cette anthologie a pour but de donner un instantanĂ© du paysage sans cesse changeant des creepypasta, trop peu connue en français malgrĂ© l’intĂ©rĂȘt de l’Ă©mergence du partage et du collaboratif dans les formes littĂ©raires. On y a rassemblĂ© pĂȘle-mĂȘle, ou presque, les nouvelles qui nous paraissaient exceptionnelles et les plus reprĂ©sentatives ; on trouvera en fin d’ouvrage les liens vers les textes originaux. Le lecteur gagnera Ă  s’installer dans la pĂ©nombre. Il n’aura aucune raison de ne pas se retourner ou de s’empĂȘcher de jeter un coup d’Ɠil par-dessus son Ă©paule. C’est tout Ă  fait sans danger. Il n’y a jamais rien derriĂšre soi de toute façon.

Ahhh ce livre
 ça faisait un  bon bout de temps que je voulais le dĂ©couvrir ce livre, car j’adore les lĂ©gendes urbaines, j’adore les petites histoires d’horreur, 
 donc je me suis dit que cette lecture devrait me plaire

Et lĂ , c’est le drame
 car ça a Ă©tĂ© une grande dĂ©ception pour moi


Je trouve que le style d’écriture est “jeune”. en gĂ©nĂ©ral, plus souvent efficace que recherchĂ©e. Alors l’avantage, c’est que ça se lit trĂšs facilement, et trĂšs vite.
Comme ce sont des “rumeurs” trouvĂ©es la plupart sur des forums, les rĂ©seaux sociaux, 
 on ne connaĂźt pas leur origine. C’est ce qui fait aussi la plupart du temps la part belle du mystĂšre
 car au final, tu en as toujours qui se “l’approprient” en disant “c’est arrivĂ© Ă  une de mes amies”… ou “à l’ami d’un ami”… (ça vous dit quelque chose? 🙂 )

TrĂšs clairement, dans certaines histoires, les choses sont de maniĂšre Ă©vidente invraisemblables voire complĂštement impossibles. On peut des lors se poser la question de ce qui fait l’attrait pour ces histoires lĂ , et en particulier, pourquoi elles continuent de tourner, de faire parler d’elles


Un peu comme les fake news, finalement, ou les fausses lancĂ©es d’alertes. Un peu en mode “si tu ne copies pas ça sur ton mur, facebook va avoir accĂšs Ă  toutes tes donnĂ©es ou il va t’arriver malheur”… clairement, tout le monde sait que c’est 100%, mais une bonne part le partage quand mĂȘme car “on ne sait jamais”, qu’il y ait un soupçon de vĂ©ritĂ©, .. et c’est comme ça que ça tourne encore des annĂ©es plus tard.  Lire la suite de « Creepypasta : Une anthologie »

[Avis de lecture] Aokigahara, la forĂȘt des esprits, de Sarah-Lyne Ishikawa

Aokigahara, ou la foret aux suicides et  aux  esprits, possĂšde une  bien triste rĂ©putation.  Car en gĂ©nĂ©ral, toutes les histoires qui rapportent finissent mal.  C’est pourtant lĂ  que Joben Sugawara  a dĂ©cidĂ© de mettre fin Ă  ses jours. Et pourtant
 

‱ ‱ ‱ ‱ ‱
auto-Ă©dition
216 pages – 18 fĂ©vrier 2018
Note personnelle : ★ ★ ☆ ☆ ☆

‱ ‱ ‱ ‱ ‱

Je ne sais pas si vous avez dĂ©jĂ  entendu parler de la forĂȘt de Aokigahara, mais pour ceux qui s’intĂ©ressent un tant soit peu aux “lĂ©gendes urbaines” ou au surnaturel, elle a un surnom un peu moins engageant : il s’agit de la forĂȘt des suicides.
Moi qui suis assez fan de la culture japonaise au sens large, cette forĂȘt Ă  la bien triste rĂ©putation m’a toujours fascinĂ©e, que ce soit tant point de vue “culturel” pur que pour le cĂŽtĂ© paranormal et mystĂ©rieux qui l’entoure.

J’ai dĂ©jĂ  regardĂ© pas mal de vidĂ©os Ă  ce sujet, mais j’ai trĂšs peu vu d’ouvrages en français sur ce lieu, et je suis tombĂ©e un peu par hasard, au grĂ© de mes pĂ©rĂ©grinations sur Amazon, sur ce livre.

Aokigahara est une immense forĂȘt de 3 500 hectares qui s’étend Ă  la base du mont Fuji . Elle se trouve au Japon . Elle est aussi connue sous le nom de Jukai , ( mer d’arbres ) . Tristement cĂ©lĂšbre pour le nombre important de personnes retrouvĂ©es mortes ( suicide par pendaison dans la majoritĂ© des cas ) , mais aussi pour un grand nombre d’histoires de forĂȘt hantĂ©e par des esprits errants , celle – ci inspire de nombreux auteurs . Aokigahara est devenu l’endroit prĂ©fĂ©rĂ© des Japonais pour mettre fin Ă  leurs jours ( 200 suicides pour l’annĂ©e record de 2010 ) .

Sur le fond, j’ai beaucoup apprĂ©ciĂ© ma lecture
 mĂȘme si elle  n’était pas du  tout ce Ă  quoi je m’attendais.
Ce livre est une fiction
 (je ne l’avais pas compris au dĂ©part, donc j’étais au bord de la dĂ©convenue
 ) mais finalement, c’était trĂšs intĂ©ressant.

L’autrice ne se contente pas de nous placer l’action  de l’histoire dans la forĂȘt, mais elle nous explique aussi certaines notions typiquement japonaises.

Lire la suite de « [Avis de lecture] Aokigahara, la forĂȘt des esprits, de Sarah-Lyne Ishikawa »

[Avis de lecture] On noie bien les petits chats, de Françoise GuĂ©rin

Quand elle reprend conscience Ă  la maternitĂ©, Betty ne se souvient pas des circonstances dramatiques de son accouchement. Elle ne comprend pas pourquoi son mari reste injoignable. Elle dĂ©couvre avec effroi que son bĂ©bĂ© a Ă©tĂ© baptisĂ© NoĂ© et qu’un inconnu rĂŽde autour de lui. Elle se dĂ©bat, impuissante Ă  le confondre. Mais peut-elle se faire entendre alors qu’on la prĂ©tend folle ? Accueillie au sein de l’unitĂ© mĂšre-bĂ©bĂ© par un psychiatre peu conventionnel, soutenue par une Ă©quipe de choc, Betty va renouer, peu Ă  peu, avec sa mĂ©moire confisquĂ©e. À commencer par ce prĂ©nom, NoĂ©, qui ravive une douleur longtemps endiguĂ©e. Lorsque le barrage cĂšde, la vĂ©ritĂ© a des allures de cadavre


‱ ‱ ‱ ‱ ‱
Editions Eyrolles
400 pages | Sortie : 20 janvier 2022
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

‱ ‱ ‱ ‱ ‱

Qu’on se le dise, ce livre est un coup de coeur ! 

Alors dĂ©jĂ , quand on voit le rĂ©sumĂ© et qu’on voit qu’il y a de l’amnĂ©sie au centre de l’histoire
 c’est dĂ©jĂ  pour moi un excellent dĂ©but, puisque c’est une thĂ©matique que j’affectionne tout particuliĂšrement.

Dimanche 5 avril
ELLE palpe ton abdomen tendu puis, sans prĂ©venir, fourre ses doigts dans ta vulve, jusqu’à la garde. Tu sursautes, Ă©lectrisĂ©e, et ton vagin, aussitĂŽt, se contracte pour chasser l’intruse. […]

— Je suis dĂ©solĂ©e
 Pour un peu, tu t’excuserais de ce que ton corps se rebelle. MalgrĂ© la contracture spasmodique qui s’y oppose, elle s’acharne, bien dĂ©cidĂ©e Ă  examiner ton col. Tu te tortilles, tentes de refermer tes cuisses. — ArrĂȘtez ! Vous me faites mal. Elle grimace. — Cessez donc de vous conduire comme une gamine ! Les larmes coulent sur ton visage. La sage-femme n’y prĂȘte pas attention et tente de passer en force. Tu cries. Elle soupire. — Bon, j’ai assez perdu de temps. Croyez-moi, vous n’accoucherez pas aujourd’hui.”

Waouw
 j’ai trouvĂ© cette “entrĂ©e en matiĂšre”, si vous me passez l’expression, assez brutale, choquante et violente
 surtout avec les dĂ©bats de ces derniers temps sur les violences gynĂ©cologiques

Je vous avoue que j’ai eu mal pour cette femme, enceinte, qui s’est fait traiter de la sorte Ă  l’hĂŽpital
 Lire la suite de « [Avis de lecture] On noie bien les petits chats, de Françoise GuĂ©rin »

[Avis de lecture] Entomophobia de Oliver Krauq

Entomophobie : Pathologie psychique qui correspond
à une peur démesurée et non raisonnée des insectes, petits animaux invertébrés qui possÚdent généralement des antennes, des pattes articulées et parfois des ailes.

SymptÎmes : Bouffées de chaleur, sueurs froides, hyperventilation, tachycardie, vertiges, nausées, malaises, angoisses brutales.
Aurez-vous le courage de vaincre vos peurs en lisant les 16 nouvelles que composent ce recueil ? Saurez-vous maßtriser vos angoisses face aux araignées, cafards, frelons, fourmis et autres insectes qui grouillent dans cet ouvrage ?
Survivrez-vous Ă  ENTOMOPHOBIA ?

‱ ‱ ‱ ‱ ‱
Auto-édité
Genre : Nouvelle / Horreur
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

‱ ‱ ‱ ‱ ‱

Si vous voulez en découvrir les premiÚres pages au format audio, je vous invite à aller voir la vidéo dédiée.
Retrouvez également cet avis au format vidéo sur youtube. (clic sur la miniature pour y accéder)

J’ai un peu honte… J’ai commencĂ© ce livre Ă  Halloween, et je viens seulement de le terminer… Non pas parce que la lecture ne me plaisait pas, mais parce que je n’avais juste pas envie de lire… je n’arrivais pas Ă  me concentrer, donc j’ai laissĂ© ma liseuse complĂštement de cĂŽtĂ© pendant plusieurs semaines.

Il s’agit d’un recueil de nouvelles, et plus prĂ©cisĂ©ment, vous l’aurez compris au rĂ©sumĂ©, d’un recueil d’histoires d’horreur.

Lire la suite de « [Avis de lecture] Entomophobia de Oliver Krauq »

Top Ten Tuesday 2022/9 : 10 romans Thriller que je souhaite lire

Hello tout le monde,
Bienvenue pour ce Top Ten Tuesday…

Le thĂšme du jour:

10 romans Thriller que je souhaite lire

Je vous mets les rĂ©sumĂ©s des livres juste en dessous…

Bon mardi Ă  tous

Lire la suite de « Top Ten Tuesday 2022/9 : 10 romans Thriller que je souhaite lire »

2019 – Entre les lignes – Michelle Adams

 

Vous ĂȘtes Ă  l’hĂŽpital et vous ne vous souvenez de rien. À qui pouvez-vous faire confiance ?
Quand ChloĂ© Daniels ouvre les yeux, elle n’a aucun souvenir des Ă©vĂ©nements qui l’ont conduite Ă  l’hĂŽpital. ComplĂštement amnĂ©sique, elle ne reconnaĂźt personne autour d’elle – ni sa famille ni son reflet dans le miroir. Elle a tout oubliĂ©, mĂȘme son prĂ©nom. De retour Ă  la maison, ses parents lui racontent peu Ă  peu sa vie d’avant : avocate, elle Ă©tait sĂ©parĂ©e d’un mari violent et mĂšre d’un enfant
 Un enfant mort, par sa faute, dans l’accident de voiture dont elle a rĂ©chappĂ©. Pour calmer ses angoisses, ChloĂ© peut compter sur son pĂšre, psychiatre, et sur un de ses collĂšgues. Mais les sĂ©ances d’hypnose virent au cauchemar. Quel rĂŽle a-t-elle vraiment jouĂ© dans l’accident ? Qui est cet homme qui la menace constamment ? PrisonniĂšre d’une mĂ©moire dĂ©faillante, complĂštement dĂ©pendante, ChloĂ© veut comprendre pourquoi on lui ment.

sortie le 16 Janvier 2019
Editions Milady
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

‱ ‱ ‱ ‱ ‱

COUPDECOEURJe suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour vous parler d’un livre que je viens de terminer et qui, alerte spoiler, a Ă©tĂ© un coup de coeur pour moi…
Michele Adams,c’est l’auteure du livre Sisters, qui a beaucoup fait parler de lui mais que je n’ai pas encore lu (du coup, si vous l’avez lu, dites moi ce que vous en pensez).

Dans entre les lignes, on se retrouve face Ă  ChloĂ©, une jeune femme qui se rĂ©veille Ă  l’hĂŽpital aprĂšs un accident de voiture et un petit temps dans le coma, et n’a plus aucun souvenir de son passĂ©..
Elle va habiter chez ses parents, oĂč son pĂšre, psychiatre de profession, prend en main sa revalidation. Peu Ă  peu, au fil du temps, elle va apprendre de sa famille que dans l’accident, son petit garçon est dĂ©cĂ©dĂ© dans l’accident. (jusque lĂ , je ne vous spoile rien, c’est sur la 4Ăšme de couverture). Lire la suite de « 2019 – Entre les lignes – Michelle Adams »

Halloween night, de Alexis Aubenqueï»ż

Seattle, USA.
Six Ă©tudiants convaincus de n’avoir peur de rien louent pour Halloween un manoir perdu au milieu de nulle part et que l’on dit hantĂ©.
Le clou de la soirĂ©e ? Une sĂ©ance de spiritisme, « pour rire ».
Pour Brian, quarterback de l’Ă©quipe de foot de la fac et autoproclamĂ© sale gosse de la bande, c’est l’occasion de pimenter encore un peu plus un week-end qui s’annonce torride avec sa petite amie, Mandy, qui n’a pas non plus froid aux yeux.
Le « good guy » Luke et sa copine Kelly, eux, ne sont pas contre une expĂ©rience mystique ; ces vieux murs s’y prĂȘtent tellement ! Surtout aprĂšs la dĂ©couverte par Kelly des Ă©tranges carnets de l’ancien propriĂ©taire des lieux…
Quant Ă  Melvin, le geek de la bande, il est prĂȘt Ă  tout pour sĂ©duire Courtney, la gothique Ă  mĂšche bleue, et se dĂ©niaiser enfin. Et tant pis si tout cela lui fait bien plus peur qu’il ne le laisse paraĂźtre.
Mais la sĂ©ance va rapidement se rĂ©vĂ©ler beaucoup moins paisible que prĂ©vu : les esprits qu’ils invoquent n’apprĂ©cient visiblement pas du tout d’ĂȘtre dĂ©rangĂ©s. BientĂŽt, c’est tout le manoir qui semble conspirer contre ces invitĂ©s indĂ©sirables. Et la peur s’invite alors que la nuit tombe et que d’inquiĂ©tantes poupĂ©es de porcelaine semblent prendre vie…

‱ ‱ ‱ ‱ ‱
Editions Hugo & cie
Sortie : 21 octobre 2021
Lu en partenariat avec la maison d’édition via Netgalley
Note personnelle : ★ ★ ☆ ☆ ☆

‱ ‱ ‱ ‱ ‱

Je pense que cette chronique va ĂȘtre assez courte, car ce livre me laisse tellement perplexe que les mots me manquent un peu


Cela fait des annĂ©es que je rĂȘve de dĂ©couvrir la plume d’Alexis Aubenque, mais je ne sais pas pourquoi, j’ai toujours repoussĂ© la dĂ©couverte
. Pourtant, ce n’est pas faute de voir des avis Oh combien positif sur sa plume, ses histoires, ses personnages
 J’avais donc vraiment hĂąte de dĂ©couvrir Halloween night


Le titre du roman et sa couverture, ainsi que la 4Ăšme de couverture, avait pourtant tout pour me plaire
. Halloween, un manoir perdu au milieu de nulle part, rĂ©putĂ© hantĂ© de surcroit, une sĂ©ance de spiritisme
 Tout Ă©tait rĂ©uni pour me faire passer un excellent moment lecture


Le thÚme des maisons hantées est déjà quelque chose qui me plait en général énormément
 Encore plus si cette hantise est le fait de poupées
 Que ce soit en livres, ou en films (avec des sagas telles que Annabelle, ou encore Chucky pour une référence plus ancienne).

Et pourtant, c’est un gros flop pour moi

Pour rappel, ce livre est estampillĂ© thriller fantastique
 Je pense qu’il y a erreur, là


Lire la suite de « Halloween night, de Alexis Aubenqueï»ż »