Archives du mot-clé Belfond

[Contemporaine] Chambre 2 (Julie Bonnie)

Chambre 2
Julie Bonnie

Editions Belfond (2013)
186 pages

Une maternité. Chaque porte ouvre sur l’expérience singulière d’une femme tout juste accouchée. Sensible, vulnérable, Béatrice, qui travaille là, reçoit de plein fouet ces moments extrêmes.

Les chambres 2 et 4 ou encore 7 et 12 ravivent son passé de danseuse nue sillonnant les routes à la lumière des projecteurs et au son des violons. Ainsi réapparaissent Gabor, Paolo et d’autres encore, compagnons d’une vie à laquelle Béatrice a renoncé pour devenir normo/e. Jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus supporter la violence du quotidien de l’hôpital.

Un hommage poignant au corps des femmes, et un regard impitoyable sur ce qu’on lui impose.

ce que j'en ense

4 bouleversant

Je dois avouer que j’ai un avis très mitigé sur ce livre…

Cela risque d’en “choquer” certains qui ont lu ce livre et l’ont apprécié, mais je pense sincèrement que j’aurais préféré en savoir plus sur les patientes de ce service que sur la vie de Béatrice. J’ai trouvé les passages de sa vie presque sans intérêt pour le livre… je préférais largement l’histoire des personnes de chacun de ces chambres, et aurait apprécié que ce soit plus approfondi, que le psychologique soit d’avantage présent…

Maintenant, en dehors de ça, l’écriture était agréable, bien menée, etc… Le style était simple, fluide, et laisse passer les émotions de ces femmes tout juste mères.

Mais du fait des interludes de la vie de la narratrice, je n’ai pas accroché autant que j’aurais espéré le faire en ouvrant ce livre.

En dehors de ça, j’ai adoré le regard porté sur la maternité.. qu’elle soit heureuse, ou malheureuse.. ces histoires de femmes, qui peuvent arriver à chacune d’entre nous, m’ont touchée. Elles m’ont même émue aux larmes.  Car il faut le savoir, ce livre est un livre très dur sur le milieu de la maternité… car on n’y voit pas que le bonheur qui devrait être. Perte d’enfant, déni de maternité, autant de sujets qui me touchent profondément.

Béatrice, à la fois narratrice et personnage central de l’histoire, est assez particulière. Je n’ai ressenti aucune affinité avec elle, elle m’exaspérait carrément..

Une lecture qui vous met le cœur à l’envers… parce que tout le monde dit toujours que la maternité est une chose magnifique, mais force est de constater que la réalité est toute autre…

d'autes l'ont lu

     

 

[✎] L’accro du shopping, tome 6 – Mini-accro du shopping

Editions Belfond (Mille comédies)

Publié en 2011 ~ 467 pages

J’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver Becky, fidèle à elle-même, pour des aventures toujours plus rocambolesques …
L’histoire:L’accro du shopping fait son grand retour, flanquée de la pétulante Minnie, deux ans seulement et déjà un caractère bien trempé. Telle mère, telle fille ? Les aventures hilarantes et émouvantes d’un irrésistible duo pour le sixième volet d’une série-culte.

La maternité, Becky la voyait comme dans les magazines : elle en Fashion Mummy, courant les boutiques avec son bébé ultralooké, sage comme une image. Dans la réalité, Minnie est une vraie tornade capable de dévaster un magasin entier si on lui refuse quoi que ce soit. Mini-accro, certes, mais surtout aux caprices ! Dur dur pour la pauvre Becky.
Un malheur n’arrivant jamais seul, Luke embauche une nounou un peu trop parfaite, la maison de leurs rêves leur passe sous le nez et la crise financière freine dangereusement toute velléité de shopping.

Heureusement, quand la situation semble désespérée, notre fashionista préférée a toujours plus d’un tour dans ses sacs…

Mon avis:
C’est toujours avec un énorme plaisir que je retrouve l’incroyable Becky pour de nouvelles aventures…
J’ai retrouvé la plume si agréable de Sophie Kinsella, qui sait faire couler les mots de manière spontanée et rendant l’histoire si facile à lire, à suivre, et à apprécier… Ce livre ne ce lit pas, il se dévore…
Becky, toujours aussi en forme, ayant toujours autant le chic pour se mettre dans des situations vraiment impossibles… Luke, éternel stressé et ayant les pieds sur terre plutôt deux fois qu’une… Jess, personnage que j’adore 🙂 Ils sont bel et bien tous là pour le plus grand bonheur des fans de cette saga. 
On pourrait croire que la maternité a fait « grandir » Becky, mais malheureusement, malgré ses efforts, le naturel revient au galop…
Les petits plus?
Ces échanges de lettres qui mettent un peu l’histoire sur pause et donnent lieu à des échanges écrits hauts en couleurs 🙂
Pour les déceptions? 
La cover fait apparaître une petite fille blonde, or, au début du livre, on nous la décrit comme une charmante fillette brune… Je sais, c’est un détail, mais je trouve ça dommage, ce manque de cohérence… 
Une autre déception, c’est le manque de présence de Minnie… Pour un titre qui la met en avant, je trouve qu’elle a été bien peu présente dans cet opus de la saga de l’accro du shopping… j’aurais vraiment adoré que l’histoire soit quelque peu plus centrée sur elle… Ici, elle fait bien quelques apparitions (mais quelles apparitions!!), mais trop peu nombreuses à mon goût…
Mais finalement, j’ai encore pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, qui suit bien les précédents tomes des péripéties de l’accro du shopping … 
A découvrir de toute urgence pour les fans 🙂

[✎] Une scandaleuse affaire

 À travers la chronique d’un scandale sexuel dans un collège huppé du Vermont, le portrait sombre et sans illusions d’une jeunesse livrée à l’alcoolisme, à la sexualité précoce et à la violence des images.
D’une actualité brûlante, un roman coup de poing qui nous met face aux contradictions de notre société. Le lycée Avery, prestigieuse pension de Nouvelle-Angleterre, est sous le choc depuis la découverte d’un film. Sur cette vidéo, les ébats sexuels de quatre élèves : trois garçons, ivres, et une fille de quatorze ans. Telle la boîte de Pandore, la cassette, dont le contenu circule bientôt sur internet, va libérer les secrets d’une petite communauté apparemment sans histoire, entre mensonges, adultères, hypocrisies, jalousies, culpabilité…
La machine à broyer médiatique est en marche, n’épargnant personne, ni les adultes, ni les élèves, jusqu’au drame…

 

Quand j’ai lu le résumé de ce livre, je n’ai pas pu m’empêcher de faire le parallèle avec la série livresque mais surtout télévisée qu’est Gossip Girl. (Petit clin d’œil à Serena, car je sais qu’elle adore)… et cela a éveillé ma curiosité. J’ai donc été ravie de remporter ce partenariat.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on rentre de plein fouet dans l’histoire dès la première page… j’aime ça…Car cela permet de se prendre un scandale en pleine figure, sans introduction, sans fioriture… On le découvre intensément…
Le style d’écriture est simple, agréable à lire… Il prend l’aspect d’un recueil de témoignages de différents protagonistes et proches de ces derniers, .. les uns étant donc directement concernés, d’autres subissant les conséquences des actes d’autres sans pouvoir y réagir…
Généralement, je n’aime pas trop le fait que l’on se place tour à tour dans le point de vue, le cerveau, des différents personnages… Tantôt le directeur de l’établissement scolaire, tantôt la mère d’un élève, … j’ai toujours trouvé que cela casse le rythme de la lecture, et rend l’identification à un personnage bien moins évidente…
Mais en dehors de ça, j’ai adoré ce livre… Une fois commencé, il est difficile de s’en défaire… Les personnages sont à la fois émouvants, attachants, et la manière qu’a l’auteure d’aborder leur histoire les rend d’autant plus intéressants et touchants.
Je trouve que ce livre illustre bien la déchéance dans laquelle il est, pour certains jeunes, si facile de tomber… Il fait réfléchir, et devrait (c’est beau de rêver) servir de leçon à bon nombre de jeunes qui ne se rendent pas compte des conséquences de leurs actes, avec l’insouciance qui est leur face à l’alcool et autres vices.
Ce roman choque, interpelle…
Je le conseille à tous, car le sujet traité ici est plus que jamais le reflet de la société décadente où nous nous trouvons, où de tels « scandales » sont de plus en plus mis en évidence…

(Les premières lignes du livre)
Mike


la cassette tenait dans la paume. Ce petit morceau de plastique de six centimètres sur huit était d’une indécence et d’un danger tels que Michael avait l’impression de tenir un objet radioactif. Ses effets sur une école entière allaient d’ailleurs se révéler tout aussi néfastes : dévalorisation de la réputation d’excellence d’Avery school, deux mariages brises, avenir de trois étudiants saccage, et – le plus terrible – mort de l’un d’entre eux. Après que kasia lui eut apporte la cassette glissée dans une enveloppe blanche (comme si Mike comptait l’envoyer a quelqu’un !), il rentra a pied chez lui pour la visionner – un processus pénible impliquant de retrouver tout d’abord sa propre camera, de vérifier qu’elle fonctionnait avec des cassettes semblables, puis de comprendre comment brancher tous ces fils pour projeter les images sur l’écran de télé. Parfois, Mike regrettait de ne pas avoir noyé l’objet dans la bouilloire, de ne pas l’avoir enseveli au milieu des ordures dans un sac-poubelle blanc soigneusement ficelle, ou de ne pas l’avoir débobine avec un crayon pour le rendre inutilisable. Il doutait, certes, de pouvoir éviter le scandale potentiel, mais peut-être aurait-il pu l’orchestrer autrement pour en limiter les dégâts.

Ce livre a été lu en partenariat avec Livraddict et les éditions Belfond que je remercie grandement pour cette collaboration…