Archives du mot-clé Balivernes

[✎] Une si jolie Terre

Satoe TONE
Editions Balivernes
32 pages

lu en part avec la MELa banquise fond.
Quatre-vingt-quatre pingouins doivent trouver une nouvelle maison.
Mais où ?
La Terre est si polluée…

ce que j'en ense

Je vais essayer de commencer dans l’ordre…

Ce livre m’a tout de suite attirée par son thème, car j’étais curieuse de voir la manière dont celui-ci serait abordé avec les petits loups 🙂

Point de vue de l’histoire, elle est vraiment bien faite… le thème de la sauvegarde de la Terre est amenée à la fois de manière sérieuse mais ludique, et  les petits plus de la fin du livre m’ont enchantée. Certes, le bilan dressé n’est pas réjouissant, rien n’est joyeux, mais c’est juste la réalité des choses et une belle manière d’instruire et éduquer les petits à  la sauvegarde de notre planète et des conséquences de la pollution en tous genres.

Les choses sont racontées aux enfants de manière simple, posée, mais compréhensible… cela ouvre la discussion sur le sujet, et c’est pour moi un grand atout de ce genre de livres pour enfants… c’est plus qu’une histoire, c’est toute une éducation sur un sujet sensible qui en découle… cela donne des pistes aux parents pour aller plus loin, et je trouve ça vraiment important.

UneSiJolieTerre__Page_09-e018e0e863

Les illustrations sont pour moi parfaites pour les petits: elles sont à la fois colorées, mêlant formes et couleurs variées, tout en restant très douces, très « calmes », non agressives… et pourtant, au travers des contrastes utilisés entre l’endroit « rêvé » et la réalité des choses, cela permet en peu de mot de laisser l’image parler d’elle-même…

En dehors de ça, on retrouve toujours le même format que les autres livres pour les tout petits dans leurs collections, et je trouve ça génial car cela permet outre l’aspect pratique de prise en main, d’avoir une bibliothèque harmonieuse pour l’oeil, et ça aussi, je trouve ça important… :p

[✎] Ploc Ploc la grenouille aux yeux d’or

Ploc Ploc la grenouille aux yeux d'or

Editions Balivernes
32 pages

lu en part avec la ME
Près d’un étang vit Ploc Ploc, la grenouille aux yeux d’or. Mais les autres animaux prennent ses yeux magnifiques pour des billes, des médailles, des lunettes…
Ploc Ploc va se mettre vraiment en colère!
Mais elle se rendra compte que tout le monde peut se tromper…

 

ce que j'en ense

Je dois avouer que ce livre pour enfant me laisse un peu une impression en demi-teinte…

D’une part j’ai trouvé l’histoire très jolie, et je trouve que la leçon de morale, ou plutôt de vie, que l’on y trouve est vraiment bien amenée..

C’est ce qui me fait toujours craquer pour les livres jeunesse des éditions Balivernes: les livres qu’ils choisissent de publier regorgent de leçons de vie magnifiques, d’histoires merveilleuses… Ils ont des collections riches de sens et ce livre n’y fait pas exception.

Mais par contre, j’ai trouvé les illustrations très sombres, et je suis de ces personnes qui pensent que les livres pour enfants doivent être d’avantage colorés pour attirer leur attention et les inciter à s’y intéresser.

Maintenant, si on les prends en dehors « du contexte » il faut dire qu’elles sont vraiment intéressantes, bien travaillées, mais peut être pas pour un livre pour enfant, selon moi…

Sinon, je trouve que tant l’aspect du livre que son contenu sont soignés, aux finitions pensées et le tout apporte à l’enfant un bel objet.. La couverture cartonnée est très solide, et le format idéal pour la prise en main par les enfants…

Mais pour l’histoire, même si elle convient au plus petit, je pense vraiment que les images sont pour un public un peu plus âgé… mais je me trompe peut être…

[Jeunesse] La collections « Les petits chats »

Image3

Le Chat Rabia
Le chat Rabia est timide. Très timide même, et se mélange les mots dès qu’il se met à parler. Mais par amour, il va faire des efforts, travailler et répéter. Il va prendre des cours  et se mettre à répéter des phrases très compliquées avec des mots très étranges : « Australo-pastèques » ou « Ouada-Gadoue ». Après de terribles efforts, ces mots vont devenir des « Australopithèques » et des « Ouagadougou ». Il va ainsi devenir un vrai prince Chat-rmant, et la belle Miss Tinguette ne pourra qu’être séduite par celui qui a su trouver les mots les plus simples et les plus sincères !

lu en part avec la MELe Chat Ritable
Le chat Ritable est le plus adorable des chats, toujours prêt à rendre service, à tel point que certains profitent de lui comme le chat Rivari. Ce dernier va même inviter son groupe de rock à venir manger et jouer chez le chat Ritable. Comme ils reviennent le lendemain encore, le chat Ritable va devoir trouver une astuce pour faire comprendre à ces indésirables qu’il faut apprendre à donner pour construire de vraies et belles amitiés…

Le Chat Mailleur
Il était une fois un terrible chaton qui aimait batailler à la moindre occasion, qui, pour une broutille râlait pendant des heures. Ce petit querelleur, c’était le chat MailleurSon mauvais caractère l’entraînait toujours dans de vilaines bagarres et il ne savait pas perdre sans se mettre en colère. Mais à Noël et à cause de nouvelles bêtises, il eut une sacrée surprise…

Le Chat Touillis
Le chat Touillis est un incorrigible farceur. Il ne peut résister.  A l’école, à la maison, tous ont été victimes de ses blagues, mais tout le monde ne rit pas… Quand ce petit chat ira à son rendez-vous avec la belle Lili, la petite minette un peu chipie, la farce sera cette fois pour lui, et son tête-à-tête tournera court. Vexé mais beau joueur, il comprend  enfin que les meilleures blagues ne sont pas toujours drôles pour celui qui se fait prendre et qu’il faut savoir s’arrêter…

ce que j'en ense

J’ai complètement craqué pour cette collection des petits chats…

Dans un premier temps, ce sont les jeux de mots qui ont attiré mon  intention… Puis j’ai vu les illustrations, et là, je suis tombée sous le charme, je les trouve magnifiques et très adaptées pour les touts petits… Pleine de couleurs, pas nécessairement super détaillées, mais vraiment engageantes et qui donnent envie d’être vues…

Ajoutez à cela des petites histoires marrantes, amusantes, avec derrière des petites leçons de vie sur base de défauts au départ anodins, je trouve ça génial pour montrer aux enfants comment ne pas allez trop loin (concernant les défauts) ou au contraire, les vertus de certaines qualités…

Ils apprennent le respect, l’amitié, la persévérance, la reconnaissance de ses erreurs, …le tout de manière tendre et amusante…

Je dois avouer avoir eu un gros coup de coeur pour le Chat Ritable, que j’ai trouvé trop mignon…

Des petits livres à partager en famille…

[✎] Le prince des maudits, tome 2 : Emil le Clairvoyant

Editions Balivernes (Romans Ados)
Publié en 2011 ~ Langue : Française ~ 336 pages

Alors qu’elle visitait les ruines d’un château allemand avec sa classe, Eva s’est trouvée mystérieusement projetée au Moyen Âge, au cœur d’une bataille médiévale. Elle s’est vue contrainte de fuir et de protéger le Prince aveugle Emil. Une prophétie la désigne comme la Fille de l’Araignée, celle qui doit sauver les Maudits, les partisans hors-la-loi du prince. Après avoir retrouvé Mike, un élève bien étrange mais si énervant de sa classe, elle devra affronter Michaël de Starkenburg qui a fait assassiner les parents d’Emil et envahi son domaine.

Le temps de la fuite est fini, il faut vaincre, sinon, le cours de l’Histoire sera changé, le futur d’Eva détruit et ses chances de retour dans son siècle anéanties…

Super! J’aime j’aime j’aime..

Un second tome dans la lignée du premier… génial!

J’ai eu la chance de découvrir le premier tome de cette saga (voir la chronique ICI) et je dois dire que j’avais adoré découvrir cet univers et ces personnages.

Autant vous dire que quand on m’a proposé la suite en service presse, je n’ai pas hésité une seconde… J’avais très envie de retrouver l’ambiance de ce livre.

  Le style de l’auteur est toujours aussi plaisant. Il est bien adapté au public ciblé, à savoir les enfants de 12-13 ans…

Fluide, intéressant, entraînant, il tient en haleine le lecteur par son style agréable.

Les descriptions sont présentes quand il le faut, mais pas à outrance, ce qui ne « gave » pas le lecteur, surtout les plus jeunes qui, de ce fait, ne seront pas noyés sous de l’information inutile ou plutôt trop condensée.

Les sentiments et ressentis des différents personnages ressortent à merveille. Lenia Major a vraiment le don de faire passer les émotions au travers de sa plume.

   Ce que j’aime dans ce livre, c’est qu’on ne s’ennuie pas! Pas un temps mort, le livre est blindé de rebondissements plus intéressants et entraînants les uns que les autres.

 On retrouve avec plaisir les paysages, et l’ambiance mise en place dans le premier tome.

Des combats avec des soldats vaillants et bien entraînés, une histoire d’amour d’ados, de la morale pour ceux qui savent lire entre les lignes… le tout avec un royaume, qui, il ne faut pas l’oublier, est en péril…

     Eva, un caractère bien trempé, fort. Elle va avec une apparente facilité faire face à des situations compliquées, qui l’obligeront à faire des choix parmi les plus difficiles. Son courage est exemplaire. Malgré tout, elle va protéger à la fois son propre destin, mais également veiller à protéger les siens, ce qui m’a plu. Son optimisme est aussi à toute épreuve…

 Quant à Emil, il reste également fidèle à lui-même. Il est relativement plus en retrait, dans ce tome, je trouve.

 Ce petit couple est à la fois émouvant et absolument pas pompeux… On laisse, ici encore, les amours d’adolescents à leur place, à savoir dans le sobre, le contenu, … on est loin de ce que l’on retrouve dans la majorité des livres actuels pour adolescents, où l’on prête des sentiments d’adultes à des gamins.

 Ce que j’aime aussi, c’est que dans cette saga, les personnages ne sont pas « parfaits ». Ils font des erreurs, mais s’en rendent compte et les assument.

   Je ne sais pas s’il en est de même pour vous, mais personnellement, je trouve la première de couverture vraiment splendide… ce château, ces couleurs, … superbe.

  J’ai adoré ce second et dernier tome autant que le premier! Une belle découverte.

Je vous le conseille vivement (après lecture du tome 1, bien entendu)

Merci aux éditions Balivernes  pour ces deux livres qui furent de belles découvertes…

Les premieres lignes

 Il était arrivé par-derrière. C’était sa marque de fabrique, à ce lâche. En 1490 comme en 2010, il était incapable de se comporter de manière franche.

Il ne m’avait même pas laissé deux minutes pour me reprendre, évacuer la peur de la nuit, effacer les images du carnage que nous avions perpétré à la sortie de la forêt, classer derrière une masse de neurones inutiles le visage brûlé de Cunrad, puis sa chute dans le Rhin, transpercé par les flèches ennemies. Non, non, non. C’était trop demander à monsieur que de me ficher la paix quelques instants, de me laisser croire que, sur cette rive, je pourrais souffler.

– T’en as mis un temps ! Purée, tés plus forte pour résoudre les équations avec des fractions que pour parcourir vingt malheureux kilomètres ! Deux jours que je t’attends. J’ai cru que tu n’arriverais jamais. Yo. Bon, sinon, ça va, l’Intell ?

Voilà ce que m’avait dit Mike, avec un grand sourire accroché à sa face niaise de chanteur de Boy’s Band.

Mike. Le même Mike qui m’avait poussée par-dessus la rambarde de l’Altes Schloss, perché sur les hauteurs de Baden-Baden, cinq jours auparavant. Enfin, cinq siècles et trente ans moins cinq jours auparavant, si l’on veut être tout à fait précis. Et j’aime être tout à fait précise, quelles que soient les circonstances, sinon après, ça me bloque, je ne pense plus qu’à rectifier mon imprécision et ça m’empêche d’accomplir d’autres tâches convenablement. Comme péter deux rotules par exemple. Ou arracher des oreilles et les faire avaler à leur propriétaire, accompagnées de petites lamelles de nez. Ou, pourquoi pas, pendre par les pieds un certain individu, lui ouvrir la panse, en sortir les boyaux, les accrocher à la selle de Noren et la lancer au grand galop d’une bonne claque sur la croupe.

Le même Mike, donc, à la mèche plaquée sur le front près, dont la vision me faisait venir à l’esprit des idées de tortures raffinées et des fringales de barbarie.

Ces charmantes scènes, ajoutées à la surprise de le trouver là, me maintinrent coite pendant plus d’une minute.

Il continuait à me dévisager, toujours souriant, espérant sans doute que j’allais lui sauter au cou, ravie de retrouver un visage familier dans ce Moyen Âge inconnu.

Ce livre s’inscrit dans le challenge « Jeunesse/Young adult » organisé par Mélo et ses copines…

[✎] Mieux qu’un jouet

Publié en 2007 ~ Langue : Française ~ 29 pages

Il y a très longtemps, je ne me souviens même plus quand, j’ai reçu un jouet extraordinaire. Ce merveilleux jouets peut presque tout faire. Laissez-moi vous présenter ce jouet unique…

Super! J’aime j’aime j’aime..

Une manière attendrissante et amusante de découvrir ce qui est « encore mieux qu’un jouet » 🙂

Avant toute chose, je tiens à vous dire que ce livre complète à merveille « mieux que dix fées » que je vous ai présenté il y a peu…

Un petit garçon, tout ce qu’il y a de plus adorable, nous raconte avec un enthousiasme non dissimulé tous les moments vraiment géniaux qu’il partage avec le jouet le plus extraordinaire qu’il ait jamais reçu.

De moments de jeux à celui de chasser les  monstres sous le lit, ce jouet hors du commun est indestructible et incroyable…

 

Comme dans son homologue « mieux que dix fées », ce livre offre aux enfants une histoire amusante, avec un vocabulaire varié, mais qui leur parle…

Ce qui est amusant aussi, c’est la typographie du texte: des courbes, des bosses et des fosses, des changements de police, de taille de texte, qui attire l’œil de l’enfant et l’intéresse d’avantage.

Complétez ce tableau par des illustrations douces, intimistes, plongeant dans l’imaginaire de l’enfant sans aucune difficulté… Les dessins sont doux, arrondis, dans des tonalités de couleurs variées mais choisies avec soin… chaque page nous gratifie d’un point de vue amusant ou touchant, mais vu comme un arrêt sur image sur un moment du quotidien de l’enfant.

Rajoutez à tout cela une pointe d’humour, beaucoup de tendresse et d’amour, et vous obtenez un album hors du commun.

Tout est fait pour un ouvrage agréable à lire, plein de magie et de tendresse.

A découvrir pour tout les petits loups…

Encore une merveille des éditions Balivernes.

[✎] Mieux que dix fées

Publié en 2007 ~ Langue : Française ~ 32 pages

Dix fées se succèdent avec chacune un don particulier. La première fée sème des petits bisous partout, la deuxième est la reine des chatouilles, la cinquième super forte en rangement… Mais quelqu’un possède tous ces dons réunis : une maman. Commentaire : Blonde, brune, châtain, les yeux bleus, verts ou marron, dix fées toutes différentes et plus jolies les unes que les autres sont dessinées dans leur univers de douceur aux couleurs tendres et définissent toutes les qualités d’une maman. Jouant sur les couleurs, la tenue de la ligne et la taille des caractères, le texte simple souligne le don décrit. Un petit livre enchanteur, au format très agréable, pour dire combien on aime sa maman. Couverture rigide, cahiers cousus.

 Excellent! J’en veut encore…

Comment ne pas aimer un livre aussi splendide!!

Je vous propose, une fois de plus, un petit voyage au pays des fées…

Je crois qu’il n’est plus à expliquer mon amour pour ces petits êtres…

J’ai chaque fois grand plaisir à découvrir des albums les mettant en scène, et celui-ci ne m’a pas laissée en reste…

En effet, avec ce livre, c’est encore une fois un monde merveilleux qui s’offre à nous… Chaque page est un délice, chaque fée une découverte et l’on va de surprise en surprise…

L’histoire nous raconte donc l’histoire de dix petites fées, et chacun a un talent bien particulier, un domaine où elle excelle… les calins, la cuisine, les chatouilles…

Mon coup de cœur? La dixième fée, celle des histoires… je suis tombée sous son charme, c’est certain…

 

On voit ainsi sous nos yeux « naître » dix fées, pour découvrir que toutes les qualités réunies de ces fées se retrouvent, finalement, dans une seule et même personne… mais chuuut…

Pourquoi j’ai aimé ce livre? Déjà, les illustrations sont… magiques, ou plutôt, féériques, devrais-je dire… les dessins sont d’une qualité exceptionnelle, d’une douceur attendrissante, d’une finesse rarissime…

Les textes, quant à eux, sont à la fois touchants, amusants, le vocabulaire, adapté aux plus petits, est cependant coloré et simple. Il s’adapte à merveille aux illustrations, à moins que ce ne soit l’inverse… le tout est indissociable, en fait… les deux se complètent superbement…

Alors, avez-vous deviné ce qui est mieux que dix fées?

[✎] À l’orée des fées

Editions Balivernes
Publié en 2006 ~ Langue : Française ~ 72 pages

Qui sont donc les Fées ?
Mystérieuses et bienveillantes beautés.
Elles sont présentes autour de nous à chaque instant.
Elles veillent sur notre destin et pourtant.
Nous ne les voyons presque jamais.
Ce livre vous révélera certains de leurs secrets.
Peut-être les avez-vous déjà croisées ?
Préparez-vous à les adorer !

Coup de coeur! Je suis sous le charme…

Plutôt deux fois qu’une, ce livre fait ressurgir mon âme d’enfant et me ravit… un diamant brut à découvrir de toute urgence avec vos enfants.. ou juste pour votre plaisir personnel…

Souvent, les enfants croient dur comme fer aux fées… puis en grandissant, ils perdent de cette naïveté infantile pour balayer d’un trait ce monde merveilleux des fées…

Pourtant, je dois reconnaitre que je suis de ces personnes qui croient encore, une fois adultes, aux fées, aux anges, au monde fantastique où ces créatures merveilleuses évoluent…

C’est ainsi que confortablement blottie dans la canapé, entourée d’une couverture toute douce et de mon chat tendrement lové à côté de moi, je suis partie à la rencontre de ces fées…

Dans « A l’orée des fées », on est irrémédiablement embarqué pour un voyage magnifique pour ce pays enchanté… De la première de couverture à la dernière page, on est comme envoûté..

Des dessins d’une douceur, d’une finesse et d’une délicatesse qu’aucun mot ne suffirait à décrire. D’ailleurs, je serais bien incapable de vous présenter celui qui m’a le plus touché, tant tous m’ont émerveillée, j’étais, en compagnie de ce livre, comme une petite fille dans une fête foraine: mes yeux brillaient, je ne savais où les poser tant j’avais envie de tout voir, tout découvrir, et tout garder en mémoire. J’étais prête pour une partie de cache-cache avec elles 🙂

Les textes, quant à eux, sont enchanteurs… les mots chantent de douces mélodies à mon oreille tout du long de ma lecture…

Ils nous transportent dans l’univers particulier de chaque fée, nous offrant un coup d’œil sur sa destinée, sa spécificité, …

Toutes ces fées découvertes étaient plus amusantes, douces, touchantes et merveilleuses les unes que les autres…

J’ai eu, cependant, un énooorme coup de cœur pour Céleste, fée de la nuit… D’une beauté époustouflante entourée de la Lune et ses étoiles.

Si je devais décrire en quelques mots ce petit bijou:  le résultat d’un talent extraordinaire…

Un livre tel que celui là donne envie d’être enfant pour encore quelques temps, pour partir rejoindre ces fées dans leur monde imaginaire …

J’ai toujours été passionnée par les fées et leur monde magique, même du haut de ma vie d’adulte… et ce livre est un coup de cœur énorme que je garderai toujours à portée de main…

Merci aux éditions Balivernes pour cette découverte merveilleuse…

Si vous ne connaissez pas encore cette maison d’édition, n’hésitez pas à vous rendre sur son site, vous en ressortirez conquis à coup sûr…

[✎] Lili, capricieuse petite sorcière

Editions Balivernes

Publié en 2006 ~ Langue : Française ~ 29 pages

Présentation du livre chez l’éditeur

Lili, la petite sorcière, ne veut pas ranger sa chambre.
Elle fait même un tel caprice qu’elle lance un sort sur ses parents. Mais bien vite, elle le regrette et part à leur recherche. Saura-t-elle se rappeler du mot magique pour les retrouver ?

 Excellent! J’en veut encore…

Ce livre est génial! Les enfants vont adorer…

Ce livre est le genre de petites merveilles que j’adore découvrir…

Point de vue des illustrations, elles sont attirantes pour les enfants, … les visages des personnages sont très expressifs, ils font passer à merveille le message lié au texte…

Les aquarelles présentes dans ce titre renforcent l’imaginaire et l’aspect enfantin. Cela sied à merveille au livre et la tranche d’âges concernée. J’aime les « imperfections », que l’on peut y trouver, telles qu’un manque de proportions par moment, ce qui touchera d’avantage l’enfant qu’un dessin « parfait » de ce point de vue mais sans âme… ici, tout respire l’enfance, pour que l’enfant soit « comme chez lui », qu’il s’y retrouve…

Le texte, lui, est vraiment bien écrit… des phrases courtes, pour bien toucher les enfants en allant à l’essentiel. Une histoire du quotidien, amenée de manière ludique mais efficace…

La morale dans ce livre est multiple: le fait qu’il faut écouter ses parents, que quand on est en colère, on peut dire ou faire des choses que l’on regrette très vite, et la plus importante de tous, savoir demander pardon pour ses fautes, et que même si on fait de grosses bêtises, les parents ne cessent pas de nous aimer, une fois que l’on demande pardon, les choses rentrent dans l’ordre… Toutes ces choses que les enfants se doivent d’apprendre, et qui est ici amené de manière très simple mais efficace…

Le personnage de Lili reflète bien la manière d’être des enfants, ce qui permettra à chacun d’entre eux de trouver leur place dans cette histoire, de facilement s’accrocher et s’identifier à la petite sorcière capricieuse. Le message présent dans l’album passera d’autant mieux.

Merci aux éditions Balivernes pour cette découverte. Une fois de plus, un livre jeunesse vraiment intéressant et enrichissant pour les enfants.

[✎] Le prince des maudits, tome 1 : La fille de l’araignée

Editions Balivernes
Publié en 2011 ~ Langue : Française ~ 256 pages
Alors qu’elle visite les ruines d’un château allemand avec sa classe, Eva se trouve mystérieusement projetée dans le passé, au cœur d’une bataille médiévale. Elle se voit contrainte de fuir et de protéger le Prince Emil, dont le père a été assassiné. L’intelligence d’Eva lui sera aussi utile que sa pratique des arts martiaux pour vaincre les nombreuses embûches qui se dresseront sur leur chemin. Et dans ses rêves, on la surnomme la fille de l’Araignée, on l’appelle la Maudite. Que veulent dire ces voix ? Saura-t-elle dompter les forces occultes qui la guident ?

 Excellent! J’en veut encore…

Un livre étonnant, qui sous ses airs de fantastique/fantasy, est plein de bon sens. un régal pour les yeux 🙂

J’ai eu la chance de pouvoir découvrir ce livre grâce aux éditions BALIVERNES, que je remercie grandement.

Je me suis dit, au départ, que comme il s’agissait d’un livre jeunesse, je savais à quoi m’attendre… Et bien pas du tout! Ce livre fut vraiment une très bonne surprise que je suis contente d’avoir découvert!

L’auteur et sa plume? Un pur délice… Les tournures phrases sont agréables, les mots bien choisis, le rythme plaisant… tout est fait pour un moment lecture des plus fantastiques…

D’ailleurs, en parlant du rythme, je ne me suis même pas rendu compte de la vitesse à laquelle les pages se tournaient et l’histoire avançait… J’étais tellement prise dans l’action que tout se déroulait sous mes yeux de manière très naturelle. Je n’ai constaté aucun temps mort, ce qui rend la lecture très fluide.

Par contre, je dirais que pour les plus de 15 ans, ce livre risque d’être trop simple de par la manière dont les choses sont contées… donc il est vraiment bien prévu pour les 11-13 ans je dirais.

J’ai aimé le personnage d’Eva… il faut le reconnaître, beaucoup auraient flippé pour bien moins que ce qu’elle a eu à vivre, et pourtant, elle ne se démonte pas… Elle s’adapte facilement à la situation, est courageuse… J’ai aimé le fait que pour une fois, le « héros’ soit en fait une demoiselle… cela change vraiment de tous ces livres où les filles sont montrées comme de « pauvres âmes en détresse ».

Celui d’Emil n’est pas mal non plus, mais j’avoue que ce n’est pas lui qui a ma préférence dans ce livre, pour la raison évoquée dans le paragraphe précédent.

Et le gros point positif: malgré une attraction latente entre Eva et Emil, il n’y a pas d’histoire d’amour ennuyante, classique et  pleine de mièvreries. Cela reste dans le domaine du mignon… Au moins, cela remets les enfants/ados à la place qui est leur, sans les lancer à cœur perdu dans des relations amoureuses qui, selon moi, ne sont pas de leur âge, comme on peut très souvent le voir dans beaucoup de livres dits « jeunesse » ou pour adolescents.

Les décors sont plantés, mais pas de manière lassante et ennuyeuse… ici, pas de longues description, juste ce qu’il faut pour plonger le lecteur dans l’atmosphère voulue, et ensuite laisser son esprit vagabonder au gré de ses envies et de son imagination, …

On y retrouve donc de la fantasy, des personnages et des décors géniaux, de l’humour aussi, … mais pas que: le livre est plein de petits messages, de leçons de morale ou plutôt, leçons de vie: l’entraide, la solidarité, le non-jugement, la tolérance…

C’est ce que j’aime avec les Editions Balivernes… au-delà de l’aspect ludique, amusant et visuel des livres qu’ils éditent, il y a toujours un beau message sous-jacent… le petit plus qui fait du livre un véritable bonheur et un brin d’apprentissage au passage…

J’ai hâte de pouvoir découvrir la suite de cette saga, qui promet encore de bons instants lecture…

Ce livre rentre donc à la fois dans le RAT,  Mais aussi dans mon challenge « Jeunesse/Young adult« 

  

[✎] 24 Heures Dans La Vie De Théo

Texte de Virginie Lydie.Illustrations de Yann Hamonic.
48 pages, 13×18 cm, souple.
Editions Balivernes
Sur le trottoir, à côté des Galeries Farfouinettes, elle a posé un petit carton, à côté d’elle, à même le sol. Elle n’aurait jamais fait ça si elle n’était pas malade, mais la poudre blanche coûte cher… Théo devra faire quelque chose pour la sauver.

 

Coup de coeur! Je suis sous le charme…

Ce petit livre jeunesse est vraiment émouvant et sensationnel!

Pour moi, il n’y a pas photo… Ce livre est sans conteste LE livre à faire lire à ses enfants en âge de comprendre les problèmes liés à la drogue…

Il illustre de manière vraiment sensée et touchante la déchéance d’une mère de famille qui, pour assouvir son vice et payer sa « poudre blanche » (qu’elle fait passer pour un médicament auprès de son petit garçon), confronte son fils à la pauvreté, la mendicité, au mensonge, à la malnutrition, à la violence de l’état de manque ou celui de la dépendance, aussi… et l’enferme peu à peu dans une spirale infernale et dangereuse.

Les textes sont simples, mais percutent, avec des phrases choc, qui vont droit à l’essentiel sans pour autant aller dans le « morbide ».

L’écriture est agréable, pleine d’énergie, elle fait à merveille passer le message.Pourtant, le parti était risqué, car aborder le sujet de la drogue avec les plus jeunes n’est pas chose aisée.

Cette histoire, c’est un peu comme le témoignage d’un enfant qui voir sa mère « malade », en souffrira, mais malgré tout, plutôt que de tomber dans le tragique énervant, on reste dans le lucide, le concret, face à une situation des plus difficiles et complexe à comprendre pour un enfant.

Imaginez, un enfant qui se retrouverait face à cette situation:

« Maman, tu ne te rappelles pas ? Cette nuit, tu voyais des monstres et tu as réveillé tous les voisins. La police est venue, il y avait aussi les pompiers, des médecins, et une ambulance est venue te chercher. » page 39

Les illustrations sont très belles, simples, aux couleurs douces. Les dessins donnent une impression de calme, de tendresse, de douceur… On aurait pu croire que les illustrations liées à un tel récit seraient plus « choc », mais il n’en est rien, et c’est tant mieux… Elles ont un aspect réconfortant

Le petit Théo, personnage principal de ce livre pour enfant, est un petit garçon comme tous les autres, mais plongé dans un univers qui ne devrait pas être celui d’un garçon de 10 ans… ce que j’ai aimé, c’est qu’on lui confère à la fois la naïveté de l’enfant (on n’en fait pas un enfant omniscient à la maturité exagérée), mais aussi l’amour et l’inquiétude pour sa mère… Tout est fait pour que ce personnage soit attachant et que les enfants puissent aisément s’y reconnaître…

La morale de l’histoire est expliquée de manière détournée mais simple et accrocheuse, pour marquer malgré tout les esprits des enfants, et leur donner une piste de réflexion et d’action s’ils venaient à être confrontés à une telle situation.

Honnêtement, un vrai coup de coeur pour ce petit livre, mais au grand potentiel! Il est à mettre entre toutes les mains des enfants d’une dizaine d’années. Il est parfait pour ouvrir le dialogue avec son enfant sur les méfaits de la drogue.

 

Un tout grand merci aux éditions Balivernes pour ce Service Presse qui m’a permis de découvrir ce petit livre vraiment génial…

Chaque nouvelle lecture de leur collection me surprend (agréablement).