[Avis de lecture] Gardez l’oeil ouvert, Tome 2, de Victoria Charlton

Un corps retrouvé dans un arbre…
Un avion disparu sans laisser de trace…
Une fillette qui réapparaît dans son lit plusieurs semaines après s’être volatilisée… 
Dans ce deuxième ouvrage, la youtubeuse Victoria Charlton reconstitue pour vous 15 affaires criminelles jamais élucidées. De la France au Québec, du Mexique à l’Australie, ses talents de conteuse vous entraîneront au cœur de mystères toujours émouvants.
Disparitions inexplicables, meurtres en série, enlèvements ou secrets d’État: les histoires qu’elle rapporte demandent toutes que justice soit faite. Avec elle, analysez les indices et confrontez les théories: qui sait, peut-être contribuerez-vous à faire la lumière sur ces ténébreuses affaires?

• • • • •
Editions De l’homme
Sortie : 18 mars 2021
Note personnelle : ★ ★ ★ ★★

• • • • •

Mon avis en bref…

Ce livre, comme le premier tome, est excellent… Les sujets sont travaillés, étudiés, pour être abordés tant de manière objective (les faits tels qu’ils se sont déroulés) que subjective (ses ressentis, son avis, ses observations).
Plus que simplement nous livrer ces histoires, ce livre les fait « revivre »… pour ne pas qu’on oublie… pour la mémoire des personnes…
Même si j’ai préféré le premier tome car il parlait de disparitions non résolues uniquement, celui-ci – qui nous livre également des crimes résolus ou pas – est tout aussi intéressant et enrichissant.
Je ne peux que vous le conseiller… C’est un coup de cœur pour moi !

***

« Je suis très heureuse d’embarquer dans cette nouvelle aventure avec vous! Vous remarquerez que ce livre est légèrement différent du premier. Dans celui-ci, j’ai décidé de ne pas me limiter aux cas de disparitions, mais aussi d’aborder des histoires de meurtres qui m’ont profondément marquée. J’ai toujours cru que le pire aspect des disparitions, c’est de ne pas savoir. Ne pas savoir où se trouve la personne, si elle est partie par choix ou si quelqu’un l’a forcée, si elle souffre, si elle est encore en vie… Mais je me suis vite rendu compte que, dans les affaires de meurtres irrésolus, même si la personne disparue est retrouvée, la douleur ne se dissipe pas. Les proches ne peuvent pas faire leur deuil tant que la ou le responsable n’est pas traduit en justice. Je trouve donc qu’il est important de partager aussi ces histoires tragiques, pour ne pas qu’elles soient oubliées. »

Voilà une entrée en matière que j’ai aimée…
Car je pense un peu pareil. Comment peut-on faire le deuil d’une disparition quand on ne sait pas ce qu’il est advenu de la personne que l’on aime ? Et comment peut-on en faire le deuil quand on sait l’issue fatale que la personne a eue, mais sans en savoir l’origine, le pourquoi, les motivations ?
Mais la question que je me pose souvent, au vu de l’actualité, c’est ce que la « justice » est réellement assez forte pour permettre aux familles d’avancer et de faire leur deuil ? Les peines infligées me semblent souvent si dérisoires par rapport à la vie volée… comment peut-on parler de réparation face à la peine et le manque irréparable engendrés ? Continuer à lire … « [Avis de lecture] Gardez l’oeil ouvert, Tome 2, de Victoria Charlton »

[Avis de lecture] Aokigahara, la forêt des esprits, de Sarah-Lyne Ishikawa

Aokigahara, ou la foret aux suicides et  aux  esprits, possède une  bien triste réputation.  Car en général, toutes les histoires qui rapportent finissent mal.  C’est pourtant là que Joben Sugawara  a décidé de mettre fin à ses jours. Et pourtant… 

• • • • •
auto-édition
216 pages – 18 février 2018
Note personnelle : ★ ★ ☆ ☆ ☆

• • • • •

Je ne sais pas si vous avez déjà entendu parler de la forêt de Aokigahara, mais pour ceux qui s’intéressent un tant soit peu aux “légendes urbaines” ou au surnaturel, elle a un surnom un peu moins engageant : il s’agit de la forêt des suicides.
Moi qui suis assez fan de la culture japonaise au sens large, cette forêt à la bien triste réputation m’a toujours fascinée, que ce soit tant point de vue “culturel” pur que pour le côté paranormal et mystérieux qui l’entoure.

J’ai déjà regardé pas mal de vidéos à ce sujet, mais j’ai très peu vu d’ouvrages en français sur ce lieu, et je suis tombée un peu par hasard, au gré de mes pérégrinations sur Amazon, sur ce livre.

Aokigahara est une immense forêt de 3 500 hectares qui s’étend à la base du mont Fuji . Elle se trouve au Japon . Elle est aussi connue sous le nom de Jukai , ( mer d’arbres ) . Tristement célèbre pour le nombre important de personnes retrouvées mortes ( suicide par pendaison dans la majorité des cas ) , mais aussi pour un grand nombre d’histoires de forêt hantée par des esprits errants , celle – ci inspire de nombreux auteurs . Aokigahara est devenu l’endroit préféré des Japonais pour mettre fin à leurs jours ( 200 suicides pour l’année record de 2010 ) .

Sur le fond, j’ai beaucoup apprécié ma lecture… même si elle  n’était pas du  tout ce à quoi je m’attendais.
Ce livre est une fiction… (je ne l’avais pas compris au départ, donc j’étais au bord de la déconvenue… ) mais finalement, c’était très intéressant.

L’autrice ne se contente pas de nous placer l’action  de l’histoire dans la forêt, mais elle nous explique aussi certaines notions typiquement japonaises.

Continuer à lire … « [Avis de lecture] Aokigahara, la forêt des esprits, de Sarah-Lyne Ishikawa »

[Avis de lecture] On noie bien les petits chats, de Françoise Guérin

Quand elle reprend conscience à la maternité, Betty ne se souvient pas des circonstances dramatiques de son accouchement. Elle ne comprend pas pourquoi son mari reste injoignable. Elle découvre avec effroi que son bébé a été baptisé Noé et qu’un inconnu rôde autour de lui. Elle se débat, impuissante à le confondre. Mais peut-elle se faire entendre alors qu’on la prétend folle ? Accueillie au sein de l’unité mère-bébé par un psychiatre peu conventionnel, soutenue par une équipe de choc, Betty va renouer, peu à peu, avec sa mémoire confisquée. À commencer par ce prénom, Noé, qui ravive une douleur longtemps endiguée. Lorsque le barrage cède, la vérité a des allures de cadavre…

• • • • •
Editions Eyrolles
400 pages | Sortie : 20 janvier 2022
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

• • • • •

Qu’on se le dise, ce livre est un coup de coeur ! 

Alors déjà, quand on voit le résumé et qu’on voit qu’il y a de l’amnésie au centre de l’histoire… c’est déjà pour moi un excellent début, puisque c’est une thématique que j’affectionne tout particulièrement.

Dimanche 5 avril
ELLE palpe ton abdomen tendu puis, sans prévenir, fourre ses doigts dans ta vulve, jusqu’à la garde. Tu sursautes, électrisée, et ton vagin, aussitôt, se contracte pour chasser l’intruse. […]

— Je suis désolée… Pour un peu, tu t’excuserais de ce que ton corps se rebelle. Malgré la contracture spasmodique qui s’y oppose, elle s’acharne, bien décidée à examiner ton col. Tu te tortilles, tentes de refermer tes cuisses. — Arrêtez ! Vous me faites mal. Elle grimace. — Cessez donc de vous conduire comme une gamine ! Les larmes coulent sur ton visage. La sage-femme n’y prête pas attention et tente de passer en force. Tu cries. Elle soupire. — Bon, j’ai assez perdu de temps. Croyez-moi, vous n’accoucherez pas aujourd’hui.”

Waouw… j’ai trouvé cette “entrée en matière”, si vous me passez l’expression, assez brutale, choquante et violente… surtout avec les débats de ces derniers temps sur les violences gynécologiques
Je vous avoue que j’ai eu mal pour cette femme, enceinte, qui s’est fait traiter de la sorte à l’hôpital… Continuer à lire … « [Avis de lecture] On noie bien les petits chats, de Françoise Guérin »

Tu n’étais pas là , de Mary Torjussen

Tout était soigneusement organisé : vendredi soir Ruby et Harry, collègues et amants,se retrouveraient à l’hôtel après avoir quitté leur conjoint respectif. La première étape de leur nouvelle vie à deux. Mais le soir venu, Ruby attend en vain, Harry ne vient pas et ne répond pas au téléphone. Tout le week-end, la jeune femme se heurte au silence. Et le sort s’acharne : elle apprend qu’ Harry est parti en vacances avec son épouse pour fêter la grossesse de cette dernière. Un vrai cauchemar ? Pire encore… Autour de Ruby, des phénomènes inquiétants se multiplient. Elle se sent épicé, et bientôt menacée.
Aurait elle fait la plus grosse erreur de sa vie ?

• • • • •
Editions Hauteville (Suspense)
300 pages | Sortie : 2 juin 2022
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

• • • • •

Ahhh ce livre, … il m’en aura fait voir…

“Elle eut l’impression de descendre l’escalier au ralenti. La moquette était douce et moelleuse sous ses pieds, et elle sentait la texture lisse de la peinture récente sur la rampe à laquelle elle s’accrochait pour ne pas perdre l’équilibre. Le soleil de la fin d’après-midi brillait à travers les carreaux de la porte, éclairant l’entrée d’un kaléidoscope de couleurs. Jamais elle n’oublierait la fragrance lourde et sucrée des roses dans le vase sur le guéridon.”

J’ai trouvé l’entrée en matière, le prologue, très poétique et très agréable à lire.
Malheureusement, ça n’allait pas durer… le côté poétique, je veux dire… On va entrer directement dans le vif du sujet… avec un cadavre.. tout de suite, c’est moins joyeux.

J’ai adoré la narration à la première personne. Si vous me suivez régulièrement, vous le savez, c’est vraiment un style narratif que j’adore, si ce n’est celui que je préfère. Il me convient parfaitement, car j’arrive tellement mieux à entrer dans l’histoire, à la “vivre” avec l’héroïne (ou le héros).

Ici, je premier point de vue que l’on a, c’est celui de Ruby.

“Je chargeai enfin dans le coffre une boîte à archives contenant tous mes documents : mon extrait de naissance, notre certificat de mariage, les actes notariés de la maison, le contrat d’assurance, les relevés bancaires, mon passeport. J’avais été surprise de voir tout ce que j’avais dû prendre et tout ce que j’avais réussi à laisser. Chaque fois que je déposais un sac dans le coffre, je reverrouillais la voiture, au cas où. J’étais parano, je le savais. Tom n’arriverait pas tout de suite. J’avais encore une bonne heure devant moi.”

L’histoire commence alors qu’elle est sur le point de quitter son mari… Pas d’un commun accord… pas suite à de nombreuses discussions avec lui… Même pas après lui en avoir parlé.
Cela fait deux semaines qu’elle prépare sa fuite. Car c’est bien de cela qu’il est question, une fuite.
Réfléchie… Préparée…. Attendue…

Continuer à lire … « Tu n’étais pas là , de Mary Torjussen »

Ils sont passés à l’acte, de Liv

Un père de famille aimant assassine ses deux filles, un brillant étudiant dévore sa petite amie, une adolescente révoltée fait exécuter ses parents, un groupe de collégiennes met à mort l’une d’entre elles… Résolues ou irrésolues, françaises ou internationales, cet ouvrage fait le récit glaçant de 13 affaires criminelles hors du commun vues de l’intérieur.
Meurtre, cannibalisme, viol, séquestration… Que se passe-t-il dans la tête du tueur et dans celle de la victime au moment du passage à l’acte ?
En mêlant fiction et réalité, l’auteure nous fait vivre une expérience psychologique à couper le souffle et nous conduit aux portes de l’horreur. Grace à son talent de conteuse, elle nous immerge dans la peau des protagonistes et nous conduit, pas à pas, sur la scène du crime.

• • • • •
Editions Larousse
224 pages | Sortie : 20 octobre 2021
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

• • • • •

Vous savez à quel point je suis intéressée et interpellée par les histoires criminelles. On entend de plus en plus parler de True Crime ces derniers temps. Certains trouvent ça morbide, certains pensent que c’est malsain…

“Dans mon métier, j’ai remarqué une tendance : plus c’est étrange, plus c’est sanglant, plus ça attire les gens. La curiosité morbide est assumée, les crimes deviennent des feuilletons. Ce nouveau mode de consommation des affaires judiciaires nie une réalité : derrière chaque meurtre, il y a avant tout des êtres humains.”

Personnellement, je ne pense pas qu’il faut en faire une généralité. Tout dépend de la manière dont on aborde les choses, de l’état d’esprit dont on fait preuve. 

J’ai cependant pu constater cette tendance, notamment sur les réseaux sociaux notamment. Les gens sont attirés par les histoires criminelles relayées par les pages de médias, on ne va pas se mentir. Mais beaucoup se contentent de juger tout à tort et à travers, sans essayer de comprendre, sans essayer d’analyser, sans chercher les détails… parfois sans même prendre la peine de lire un article en entier ou de confronter les différentes sources.
C’est vraiment réducteur comme façon de faire, et cela mène souvent à un lynchage de masse.

Personnellement, ce n’est pas un “attrait du sanglant”, c’est plutôt le côté psychologique voire psychiatrique qui m’intéresse. Comment ces personnes ont pu en arriver là? Est ce qu ‘il y a eu des signes précurseurs?

Dès le début, Liv nous met en garde. Même si ce livre est basé sur des true crimes réels, basés sur ses recherches, sur des documents probants et vérifiés, sa volonté n’était pas de simplement nous relater les faits “purs et durs” comme beaucoup l’ont fait avant elle.
Non, ce qu’elle voulait, c’est apporter un plus, certes, en y ajoutant une part de fiction, mais pour donner un autre visage à ces criminels, à ces familles parfois, à imaginer leur quotidien, au travers leurs yeux, juste avant qu’ils ne franchissent la ligne qui changera tout.

“Avertissement
Ce livre est inspiré d’affaires criminelles. Il combine un travail journalistique et le langage de la fiction. La narration à la première personne, les scènes de vie privée, les émotions et les sentiments prêtés aux personnages sont imaginés par l’auteure et ne peuvent en aucun cas être attribués aux protagonistes des affaires ni à leurs proches.”

Continuer à lire … « Ils sont passés à l’acte, de Liv »

Histoirement vôtre, de Astrid Causse

Evadez-vous à travers ces trois petites nouvelles qui vous feront remonter le temps et traverser les époques.
Mais prenez-garde à ne pas vous laisser submerger par l’émotion.

• • • • •
Auto-édition
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

• • • • •

Je suis impardonnable, j’ai mis un temps dingue à vous parler de ce livre, alors que j’ai beaucoup aimé et que j’adore l’autrice, en plus !
Pourtant, on est assez loin des lectures dont j’ai l’habitude… comme quoi, sortir des sentiers battus, ça a du bon parfois.

Pour commencer, laissez-moi parler de l’autrice: J’ai fait la connaissance d’Astrid, alias Did0us, il y a quelques mois maintenant via sa chaîne Twitch, au hasard d’une partie de Dead By Daylight, un jeu vidéo où vous incarnez soit un tueur sanguinaire, soit un survivant qui essaie tant bien que mal de se battre pour sa vie…
Sympa comme entrée en matière, non?

Bref, au fil de ses streams, j’ai découvert une femme amusante, à l’humour hors paire, au franc parlé bien marqué et à l’accent tellement chantant… Elle déborde d’énergie et de bonne humeur, elle parvient en un instant, grâce à sa manière d’être, à apporter un véritable rayon de soleil à toutes épreuves au travers de ses streams… Bref, je ne peux que vous conseiller ses streams…  un pur bonheur.

Toujours par hasard, j’ai appris un jour qu’elle avait écrit plusieurs livres, et là, mon moi intérieur s’est révolté ! Comment la fan de littéraire que je suis n’avait pas appris ça plus tôt ! Je n’ai eu qu’une envie, réparer cette erreur, et découvrir sa plume…

J’ai commencé par le livre Histoirement Vôtre…

Continuer à lire … « Histoirement vôtre, de Astrid Causse »

Je ne mérite pas de vivre, de Céline S.Camisuli

 

J’ai quarante-deux ans. A l’époque, personne ne parlait de harcèlement scolaire. Je l’ai pourtant vécu durant quatre longues années. Aujourd’hui que je suis mère, j’aimerais protéger ma fille de ce fléau. Mais aveuglée par la vie, je ne vois rien. Rien, jusqu’à ce qu’elle décide qu’elle ne mérite pas de vivre. 

• • • • •
Auto-édité
Facebook de l’auteure
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

• • • • •

J’ai quarante-deux ans. A l’époque, personne ne parlait de harcèlement scolaire. Je l’ai pourtant vécu durant quatre longues années. Aujourd’hui que je suis mère, j’aimerais protéger ma fille de ce fléau. Mais aveuglée par la vie, je ne vois rien. Rien, jusqu’à ce qu’elle décide qu’elle ne mérite pas de vivre.
***

Vous le savez, le harcèlement scolaire est un sujet qui me tient énormément à cœur. Dès que je vois un ouvrage qui en parle, j’ai à cœur de m’y plonger.
Je suis tombée sur celui-ci par hasard, sur Amazon, et l’ai commandé dans la foulée. 

[Disclaimer] Dans ce genre de livres, les mêmes thématiques sont souvent abordées. j’estime donc que d’en parler n’est pas du spoil vis-à-vis « de l’histoire »…
Ce qui différencie un ouvrage d’un autre, sur sur ce sujet, c’est surtout la manière dont l’auteur nous le livre et l’aborde.
Mais au moins, vous êtes prévenus…

Ce livre, contrairement à beaucoup que j’ai pu lire, est assez particulier sur plusieurs points. Continuer à lire … « Je ne mérite pas de vivre, de Céline S.Camisuli »

[Avis de lecture] Entomophobia de Oliver Krauq

Entomophobie : Pathologie psychique qui correspond
à une peur démesurée et non raisonnée des insectes, petits animaux invertébrés qui possèdent généralement des antennes, des pattes articulées et parfois des ailes.

Symptômes : Bouffées de chaleur, sueurs froides, hyperventilation, tachycardie, vertiges, nausées, malaises, angoisses brutales.
Aurez-vous le courage de vaincre vos peurs en lisant les 16 nouvelles que composent ce recueil ? Saurez-vous maîtriser vos angoisses face aux araignées, cafards, frelons, fourmis et autres insectes qui grouillent dans cet ouvrage ?
Survivrez-vous à ENTOMOPHOBIA ?

• • • • •
Auto-édité
Genre : Nouvelle / Horreur
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

• • • • •

Si vous voulez en découvrir les premières pages au format audio, je vous invite à aller voir la vidéo dédiée.
Retrouvez également cet avis au format vidéo sur youtube. (clic sur la miniature pour y accéder)

J’ai un peu honte… J’ai commencé ce livre à Halloween, et je viens seulement de le terminer… Non pas parce que la lecture ne me plaisait pas, mais parce que je n’avais juste pas envie de lire… je n’arrivais pas à me concentrer, donc j’ai laissé ma liseuse complètement de côté pendant plusieurs semaines.

Il s’agit d’un recueil de nouvelles, et plus précisément, vous l’aurez compris au résumé, d’un recueil d’histoires d’horreur.

Continuer à lire … « [Avis de lecture] Entomophobia de Oliver Krauq »

Gardez l’oeil ouvert, tome 1 : 15 histoires de disparitions mystérieuses, de Victoria Charlton

La youtubeuse Victoria Charlton, connue pour ses vidéos consacrées au True Crime, nous entraîne sur la piste des 15 disparitions les plus énigmatiques des 100 dernières années, de la France aux États-Unis, en passant par le Québec. Reconstitution des faits, décryptage des éléments de l’enquête, anecdotes de recherche et théories personnelles: Victoria propose des récits haletants, empreints de suspense et d’émotions. Qui sait, peut-être avez-vous déjà croisé Johnny, Timmothy, Laureen ou Diane? Une chose est sûre: après avoir refermé ce livre, vous penserez toujours à garder l’œil ouvert. Parce que toute personne disparue mérite d’être retrouvée.

Editions De l’homme
  240 pages | ISBN : 9782761953108
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Pour voir mon avis en vidéo, un petit clic sur la miniature 🙂 

 

• • • • •

Les histoires de disparitions, principalement d’enfants et ados, font partie des choses qui m’ont toujours interpelées. D’une part parce que j’avais à peine une dizaine d’années quand une fillette que je croisais tous les jours dans le bus avec son frère a disparu, et qu’on apprendra des années plus tard qu’elle avait malheureusement croisé la route de Michel Fourniret…et que cela m’a profondément touchée et a eu beaucoup d’influence sur mon enfance car clairement, c’est là que les parents ont commencé à avoir peur de laisser leurs enfants sortir seuls le soir, …
Et que dans mon adolescence, une autre histoire tout aussi tragique viendra à nouveau m’interpeller et voir le monde d’un autre point de vie, il s’agit de la disparition de Julie Lejeune et Mélissa Russo, levant ainsi le voile sur la tristement célèbre affaire Dutroux. Au moment de cette double disparition, mes deux petites cousines avaient un âge proche des deux fillettes disparues, et ça m’a glacé le sang. Leur père – mon oncle donc – c’est beaucoup investi dans la cause, a participé à beaucoup d’actions avec les familles des victimes, entre autres…. En collaborant dans la fondation Child Focus, créée par Jean-Denis Lejeune, le papa de la petite Julie.

Pour ceux qui ne connaissent pas, Child focus est une fondation créée en 1998 et qui a pour vocation de lutter contre les cas de disparition de mineurs (notamment par la diffusion rapide et massive d’avis de recherche) ou d’exploitation sexuelle.

Et je ne pense pas l’avoir dit un jour à mon oncle, mais je l’admirais pour ça. Je pense que c’est lui qui m’a insufflé, sans le savoir, cette envie de me battre pour mes convictions et les choses qui me tiennent à cœur.
Bref, tout ça pour vous expliquer pourquoi les histoires de disparitions, et plus particulièrement d’enfants et ados, me tiennent à cœur et me touchent beaucoup.

Je viens de ce fait aujourd’hui vous parler d’un livre qui me tient particulièrement à coeur… d’une part parce qu’il est écrit par une youtubeuse que j’apprécie énormément, et d’autre part car j’adore la manière d’appréhender le sujet qu’à cette personne.

Nous sommes dont ici dans le « true crime », dans des histoires de disparition, dont les personnes n’ont toujours pas été retrouvées. Et la raison – entre autres – pour laquelle ces histoires lui tenaient à cœur et qu’elle voulait en parler, c’est dans l’espoir qu’une issue puisse être trouvée, que pour certaines d’entre elles, peut être, à les remettre dans les mémoires, quelqu’un se souvienne de quelque chose, la personne réapparaisse, ou que – dans le pire des cas – les familles puissent faire leur deuil correctement.
Parce qu’il n’y a rien de pire que de rester dans l’ignorance de ce qu’est devenue la personne que l’on aime, que ce soit un conjoint, un parent, un enfant, …

Continuer à lire … « Gardez l’oeil ouvert, tome 1 : 15 histoires de disparitions mystérieuses, de Victoria Charlton »

Halloween night, de Alexis Aubenque

Seattle, USA.
Six étudiants convaincus de n’avoir peur de rien louent pour Halloween un manoir perdu au milieu de nulle part et que l’on dit hanté.
Le clou de la soirée ? Une séance de spiritisme, « pour rire ».
Pour Brian, quarterback de l’équipe de foot de la fac et autoproclamé sale gosse de la bande, c’est l’occasion de pimenter encore un peu plus un week-end qui s’annonce torride avec sa petite amie, Mandy, qui n’a pas non plus froid aux yeux.
Le « good guy » Luke et sa copine Kelly, eux, ne sont pas contre une expérience mystique ; ces vieux murs s’y prêtent tellement ! Surtout après la découverte par Kelly des étranges carnets de l’ancien propriétaire des lieux…
Quant à Melvin, le geek de la bande, il est prêt à tout pour séduire Courtney, la gothique à mèche bleue, et se déniaiser enfin. Et tant pis si tout cela lui fait bien plus peur qu’il ne le laisse paraître.
Mais la séance va rapidement se révéler beaucoup moins paisible que prévu : les esprits qu’ils invoquent n’apprécient visiblement pas du tout d’être dérangés. Bientôt, c’est tout le manoir qui semble conspirer contre ces invités indésirables. Et la peur s’invite alors que la nuit tombe et que d’inquiétantes poupées de porcelaine semblent prendre vie…

• • • • •
Editions Hugo & cie
Sortie : 21 octobre 2021
Lu en partenariat avec la maison d’édition via Netgalley
Note personnelle : ★ ★ ☆ ☆ ☆

• • • • •

Je pense que cette chronique va être assez courte, car ce livre me laisse tellement perplexe que les mots me manquent un peu…

Cela fait des années que je rêve de découvrir la plume d’Alexis Aubenque, mais je ne sais pas pourquoi, j’ai toujours repoussé la découverte…. Pourtant, ce n’est pas faute de voir des avis Oh combien positif sur sa plume, ses histoires, ses personnages… J’avais donc vraiment hâte de découvrir Halloween night…

Le titre du roman et sa couverture, ainsi que la 4ème de couverture, avait pourtant tout pour me plaire…. Halloween, un manoir perdu au milieu de nulle part, réputé hanté de surcroit, une séance de spiritisme… Tout était réuni pour me faire passer un excellent moment lecture…

Le thème des maisons hantées est déjà quelque chose qui me plait en général énormément… Encore plus si cette hantise est le fait de poupées… Que ce soit en livres, ou en films (avec des sagas telles que Annabelle, ou encore Chucky pour une référence plus ancienne).

Et pourtant, c’est un gros flop pour moi…
Pour rappel, ce livre est estampillé thriller fantastique… Je pense qu’il y a erreur, là…

Continuer à lire … « Halloween night, de Alexis Aubenque »