La fille qui ne croyait pas aux miracles de Wendy Wunder (2012)

Editions Hachette (Black Moon)
376 pages | Traduit par Raphaële Eschenbrenner

fiche de la maison d’édition

Prix:16 € – sur amazon

Campbell a 17 ans. Atteinte d’un cancer, elle est persuadée qu’elle va mourir avant ses 18 ans. Déterminée à la sauver, sa mère l’embarque dans un road-trip en direction de Promise, une ville magique réputée pour ses miracles. Résignée, Campbell ne croit pas plus à une possible rémission qu’aux superstitions ridicules de sa mère, mais se laisse tout de même entraîner dans cette aventure. Arrivées à destination, elles sont vite témoins d’événements inhabituels : les pissenlits deviennent pourpres, on aperçoit des flamants roses au large de l’Atlantique et Campbell retrouve une mystérieuse enveloppe contenant une liste de choses à faire avant de mourir… Aidée d’Asher, un garçon non moins mystérieux, Cam exécute peu à peu chaque point de la liste et apprend à croire en elle, en l’amour, et même… aux miracles.

Ma note

5 sur 5

 

arabesque1

avis 4Je dois avouer que j’ai été agréablement surprise quand j’ai été contactée pour découvrir ce livre. A sa sortie en grand format, il me tentait déjà énormément, et là, au mois de septembre, c’est la version poche qui sort… et je n’ai qu’une chose à dire : si vous n’avez pas encore eu l’occasion de le découvrir, foncez !

Ce livre a été pour moi presque un coup de cœur, j’en ai adoré la lecture, et suis presque triste de ne pas avoir tenté le coup plus tôt.

Déjà, le thème de la maladie et de l’ado qui se sait condamnée m’a beaucoup touchée et émue… On peut voir, tout au long du livre, son évolution, et je dois dire que j’ai adoré ça…  Cam est une jeune fille attachante… elle a ses défauts mais on l’apprécie d’autant plus, du moins, ce fut mon cas. J’aime beaucoup le principe de sa liste de choses à faire avant de mourir… même si certaines choses paraissent si puériles et stupides…

Le livre alterne les passages « tristes », émouvants, avec l’approche de la maladie, du fait de se savoir proche de la fin, tout ça, mais aussi les passages un peu plus déjantés alliant humour, absurdité et folie 🙂

Il alterne aussi les moments crédibles, et ceux qui ne le sont pas du tout, et c’est ce qui permet de le rythmer et ne pas le rendre trop lourd, trop pesant, trop dur à lire…

Du coup, le livre se lit assez vite. J’avais très peur que le thème du cancer ne soit encore trop pénible à lire pour moi, mais les moments plus déjantés du livre lui ont donné un autre sens, une autre vision, et du coup, en quelques heures, je l’avais dévoré.

Point de vue des personnages, je vous ai déjà donné mon avis sur Cam, mais les personnages secondaires ne sont pas en reste. Ils sont également bien brossés, recherchés, sont là « pour quelque chose », ont leur pierre à amener à l’édifice de l’histoire, et c’est très bien comme ça.

Si je devais résumer la « morale » de ce livre en une phrase : la vie est courte, alors profitez de chaque jour, de chaque instant, comme si c’était le dernier, le reste n’en sera que moins dur à porter…

C’est vraiment l’impression que m’a donné ce roman… celui de passer un soir d’orage tout gris à une journée d’été dotée d’un arc-en-ciel… les choses m’ont semblées moins lourdes au fur et à mesure de la lecture…

En résumé, un livre émouvant, passionnant, qui prend aux tripes par moment et qui nécessite la boite de kleenex à proximité pour certains passages quand même… un livre que je vous conseille fortement, alors n’hésitez pas…

Sans titre 1La version poche sort le 24 septembre et vous pouvez entre autre le trouver ici pour ceux qui voudraient déjà l’ajouter en wishlist… La couverture provisoire est proche de la VO, j’aurais préféré qu’ils gardent celle de Blackmoon qui me fait craquer… mais on ne sait jamais, comme ce n’est qu’une provisoire, on verra bien en septembre…

 chroniques à lire

 

Michou – Benjamin59 – MyaRosa – mabibliothequeetmoi – Gr3nouille2010 – Jess – PommeBook – cho0kette – dolphyone

[✎] Belle de glace

Titre VF : Belle de Glace
Titre VO : A long, long sleep

Auteur: Anna Sheehan

Genre : Jeunesse, Sci-fi

Maison d’édition: Editions Hachette (Black Moon)
Date de publication : 15/02/2012

Pages : 384 pages
Prix : 16,00 €

Rosalinda Fitzroy, alias Rose, dort depuis soixante-deux ans quand elle est réveillée par un baiser. Durant son sommeil, les Heures Sombres ravageaient le monde tel qu’elle le connaissait et tuaient des millions de personnes dont ses parents et son premier amour. Depuis son réveil, Rose, reconnue comme l’héritière perdue d’un empire interplanétaire, doit faire face à un avenir où elle est considérée soit comme un monstre, soit comme une menace. Prête à tout pour mettre son passé derrière elle et s’adapter à ce nouveau monde, Rose se sent attirée par le garçon qui l’a réveillé et espère qu’il l’aidera à recommencer sa vie. Mais quand un danger mortel met en péril sa nouvelle existence, Rose doit faire face aux fantômes du passé et les affronter sans quoi, il n’y aura plus du tout de futur pour elle.

  

Le personnage principale et sa « mollesse » m’ont un peu gâché l’entrain que j’avais au départ…

Pourtant, j’ai aimé le fait que la réflexion du lecteur soit mise à l’épreuve tout au long du roman!

Je dois  avouer que ce livre me laisse perplexe…

Généralement, avant de chroniquer un livre, je le laisse décanter un jour ou deux… mais j’avoue que là, j’ai préféré faire ma chronique sur ma lancée au risque de perdre mes idées plutôt que les rassembler…

Rosalinda Fitzroy m’a profondément ennuyée… Elle  a 16 ans, se réveille d’un sommeil prolongé, … jusque là, ça va (quoi que)… mais en dehors de ça, je la trouve d’une niaiserie phénoménale… Je trouve qu’elle ne se pose pas suffisamment de questions sur ce qui s’est passé, pourquoi, … (ça m’a un peu rappelé ma déception pour le personnage principal de « Gone, tome 1 »), elle a la naïveté de tomber amoureuse limite du premier venu… Je ne lui ai trouvé aucun intérêt propre, la trouvant effacée, un peu bête, égoïste aussi… Même si elle évolue un peu en cours de roman, ça ne rattrape pas trop le coup. La plupart de ses choix me mettaient presque en colère contre elle, ou en tous cas, me laissaient dans l’incompréhension totale.

Je n’ai vraiment pas pu accrocher à ce personnage et du coup, pas moyen de rentrer dans l’histoire non plus.

Maintenant, je vous rassure, l’histoire est en elle-même agréable, bien écrite, mais ce personnage m’a tellement dérangée que je n’ai pas pu profiter pleinement de l’histoire en elle-même!

Parmi les autres personnages, j’ai malgré tout apprécié celui d’Otto, dont j’ai apprécié la simplicité, la gentillesse, et l’humour incomparable. C’est vraiment, à mes yeux, le seul qui se détache du lot, malheureusement.

Pourtant, il faut reconnaître que l’auteur avait bien fait les choses pour nous permettre d’avancer dans le roman sans tomber dans une routine ennuyante: le style est sympathique, un peu simple, mais plaisant.

Les flashbacks que l’on peut trouver au fur et à mesure du livres permettent outre de maintenir un peu l’intrigue en suspend, mais aussi de dynamiser le récit.

Il y a suffisamment de détails pour donner au lecteur de quoi s’y retrouver, sans le noyer sous une masse inutiles de descriptions lassantes et barbantes.

C’est vers le dernier tiers du livre que les choses commencent à réellement évoluer, et cela vaut donc la peine de continuer sa lecture même si on a du mal avec le début… Dans cette dernière partie, les émotions sont à leur paroxysme, et tout prend son sens, si terrible et horrible puisse-t-il être.

L’univers du livre est très intéressant également…

Pourtant, malgré mon apparente déception, je peux vous affirmer une chose: je relirai certainement ce roman à un autre moment… car la problématique qui y est soulevée est très intéressante… celle de la science, de ses dérives et ses conséquences… celle de l’éthique, et de savoir où l’être humain doit s’arrêter dans ses expérimentations et sa volonté de prendre le pas sur la nature…

C’est d’ailleurs pour moi le gros point positif de ce roman: le fait que tout au long de la lecture, on doive émettre des hypothèses, se poser des questions, remettre en questions certaines choses, réfléchir à ce qui ne va pas, aux causes et conséquences de certaines décisions…

Je ne vais pas vous en dire trop, je n’ai pas envie de vous spoiler, mais à plusieurs reprises dans l’histoire, le livre nous donne une bonne gifle en pleine figure!

Et je ne sais pas si c’est voulu par l’auteur en prévision d’une suite, mais je trouve que certaines choses sont laissées sans suite, ce qui pourrait selon moi donner lieu à une suite… affaire à suivre.

Par contre, je pense que les fans de science-fiction pure ne trouveront certainement pas leur bonheur avec ce livre…

Pour lire un extrait

Merci à Livraddict et aux éditions BlackMoon pour cette découverte…

 

[✎] Le baiser de l’ange, tome 2 : soupçons

Le baiser de l’ange, tome 2 : soupçons
Elizabeth Chandler
Hachette (Blackmoon)
  228 pages
  14 Euros
Attention, risque de spoiler dans le résumé si vous n’avez pas lu le premier tome

Ivy ne se remet pas de la mort soudaine et tragique de Tristan. Enfermée dans son chagrin, elle ne voit pas que Tristan essaie de la contacter, notamment par le biais de son petit frère, qui, lui, perçoit sa présence. Il y a pourtant urgence, quelqu’un veut la mort d’Ivy et le tueur est plus proche d’elle que jamais…


Si le premier tome m’avait déjà charmée (voir ma chronique ICI), le second tome est encore mieux… Il y a d’avantage d’action, et c’est beaucoup plus passionnant.

Parce que quand je suis arrivée à la fin du premier tome, le suspense était à son comble, et qu’il fallait absolument que je découvre de quoi il en retournait…

La couverture est, elle aussi, dans la lignée de celle du premier tome… toute en douceur, tout en légèreté… j’aime beaucoup… Enfin, honnêtement, je ne connais pas un livre des éditions Black Moon qui ne soit pas superbe…

J’ai retrouvé avec plaisir la plume d’Elizabeth Chandler…

En effet, elle a vraiment un style qui accroche le lecteur dès la première page, voire la première ligne.

Quand à tout ce qu’elle fait passer au travers de sa plume, c’est magique… on ne peut s’empêcher de ressentir tous les sentiments des différents protagonistes, que ce soit l’amour, la colère, la tristesse, les doutes, la peur… tout devient à la limite du palpable…

Et même, j’ai parfois eu l’impression d’avoir moi-aussi un ange gardien qui veillait sur moi, penché au dessus de mon épaule, pour la durée de cette lecture.

Ce second tome commence exactement où le précédent s’arrêtait… Il y a bien une légère (mais alors très légère) remise en situation, mais une chose est certaine, il fait absolument avoir lu le premier tome pour apprécier ce roman… ils sont indissociables. Vous ne pourrez lire le second sans avoir lu le premier tome, et une fois le premier tome lu, vous ne pourrez pas en rester là et voudrez assurément lire le second tome …

Alors que le premier tome nous racontait surtout la rencontre entre Ivy et Tristan, et la manière dont ils se sont rencontrés, cela restait donc principalement dans le domaine de la « romance » pour adolescents, avec un côté fleur bleu et gentillet qui ne m’avait pas déplu… Le second tome est vraiment différent, dans le sens où il y a une intrigue, du suspense qui se renforce à chaque page, et empêche le lecteur de reposer le livre avant de l’avoir terminé. Il n’y a pas de grandes scènes d’action (enfin, quelques unes, mais pas trop poussées), mais le psychologique est mis à rude épreuve.

Ce tome lève tout doucement le voile, sans trop en dire, sur les différents évènements qui ont bouleversé les personnages dans le premier tome. On  n’entre pas encore trop dans le détail, promettant un troisième et dernier tome des plus révélateurs.

J’espère vraiment que le tome 3 répondra à toutes les questions laissées en suspend dans ce second tome.

On apprend à découvrir la plupart des personnages sous un autre jour, soit parce qu’ils ont changé suite aux évènements, soit parce que depuis le début, ils cachaient bien leur jeu.

 Ivy… On la retrouve ici complètement perdue, et sans aucune envie de réellement se sortie de la léthargie qui est devenue sienne… Elle se complait dans sa tristesse et son isolement, repousse tout le monde… Je peux comprendre son chagrin, mais je trouve malgré tout qu’elle met trop de mauvaise volonté. A côté de ça, elle a toujours un côté très naïf… elle ne voit jamais rien venir, et a tendance à se mettre d’elle-même en danger, ou du moins, ne rien faire pour l’éviter. J’ai l’impression que le fait qu’elle ne veuille plus croire aux anges lui a fait perdre une partie d’elle-même. J’espère qu’elle va se reprendre dans le troisième tome…

Gregory… ce personnage reste pour moi le grand mystère… détestable au début du premier tome, il en était venu à m’émouvoir vers la fin du livre. Puis, on le retrouve dans ce même état d’esprit de sympathie au début du second tome. Mais malgré tout, on reste un peu dans le flou avec lui… sans réellement savoir si c’est une apparence ou s’il a réellement évolué. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne laisse pas le lecteur en reste. (Ceux qui ont lu les deux premiers tomes me comprendront). Je me demande ce qu’il va nous réserver dans la suite de l’histoire.

Philip… Il a lui aussi beaucoup changé. Il est plus mature, plus attentionné envers sa sœur, plus adulte. Il a l’œil plus alerte, et tente de faire entendre raison à sa sœur sur les anges. Je trouve que dans ce tome, il a perdu beaucoup de son âme d’enfant, et de ce caractère joyeux et rayonnant qu’il avait.

Eric, quant à lui, est resté fidèle à lui-même: détestable, froid, distant, et désagréable avec tout le monde.

Suzanne, elle, a bien changé aussi. Dans le premier tome, elle est l’amie fidèle, dévouée, attentionnée… pour se transformer en hyène jalouse, possessive et distante avec celle qui était sa meilleure amie. Même si je peux comprendre ses doutes, je n’arrive pas à comprendre comment on peut tourner le dos de la sorte à une amie…

Tristan, ahhh Tristan… fidèle à sa douce et belle Ivy, il se désespère d’amour pour elle. Il reste encore et toujours aussi attendrissant dans ce livre. Il se renforce de jour en jour, mais malgré tout, on sent que la situation lui pèse de plus en plus…

Les autres personnages, bien que nécessaires, ne retiennent pas plus que ça mon attention. Ils sont partie prenante dans l’histoire, sont agréables, mais restent du domaine du « détail », ils font partie du décor, on dira.

Une fois de plus, la fin de l’histoire est insoutenable… mais comment est-il possible de terminer un tome de saga sur un tel évènement? C’est cruel… je n’ai qu’une envie, savoir la suite là, immédiatement… mais soyons un peu raisonnable…

En commençant cette saga, je ne pensais vraiment pas y accrocher de la sorte. Je me suis dit que ça allait être nunuche, passable sans plus… puis finalement, je vais de coup de cœur en coup de cœur… je pense qu’avec Hunger Games, c’est une de mes plus belles découvertes de cette année. Je pense que le denier tome ne tardera pas à arriver entre mes mains pour connaître le fin mot de l’histoire…

une histoire prenante, une fin trippante.

un livre un peu trop court…

[✎] Le Baiser de l’ange, tome 1 : L’Accident

Le Baiser de l’ange, tome 1 : L’Accident
Elizabeth Chandler
Hachette / Black Moon
  232 pages
  14 Euros
Ivy adore les anges. Elle croit plus que tout à leur existence et collectionne les petites statuettes qui les représentent. Tristan, le garçon le plus adulé du lycée est fou amoureux d’elle, et elle partage ses sentiments. Mais lorsque le destin les frappe violemment, Ivy perd la foi. Et sans cette foi, elle ne peut voir que son ange gardien veille sur elle et tente de l’avertir que le danger rôde…


Un début lent, mais une fin vraiment insoutenable… où le suspense est à son comble.

J’ai eu envie de lire ce livre parce que le résumé m’a intriguée… En effet, le thème des anges est un thème sur lequel j’ai rarement lu, et je me suis dit pourquoi pas… Personnellement, j’ai tendance à plus facilement croire aux esprits errants qu’aux anges, mais justement, en apprendre plus sur les anges est quelque chose qui m’a motivée à lire ce livre.

Et puis, il faut dire que ces derniers temps, j’ai tendance à me tourner de plus en plus vers des livres de la collection Black Moon, et que j’ai rarement été déçue… que du contraire, j’y compte de nombreux coups de cœur.

Le style d’Elizabeth Chandler est relativement simple, rendant la lecture fluide et sans interruption… tout s’enchaîne à merveille, et c’est très plaisant.

L’auteure a la plume malgré tout très délicate pour permettre de faire passer merveilleusement bien les émotions… je me suis sentie emportée par le livre, allant de la colère, à la tristesse, y allant même de la petite larme.

Point de vue de l’histoire, je commencerai par dire ce qui m’a dérangé: le fait que l’on commence par lire le récit de l’accident d’Ivy et Tristan, pour retourner ensuite dans le passé pour découvrir toute leur histoire, de leur rencontre à la naissance de leur amour, etc… Je ne sais pas pourquoi, tant dans les films que dans les livres, la « mode » est à ce genre de pratique, d’aller mettre en prologue un élément qui va se répéter eux 2/3 du livre… Personnellement, je trouve que cela gâche un peu de l’intrigue.

A côté de ça, il faut reconnaître que l’histoire met un temps assez long à se mettre en place… Mais une fois qu’elle démarre, elle file à toute allure, ce que j’ai beaucoup apprécié, je n’arrivais plus à lâcher le livre…

Par contre, le summum de l’intrigue c’est quand même… la fin du roman… il n’y a pas à dire, l’auteure a le chic pour nous tenir en haleine et nous inciter à lire le second tome au plus vite…

Dans l’absolu, ils n’ont rien de spécifiquement différent de ceux que l’ont peut rencontrer dans la littérature Young adult. Une fille « mimi comme tout » qui s’ignore, qui s’amourache d’un beau gosse de service… mais malgré tout, ils sont terriblement touchants…

Ivy, jeune fille très naïve, qui n’a aucune confiance en elle… Elle croit depuis des années aux anges, et sa collection de figurines lui sert de canal pour communiquer avec eux… à chaque statuette, elle attribue un nom, et leur parle. Je dois dire que même si j’ai beaucoup aimé ce personnage, elle m’a aussi profondément exaspérée par son côté « je porte des œillères » vis-à vis de Tristan… alors que tout indique qu’il craque pour elle, elle met un temps dingue à s’en rendre compte et à franchir le pas…

Tristan, jeune sportif adulé de toutes les filles, qui finalement n’a d’yeux que pour Ivy… Il est le petit ami idéal… tendre, doux, attentionné, amoureux fou et passionné… Par contre, j’ai regretté qu’on  n’en apprenne pas plus sur lui… Mais cela viendra peut-être par des flash back dans le second tome.

Grégory, le demi-frère aux allures de bad boy… Il prend très mal l’entrée de Ivy et sa famile dans sa vie, et ne se cache pas pour le lui faire comprendre… Je dois avouer que j’ai adoré voir son évolution tout au long du livre… Je pense que c’est, à mes yeux, le personnage qui a le plus évolué, le plus changé (en bien)…

Philip, petit frère d’Ivy, qui est un véritable rayon de soleil dans cette histoire… Il apporte une véritable fraîcheur au récit, au milieu de tout le reste.

Allez, mention spéciale pour Ella, malgré tout… J (ceux qui ont lu le livre savent qui est Ella)

J’ai aimé lire un livre fantastique où le côté fantastique est tout en douceur, plus proche de la réalité, … ça change de tous les livres de vampires, démons et loups-garous que l’on peut voir foisonner en ce moment dans le paysage littéraire.

la fin! Une merveille…

des personnages un peu survolés

Généralement, je n’aime pas trop les histoires trop romantiques ou à l’eau de rose… mais celle-ci m’a beaucoup émue et m’a réellement charmée…

Mary-Claire Helldorfer a publié de nombreux livres pour enfants et adolescents sous divers pseudonymes, dont Elizabeth Chandler. Elle vit à Baltimore et aime les chats et le baseball.

Outre la saga « Le baiser de l’ange », elle a également à son actif deux autres cycles: « le retour de l’ange » (deux tomes en VF pour l’instant) et « Les secrets de Wisteria » (deux tomes en VF également)

  

La page Facebook de l’auteure
la page consacrée à l’auteur sur le site de l’éditeur pour découvrir ses autres livres

Fangtasia, Fée Bourbonnaise, Jess, Petit Lips, Tiboux, Thalia,

[✎] Hantise

Editions Hachette (Black Moon)

Publié en 2011 ~ Langue : Française ~ 402 pages

Quatrième de couverture: Heurtée de plein fouet par un chauffard, la jolie Jane est laissée pour morte dans un rosier. Elle ne se souvient pas de ce qui s’est passé, mais d’étranges messages laissés sur le miroir de l’hôpital et des menaces téléphoniques instillent en elle le doute : a-t-elle réellement été victime d’un accident, ou quelqu’un a-t-il vraiment tenté de la supprimer ? Qui ? Serait-elle en train de perdre la tête ? Et si le tueur était tout proche ?

Coup de coeur! Je suis sous le charme…

Un gros coup de cœur… tant point de vue de l’histoire que des personnages…

Pour commencer, j’aimerais vous parler de la couverture… je la trouve superbe, je ne sais pas pourquoi… mais je sais qu’avant tout, c’est elle qui m’a guidé vers ce livre… à la fois sombre et inquiétante, et pourtant, la photo de la jeune fille la rend lumineuse… vraiment superbe…

Seul bémol: la faute d’orthographe dans le prénom de l’auteur, je trouve ça terriblement dommage! C’est quand même important, non?

Point de vue de l’histoire, je m’attendais à une histoire vraiment trop YA, mais derrière tout ça, il y a une intrigue très prenante… l’histoire va d’intrigue en intrigue, de rebondissements en rebondissements… c’est très addictif, je trouve. Une fois le livre commencé, je ne me voyais pas arrêter pour lire autre chose… je voulais connaître la suite…

La plume de Michele Jaffe est superbement agréable. Tout se lit rapidement, tant on est pris dans l’histoire. On frémit au rythme des frémissements de Jane, on pleure de ses peines, on ressent sa détresse et on partage ses joies de par son évolution personnelle.

L’atmosphère est pesante de par le suspense, mais ponctuée de moments de joie malgré tout, de petits moments plus simples, plus « hors sujet »… ce qui a pour vocation de détendre l’atmosphère, relâcher légèrement la tension pour la faire repartir de plus belle juste après. J’ai aimé ce genre de chose.

Ce qui est vraiment intéressant dans ce livre, c’est que tout du long du roman, tous les personnages sont suspects, les uns après les autres, les uns avec les autres, … sous ses allures de fille super populaire et adorée de tous, finalement, Jane pourrait avoir plus d’ennemis qu’elle ne le pense, y compris elle-même… cela rend le suspense encore plus captivant.

Le personnage de Jane est vraiment plaisant… j’ai vraiment ressenti de l’empathie pour elle. Pourtant, au départ, rien n’était fait pour que je l’apprécie…: petite fille riche, aux allures « pourrie-gâtée », qui a tout pour elle, un petit ami de rêve que tout le monde lui envie, et qui malgré tout gâche le bonheur de sa mère en étant exécrable avec son futur beau-père.

Mais au fil du livre, j’ai vraiment appris à l’apprécier, peut-être en la voyant évoluer. Mais elle reste malgré tout un personnage très (trop) complexe, qui est une âme tourmentée on ne sait pourquoi (enfin, si, en cours de lecture, on l’apprend, mais je ne vais pas vous spoiler, non plus 😉 )

J’ai trouvé dommage que le personnage d’Annie, la petite sœur de Jane, ne soit pas plus présent malgré tout,… je l’ai trouvée adorable…  un vrai rayon de soleil dans la noirceur du roman et de son environnement… toujours le mot pour rire, pleine d’attentions adorables…

Celui de Pete m’a énormément plu, … le style mauvais garçon, rebelle, mais finalement au cœur tendre, j’adore ça…

David, le petit ami de Jane, m’a plutôt déplu, par contre… son côté possessif, macho et jaloux m’a un peu rebutée.

Ce qu’il faut reconnaître, c’est que outre le fait d’être tous des suspects potentiels, les personnages ont tous un autre point commun: un bagage émotif et émotionnel des plus sombres, et torturés malgré leur popularité relative.

Pour mieux cerner tous ces personnages, et tenir le lecteur en haleine, l’auteur joue à merveille des flash-back… on apprend ainsi à mieux connaître les personnages, à avoir un autre regard sur eux, et se faire un nouveau scénario de « l’accident »…

Ce que j’ai aimé, c’est qu’il s’agit d’un « one shot », à savoir qu’il n’y a pas de suite, on lit le livre, et une fois fini, pas besoin d’attendre le prochain tome pour connaître la fin de l’histoire… Avec toutes les saga Yong Adult qui fleurissent en ce moment, un livre unique fait du bien 🙂

Jess, The ChouilleRadicale,

Ce livre entre dans le cadre du challenge « jeunesse/YA » organisé par Mélo, Nodrey et Muti.

[✎] L’appel du sang, la seconde vie de Bree Tanner

·•●oO Présentation du livre Oo●•·
✿´`·.·´`✿
 Ce nouveau roman raconte l’histoire de Bree Tanner, une vampire de 15 ans transformée par Victoria (l’une des ennemies des Cullen, la famille d’Edward) en même temps qu’une vingtaine d’autres adolescents, pour former une armée de vampires qui combattrait les Cullen.Le roman se focalisera sur les trois mois qui se déroulent entre sa transformation en vampire et le combat final à la fin d’Hésitation à l’issue duquel elle meurt, tuée par les Volturi.

Nouveau-née torturée par sa transformation et la soif de sang qu’elle ne contrôle pas, elle est l’alter-ego de Bella et lui renvoie l’image de ce qu’elle serait si elle allait jusqu’au bout de sa décision de se transformer pour rester toute sa vie avec Edward.

·•●oO Ce que j’en pense Oo●•·
✿´`·.·´`✿
J’ai pris ce livre un peu au hasard,et beaucoup par dépit… J’étais partie à la bibliothèque armée d’une liste de 17 livres qui me tentaient, et aucun d’entre eux n’était à disposition… La plupart n’était même pas connue de la bibliothécaire, il faut dire…
Donc du coup, je me suis mis à flâner dans les rayons, et je suis tombée sur ce livre…
Je me suis dit que puisque j’avais apprécié Twilight, et que cela venait de la même plume, cela pourrait me plaire… et je suis donc rentrée à la maison accompagnée de Bree Tanner 🙂

Et finalement,grosse déception… Je ne suis pas du tout rentrée dans le roman, au point que je l’ai certes lu de manière fluide et rapide, mais je n’en ai rien retenu, rien ne m’a marqué…

Je pense que j’aurais beaucoup plus accroché à l’histoire si dès le départ (pourquoi pas, un chapitre zéro) j’avais pu connaître un tant si peu Bree Tanner avant sa transformation, et vivre sa transformation avec elle… car là, en démarrant le roman comme il est fait, trois mois après sa transformation, je ne me suis sentie aucune attraction pour ce personnage, et n’ai pas réussi à m’y attacher un tant soit peu. Il faut dire que bien qu’ayant déjà lu deux fois la saga Twilight, le personnage de Bree Tanner ne m’avait pas marqué plus que ça non plus dans « Hésitation », elle est trop peu insignifiante dans l’histoire, à mes yeux.
Et puis, le fait de connaître dès le départ la fin de son histoire, ça gâche un peu aussi, sans doute…

On est donc très loin du coup de coeur que j’avais eu pour Twilight… C’est dommage, car c’était pourtant prometteur…

·•●oO En bref Oo●•·
✿´`·.·´`✿

Contente de l’avoir loué à la bibliothèque et pas acheté directement, car je l’aurais regretté…