[Avis de lecture] Gardez l’oeil ouvert, Tome 2, de Victoria Charlton

Un corps retrouvé dans un arbre…
Un avion disparu sans laisser de trace…
Une fillette qui réapparaît dans son lit plusieurs semaines après s’être volatilisée… 
Dans ce deuxième ouvrage, la youtubeuse Victoria Charlton reconstitue pour vous 15 affaires criminelles jamais élucidées. De la France au Québec, du Mexique à l’Australie, ses talents de conteuse vous entraîneront au cœur de mystères toujours émouvants.
Disparitions inexplicables, meurtres en série, enlèvements ou secrets d’État: les histoires qu’elle rapporte demandent toutes que justice soit faite. Avec elle, analysez les indices et confrontez les théories: qui sait, peut-être contribuerez-vous à faire la lumière sur ces ténébreuses affaires?

• • • • •
Editions De l’homme
Sortie : 18 mars 2021
Note personnelle : ★ ★ ★ ★★

• • • • •

Mon avis en bref…

Ce livre, comme le premier tome, est excellent… Les sujets sont travaillés, étudiés, pour être abordés tant de manière objective (les faits tels qu’ils se sont déroulés) que subjective (ses ressentis, son avis, ses observations).
Plus que simplement nous livrer ces histoires, ce livre les fait « revivre »… pour ne pas qu’on oublie… pour la mémoire des personnes…
Même si j’ai préféré le premier tome car il parlait de disparitions non résolues uniquement, celui-ci – qui nous livre également des crimes résolus ou pas – est tout aussi intéressant et enrichissant.
Je ne peux que vous le conseiller… C’est un coup de cœur pour moi !

***

« Je suis très heureuse d’embarquer dans cette nouvelle aventure avec vous! Vous remarquerez que ce livre est légèrement différent du premier. Dans celui-ci, j’ai décidé de ne pas me limiter aux cas de disparitions, mais aussi d’aborder des histoires de meurtres qui m’ont profondément marquée. J’ai toujours cru que le pire aspect des disparitions, c’est de ne pas savoir. Ne pas savoir où se trouve la personne, si elle est partie par choix ou si quelqu’un l’a forcée, si elle souffre, si elle est encore en vie… Mais je me suis vite rendu compte que, dans les affaires de meurtres irrésolus, même si la personne disparue est retrouvée, la douleur ne se dissipe pas. Les proches ne peuvent pas faire leur deuil tant que la ou le responsable n’est pas traduit en justice. Je trouve donc qu’il est important de partager aussi ces histoires tragiques, pour ne pas qu’elles soient oubliées. »

Voilà une entrée en matière que j’ai aimée…
Car je pense un peu pareil. Comment peut-on faire le deuil d’une disparition quand on ne sait pas ce qu’il est advenu de la personne que l’on aime ? Et comment peut-on en faire le deuil quand on sait l’issue fatale que la personne a eue, mais sans en savoir l’origine, le pourquoi, les motivations ?
Mais la question que je me pose souvent, au vu de l’actualité, c’est ce que la « justice » est réellement assez forte pour permettre aux familles d’avancer et de faire leur deuil ? Les peines infligées me semblent souvent si dérisoires par rapport à la vie volée… comment peut-on parler de réparation face à la peine et le manque irréparable engendrés ? Continuer à lire … « [Avis de lecture] Gardez l’oeil ouvert, Tome 2, de Victoria Charlton »

Sonya Lwu et l’horreur humaine…

Bonjour tout le monde,

Je viens aujourd’hui vous parler d’une chaîne youtube que j’ai découvert il y a quelques mois maintenant, et qui est devenue une de mes indispensables.

Il s’agit de la chaîne de Sonya Lwu.

Cette jeune femme nous invite dans ce qu’elle appelle son cabinet de curiosités virtuel, dans lequel elle nous parle de criminologie, de psychologie, et nous raconte des histoires souvent étranges et parfois effrayantes… (Elle est criminologue de formation, je précise).
Elle est en effet « spécialisée » dans les crimes, qu’ils soient commis en one shot, ou par des tueurs en série.

Ce que j’aime dans ses vidéos, c’est qu’elle nous retrace les faits de manière objective, puis donne des explications possibles, des pistes de réflexion quand des crimes sont irrésolus, décrypte les faits sous l’oeil de la psychologie et de la criminologie, et personnellement, j’adore ça. Continuer à lire … « Sonya Lwu et l’horreur humaine… »