Une mystérieuse identité, de Carla Cassidy

Editions Harlequin (Black Rose)
432 pages – Sortie : 1 Mai 2014

Amnésique… Terrifiant, suffocant, le mot tourne comme une spirale sans fin dans l’esprit de Jane. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Impossible de s’en souvenir. Tout ce qu’elle sait, c’est que, sans l’aide de Lucas Washington, l’homme qui l’a recueillie chez lui après l’avoir trouvée, errant seule en pleine nuit, elle serait en grand danger. Qui est responsable des traces de coups qu’elle porte ? Lucas lui a promis de le découvrir… Hors de question de se bercer d’illusions à son sujet, cependant. Car si Lucas, avec son charme brut et ténébreux, l’a immédiatement séduite, elle sait aussi qu’il disparaîtra de sa vie sitôt qu’elle aura retrouvé ses souvenirs… et le père de l’enfant qu’elle porte.

arabesque1

3 - Contente de l'avoir terminé

Bon bon bon… même si je sais, en ouvrant un Harlequin Black Rose, que ce n’est pas aussi travaillé qu’un livre policier ordinaire, je dois avouer qu’ici, on est ici très en dessous de ce qu’ils ont eu l’habitude de proposer…

Dans un premier temps, il y a très peu de mises en conditions (mais ça c’est habituel… ) C’est un roman rapide et efficace, on entre très vite dans le vif du sujet… En deux pages, la situation est placée et le déroulement commencé…

C’est caractéristique des roman black rose, et c’est ce qui me plait… On va à l’essentiel simplement, posément, sans s’encombrer de superflu

J’aime ce genre de lectures pour mes nuits d’insomnie, quand mes jambes et mon dos me font trop souffrir que pour laisser le sommeil venir facilement. Ces histoires se lisent d’une traité, en deux ou trois heures… donc là, parfait…

Point de vue des personnages, on s’y attache assez vite : que ce soit la femme enceinte amnésique ou le bon samaritain « trop parfait pour exister réellement », ils transpirent la sympathie et l’envie d’en savoir plus sur eux… Ils ne sont pas hyper travaillés, laissent place à l’imagination, aux suppositions… Chacun peut un peu les voir à sa façon, j’ai l’impression, seul l’essentiel nous est dit, ce qui peut servir l’histoire.

Après, l’aspect légèrement à l’eau de rose on aime ou on aime pas… Ici ce n’était pas encore trop prononcé ou trop niais, malgré tout, même si peu crédible, mais on s’y attend avec ce genre de livres donc pas de surprise et pas de déception

Vous vous demandez ce qui ne m’a pas plu, du coup, si l’histoire et les personnages, c’était bien ?

Eh bien tout simplement le style de l’auteur… C’était vraiment trop répétitif.. On avait parfois les mêmes infos, les mêmes descriptions, qui reviennent toutes les 5 ou 10 pages… là, je n’adhère vraiment pas par contre.. car c’est vraiment très très lassant et alourdi un peu le style léger de ce genre de romans.

Si je devais comparer ces petits romans à quelque chose, je dirais aux téléfilms qui passent sur TF1 ou ab3 l’après-midi.. Ils font passer un bon moment lecture, on se laisse embarquer le temps que cela dure, mais une fois le livre referme on l’oublie assez vite…

 

 

 

 

Zone de contagion de Rick Mofina

Big Cloud, dans le Wyoming : alors qu’elle reprend conscience après un grave accident de la route, une jeune femme hurle que son bébé, présent dans la voiture lors de l’accident, a disparu. Rio de Janeiro : une bombe éclate à la terrasse d’un café, faisant des dizaines de victimes, dont deux journalistes de la World Press Alliance. Au large de la Floride : à bord d’un paquebot de croisière, un homme agonise en quelques minutes dans d’atroces souffrances, sans qu’on puisse déterminer l’origine de son mal/ Reporter à la World Press Alliance, Jack Gannon se rend à Rio pour couvrir l’attentat dans lequel deux journalistes brésiliens ont trouvé la mort. Mais alors qu’il progresse dans son enquête, il voit surgir, à la fois fasciné et incrédule, des liens entre cet attentat et des affaires qui n’ont à priori aucun rapport avec celui-ci. Et il comprend bientôt que ce qui s’est passé à Rio n’est que la partie visible d’une menace infiniment plus vaste, effrayante, et que des millions de vies sont en jeu. Pour faire éclater la vérité, Jack va devoir pénétrer dans les zones les plus sombres de Rio, côtoyer l’horreur et la violence jusqu’à risquer sa vie. Jusqu’à l’hallucinante vérité.

ce que j'en ense

3 - Contente de l'avoir terminé

Autant annoncer la couleur tout de suite, ce roman a été une semi déception pour moi… Car oui, il est sympa, j’en ai apprécié la lecture, mais j’en attendais un peu plus au vu du résumé…

Le style est plaisant, il se lit agréablement en alternant les points de vue pour permettre au lecture d’avoir une impression plus globale… mais si généralement j’adore ce genre de narration car elle permet de ne pas s’ennuyer, ici, c’est tout le contraire…

J’ai trouvé que le roman avait un rythme assez lent, beaucoup trop lent, même, et du coup, même si l’histoire et l’intrigue me plaisaient, ce livre m’a paru interminable et je suis contente de l’avoir enfin terminé.

Il y a également, pour moi, des scènes voire des chapitres qui ne servent à rien, qui allongent le roman sans rien apporter de plus…

Il y a pas mal de personnages, mais ils sont amenés de telle manière que ce n’est pas dérangeant, on ne s’y perd pas… cela n’apporte pas de lourdeur supplémentaire au roman, heureusement, j’ai envie de dire. Mais par contre, je n’ai pas réussi à m’identifier, me rapprocher ou m’attacher à un seul d’entre eux… c’est peut-être ce qui a laissé tant de distance entre le livre et moi, je ne sais pas.

Bref, un roman sympa, surtout si vous aimez les thrillers sur fonds de politique internationale, je dirais… pour ma part, ça ne me marquera pas l’esprit et je suis contente de passer à autre chose.

  

d'autes l'ont lu

     

 

 

[Thriller] Linceuls de glace de Lisa Jackson (2014)

La période des fêtes ? Un calvaire pour Selena Alvarez. Cette année encore, elle va devoir supporter l’ambiance festive et familiale qui régnera pendant plusieurs semaines à Grizzly Falls, petite ville du Montana ensevelie sous la neige. Et par-dessus tout, elle devra faire face à sa solitude, une solitude qui la renvoie à un passé auquel elle s’efforce habituellement de ne pas penser. Mais un meurtre, particulièrement atroce, va l’obliger à se concentrer sur son travail, et à tenir à l’écart ses propres fantômes. Le cadavre d’une femme nue, enchâssé dans la glace et comme sculpté par les mains du tueur, est en effet retrouvé dans la crèche de l’église presbytérienne de Grizzly Falls. Une mise en scène scabreuse, terrifiante, que Selena doit décrypter à tout prix si elle veut arrêter le meurtrier. Pour cela, elle aura besoin de l’aide de sa coéquipière, Regan Pescoli, et du troublant détective Dylan O’Keefe. Avec eux, elle va plonger dans une enquête qui l’obligera, qu’elle le veuille ou non, à faire face à ses plus noirs souvenirs.

 

ce que j'en ense

4 - une excellente lectureRien n’y fait, quand je vois un livre de Lisa Jackson, je n’hésite pas, et je fonce tête baissée pour le lire. Je dois dire que cette auteur a su dès le départ me charmer par sa plume et son aptitude à captiver le lecteur.

Ici, j’ai été surprise de voir quelques longueurs en début de roman, mais heureusement, cela ne dure pas très longtemps.

Le style est fluide, se lit aisément, sans lourdeur, sans descriptions interminables qui le ralentissent, et de ce fait, on se fait très vite embarquer dans l’histoire.

Point de vue des personnages, ils sont travaillés avec attention, que ce soit le meurtrier ou les enquêteurs… On les découvre sous différents jours, on apprend à les connaître, en dehors du cadre stricte du travail, et j’ai aimé cette vision des choses. Le fait de découvrir leur passé aide à s’y attacher, et ainsi à mieux « vivre » l’histoire avec eux.

De même, je trouve que l’auteur a le don de nous faire vivre, au travers de son écriture, les émotions de ses personnes, quelles qu’elles soient… la tension, la tristesse, le bonheur, sont autant de choses tellement bien amenées que l’on a l’impression de les vivres, de les ressentir…

L’histoire est travaillée de telle manière que le lecteur est poussé à faire travailler son imagination concernant le tueur, et c’est agréable… on pose des hypothèses pour découvrir, on est certain que tel personnage est le coupable (ils y passent quasi tous, d’ailleurs), quelques dizaines de pages plus loin, que notre raisonnement ne tient pas la route, alors on recommence, et on se retrouve ainsi actif dans l’histoire. On ne se contente pas de la lire en tant que spectateur, on a l’impression de participer à l’histoire, et c’est ce que j’aime et recherche dans un thriller. On ne saura le fin mot de l’histoire qu’à la fin, et cela permet au livre de ne pas s’essouffler ou lasser le lecteur. Génial.

Je tiens également à préciser que même si ce livre s’inscrit dans une série, chaque tome peut se lire indépendamment des autres sans aucun problème.

d'autes l'ont lu

     

[Thriller] Dors bien cette nuit, de Karen Rose

Chicago, mercredi 18 février Après une longue et épuisante journée de travail, Kristen Mayhew, substitut du procureur de Chicago, fait une horrible découverte en ouvrant le coffre de sa voiture : à l’intérieur, trois caisses contenant des vêtements maculés de sang, des photos de corps mutilés, et des lettres — des lettres qui lui sont directement adressées. Surmontant l’horreur et la panique, Kristen doit se rendre à l’évidence : un tueur a décidé d’abattre les criminels qu’elle n’a pas réussi à mettre derrière les barreaux. Comme s’il pensait avoir pour mission de la seconder. Mais pour Kristen, qui n’a jamais laissé personne accéder à sa vie privée, et à ses secrets, il y a pire. Car très vite, il devient évident que le tueur l’épie. Qu’il sait tout d’elle. Qu’il est proche, tout proche. Pour l’aider dans ce cauchemar qui s’intensifie d’heure en heure, Kristen ne peut qu’accepter l’aide de l’inspecteur Abe Reagan. Un homme qui lui plaît, qui la bouleverse même, mais dont les bras forts et rassurants lui sont définitivement interdits…

ce que j'en ense

 3 - Une lecture bien agréable

Je n’ai pas hésité une seule seconde pour le choix de ce livre… J’ai en effet pu déjà lire plusieurs livres de Karen Rose, que j’avais beaucoup aimé…

Malgré tout, même si la lecture fut agréable, je n’ai pas autant accroché que d’habitude, pourtant…. Mais je n’arrive pas à déterminer précisément pourquoi… c’est un ensemble de choses, en fait.

Déjà, même si le style est agréable à la lecture, j’ai trouvé vraiment pénible la longueur des chapitres… moi qui suit une adepte des « encore un chapitre, puis je dors », ou qui déteste interrompre ma lecture en plein milieu d’un chapitre, je me suis sentie frustrée, et ça ajoute de la lourdeur à la lecture…

Un point positif: Les personnages sont recherchés, travaillés du moins. C’est un des choses que j’aime dans la plume de l’auteur. Pour la construction de ses personnages, rien n’est laissé au hasard, même si parfois, il y a des choses un peu moins crédibles. Mais on en apprend sur leur passé, sur leurs émotions, sur ce par quoi ils sont passés et qui nous permet de mieux les cerner et les comprendre, et ça aide à apporter un côté encore plus psychologique au roman.

Par contre, je pense que c’est vraiment le lien qui unit Kristen au  tueur qui m’a un peu dérangée. Je n’ai pas réussi à le « comprendre » dès le départ, et du coup, ça m’a laissé une drôle d’impression.

A côté de ça, point de vue de l’histoire, elle est bien construite, même si certaines choses m’ont semblé peu crédibles dans le récit, notamment dans les réactions de Kristen… certaines  m’ont semblé hors de propos, déplacée… en tous cas, peu crédibles à mes yeux, surtout dans les scènes « romantiques » ou amoureuses du livre.
On ne devine vraiment pas l’identité du tueur avant la fin, et là tout se met en place. La psychologie du livre est surprenante…

Bref, une lecture qui au final sera sympa, mais sans plus… On ne peut pas gagner à tous les coups …

d'autes l'ont lu

     

 

[Policier] Pour protéger Chloé (Alana Matthews)

Pour protéger Chloé
Alana Mattheuws

Editions Harlequin, collection Black Rose
Novembre 2013
224 pages

Pour protéger Chloé, sa fille de trois ans, Lisa est prête à tout. Même à servir d’appât à la police pour faire arrêter Oliver Sloan, son ex-mari, un chef de la pègre locale qui, afin de l’atteindre, a menacé la petite fille… Pourtant, quand elle apprend que c’est l’inspecteur Rafe Franco qui l’aidera à mettre son stratagème en place, un terrible sentiment d’urgence la gagne. Elle doit faire annuler l’opération. A tout prix. Car si Rafe – qu’elle a connu à l’université et qui est le seul homme qu’elle ait jamais vraiment aimé – voit Chloé, il découvrira quel terrible secret Lisa lui a caché…

ce que j'en ense

4 - un tourbillon d'émotions

Je me suis lancée dans la lecture de ce livre en sachant d’avance que je passerais un agréable moment lecture.
Si vous me suivez régulièrement, vous le savez, j’adore les livres de cette collection des éditions Harlequin.

Même si ces livres comportent toujours deux histoires, j’ai pris l’habitude de ne pas les lire de suite, mais une à la fois. Je viens donc vous parler de la première, Pour protéger Chloé.

 On y fait la connaissance de Lisa, une mère prête à tout pour sauver sa fille Chloé. C’est un personnage très attachant, car on la sent en danger, et pourtant, on sait d’avance qu’elle est forte et ne se laissera pas abattre.

A côté de ça, on a Rafe, son grand amour d’ado, qu’elle retrouve par hasard alors qu’elle essaie d’échapper à Sloan, son ex mari alcoolique, violent, possessif et surtout très influent (un personnage détestable, vous vous en doutez)

Point de vue de l’histoire, rien de spectaculaire, je vous l’accorde, mais je n’avais pas besoin de plus pour passer un très bon moment lecture. Un brin de romance, deux doigts de suspense, un fin filet d’action, et hop, c’est parti.
J’ai aimé la suivre d’un bout  à l’autre, j’avais envie de voir ce qui allait se passer, comment ça allait se passer, etc…

L’écriture est telle qu’on vit l’histoire au travers des personnages… J’ai ressenti toutes les émotions que Lisa a pu ressentir, et Rafe aussi… La peur, l’espoir, la détermination, les regrets, …

C’est ce que j’aime avec ce genre de livres, … ils sont à la fois agréables, légers, se lisent facilement pour changer les idées le temps d’une lecture.
Un style très simple, entraînant, où tout coule de source…
On sait d’avance ce qui va se passer, ou du moins, on s’en doute beaucoup mais au final, ce n’est pas tant la destination que le chemin pour y arriver qui compte, …

d'autes l'ont lu

     

 

[Romance] Amis et rien de plus Kristan Higgins

Editions Harlequin
Collection Mosaïc 
2013

Depuis l’adolescence, Chastity le sait : les hommes ne la considéreront jamais autrement que comme une bonne copine, incollable en foot et imbattable aux fléchettes, sans jamais oser envisager quoi que ce soit de plus. Comment pourrait-il en être autrement, alors que ses trois frères et son père peuvent se transformer en véritables serial-killers dès qu’un représentant de la gent masculine s’approche à moins de dix mètres d’elle ?
Mais aujourd’hui, Chastity a décidé de prendre les choses en main et de trouver l’âme sœur, coûte que coûte. L’homme qui lui fera les quatre enfants dont elle rêve en secret. Alors, quand elle rencontre Ryan, un séduisant chirurgien, elle se dit qu’il est là, enfin, celui qu’elle attendait, celui qui aura le courage d’affronter son envahissante famille — cette famille qu’elle aime tant, par ailleurs. Oui, mais voilà, il y a aussi Trevor, l’ami de toujours, dont un seul regard suffit hélas à faire chavirer son cœur.

ce que j'en ense

4 - une très bonne surpriseJ’avais déjà vu pas mal d’avis positifs sur l’auteur  et donc quand j’ai eu l’occasion de pouvoir découvrir ce livre, je n’ai pas hésité…

Surtout que je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais le temps pourri me donne envie de lire des livres plus « doux »…

Si les débuts du livres ont selon moi été prometteurs, je reste cependant un peu sur ma faim… C’est surtout par rapport à l’héroïne, en fait.. il manquait un petit quelque chose…

L’écriture en elle-même est un réel plaisir : une écriture simple, douce, qui glisse sous le regard pour nous bercer des images qu’elle projette… ça, j’ai beaucoup aimé. L’humour, très présent dans ce livre, m’a aussi beaucoup plu…

Pour ce qui est de l’héroïne, Chastity (c’est quoi, ce prénom) je ne sais pas trop quoi en penser… je n’ai pas réussi à m’y attacher comme je le suis généralement pour ce genre d’histoire… mais malgré tout, j’ai aimé suivre ses péripéties…

Ce qui m’a déplu, c’est son comportement.. trouver l’amour, tout le monde en rêve (ou presque) mais pas à n’importe quel prix ou sacrifice. Ce n’est même plus de l’impatience, c’est du désespoir, là…

Par contre, ce que j’ai adoré, c’est qu’elle n’est pas le genre parfaite, elle ne fait pas une taille zéro, ne se prend pas pour ce qu’elle n’est pas, elle est « comme la plupart des femmes », crédible… elle y fait finalement beaucoup dans mon attrait pour ce livre… même si cela peut paraître ambigu…

Après, le message qui est passé dans le livre comme quoi le mariage est LA chose importante dans la vie d’une femme, très peu pour moi, mais là, c’est le choix de l’auteur et ça ne m’a pas empêché d’apprécier la lecture.

On passe par beaucoup d’émotions dans ce livre, des rires aux larmes, et c’est ce que j’aime dans ce genre de lectures.

Cela me donne vraiment envie de voir d’autres livres de l’auteur…

d'autes l'ont lu

     

 

[Thriller] Le souffle suspendu (Heather Gudenkauf)

Le souffle suspendu
Heather Gudenkauf

Editions Harlequin (Mosaïc) (2013)
409 pages

Pour les enfants de Broken Branch, dans l’Iowa, c’est le dernier jour de cours avant les vacances. Une journée ordinaire, si ce n’est le froid glacial et la neige, inattendus en ce début de printemps. Une journée comme les autres qui tourne pourtant au cauchemar quand un homme armé s’introduit dans l’école, prenant les élèves et leurs professeurs en otage. A l’intérieur comme à l’extérieur de l’école débute alors une attente terrible et angoissante. Face à la peur, face au danger, Holly, Augie, Will, Meg et les autres habitants de Broken Branch vont devoir abandonner toutes leurs certitudes, donner un autre sens à leur vie et poser un regard différent sur ceux qu’ils aiment, parfois si mal. Tandis qu’une tempête de neige isole peu à peu la petite ville du reste du monde, tous le savent : plus rien ne sera jamais comme avant à Broken Branch…

ce que j'en ense

4 bouleversant

Deux choses m’ont immédiatement attirée dans ce livre… d’un côté, la couverture, que je trouve personnellement magnifique… j’aime les couleurs, la douceur et la simplicité qui en ressort… Elle personnalise bien la douceur de l’enfance.

A côté de ça, le thème abordé dans le livre, qui n’est pas sans rappeler des évènements tragiques de ces derniers mois, avec une prise d’otage dans une école… Cela m’intriguait et m’intéressait énormément.

J’avais déjà lu un livre de Heather Gudenkauf , et je dois dire que j’adore sa plume… Elle a un don pour nous décrire et décrypter les personnages, leur caractère, entrer dans leur esprit pour nous faire vivre l’histoire, plutôt que de laisser le lecteur simple spectateur.

Les personnages, puisque l’on en parle, sont d’ailleurs tellement simples, et sympathiques… Ils sont « humains », avec leurs qualités, mais aussi leurs défauts, ils ne sont pas tout blanc ou tout noir.

5 personnages impliqués dans la prise d’otages nous racontent tour à tour leur vision des choses. Cela apporte un rythme et une tension supplémentaire au roman, jonglant entre les émotions des uns et des autres. Cette manière d’alterner les différents points de vue fonctionne à merveille et apporte beaucoup au roman. On peut vivre le drame sous les traits d’une enseignante, de parents, d’un policier, … c’est très enrichissant, car la perception est tout autre, et les émotions également, selon le personnage qui prend la parole.

J’ai eu un gros coup de cœur pour Mme Oliver, le professeur qui a été pris en otage avec sa classe. Je l’ai trouvée pleine d’amour pour ses élèves, très consciencieuse, très professionnelle, et vraiment, c’est le personnage que j’ai préféré dans ce roman.

L’histoire est assez rapide, tout se bouscule, tout va très vite, comme dans ce genre de situations dans la vie réelle. Et pourtant, malgré tout, on  ne devine rien de l’issue de l’histoire, tellement on est plongé dans le moment présent.

J’ai adoré chaque seconde passée en compagnie du livre, car il n’y a pas de temps mort, pas de passage ennuyeux, pas de « trou » dans l’histoire. Tout reste cohérent et réaliste, aussi. La tension est forte, et c’est ce qui fait qu’on n’ a pas envie de poser le livre, car on est tellement pris dans le drame qu’on ne voit pas le temps passer, à vrai dire. On retient son souffle comme les protagonistes de l’histoire. On ressent la peur, la détermination, les doutes, de chacun des personnages.

Si vous aimez les thrillers, je vous conseille vraiment ce livre qui est vraiment terrible, dans tous les sens du terme.

d'autes l'ont lu

 

 

[Chick-Lit] City Girl (Sarah Mlynowski)

City Girl
Sarah Mlynowski

Editions Harlequin
Collection Red Dress ink
2013 (réédition)
355 pages

lu en part avec la MEJe suis folle de rage ! Il a osé me faire ça, à moi, me jeter comme un vieux clou par un misérable mail, pendant que je trime au bureau en rêvant de quitter mon deux-pièces-cagibi pour vivre le grand amour avec… Avec qui au fait ?
Qu’ai-je donc fait pour mériter ça ? Comme si je n’avais pas déjà assez d’ennuis avec mon loyer, mes collègues, ma colloc, mes collègues (oui encore !) et…
Heureusement que j’ai la chance d’avoir de bonnes copines pour me remonter le moral ! Sans oublier que je vis à Boston, une ville qui contient quelques centaines de milliers d’individus du sexe masculin où se cache forcément quelque part Mister Right… Qui sait, ce mail, c’est peut-être un signe du destin ?

ce que j'en ense

4 transportéeVous me connaissez, je suis une inconditionnelle de la collection Red Dress Ink des éditions Harlequin… donc je décline toute responsabilité en cas de non objectivité flagrante…

Le gros point fort de ces romans, et de celui-ci en particulier, reste l’humour… Normal me direz vous, on est dans de la chick-lit, … et ici, on est vraiment dans l’archétype du genre… Il traite des ruptures et de la manière de se remettre sur les railles, et je dois dire qu’il le fait d’une manière vraiment peu commune 🙂 ahh les ruptures, on est tous passés par là à un moment où à un autre, et chacun réagit à sa manière…

Le récit, comme souvent dans la chick-lit, est narré à la première personne, ce qui rend l’histoire encore plus accrocheuse.. car du coup, on se « rapproche » de notre chère Jackie, et on vit ses aventures comme si on y était. Les scènes sont merveilleusement bien décrites, les expressions aussi sont bien amenées ce qui fait qu’on a l’impression de voir le tour comme si ça se déroulait sous nos yeux, et ça j’aime.

De plus, les dialogues sont vraiment bien construits, renforçant l’implication dans le livre.

On retrouve ici beaucoup d’idées préconçues, on ne va pas le nier, et se retrouve face à une jeune femme naïve, qui a une idée bien précise et malheureusement totalement illusoire de la notion de couple et des relations…

Cette fille est juste attendrissante et on a limite pitié d’elle, je trouve… elle est irrésistible, nunuche à souhait, drôle avec un petit grain de folie qui n’est pas pour me déplaire.

Et ce qui est le plus étonnant: malgré tout, L’auteur parvient à nous donner cette impression d’authenticité, de crédibilité et de réalité qui renforcent le lien avec l’histoire. On se dit presque de Jackie pourrait être une de nos copines…  dans toute son imperfection et ses petits défauts…

Ce que j’ai un peu moins apprécié? Certains des hommes qu’elle rencontre, que j’ai trouvé un peu « trop » dans le cliché, justement, où limite rien de bon n’en ressort. Pour la plupart, je n’aurais pas aimé les rencontrer…

Alors oui, ce n’est pas de la grande littérature, oui, tout y est prévisible, oui, les clichés sont présents, oui, il ne laissera pas un souvenir impérissable, mais c’est ce à quoi on s’attend en ouvrant ce genre de livres, non? Personnellement, j’ai adoré…

Bref, ce livre a tenu toutes ses promesses: un excellent moment d’humour et de détente, comme je les aime…

d'autes l'ont lu

     

 

[YA] Moi et Becca (Paige Harbison)

moi et becca

La nouvelle, l’intruse — voilà tout ce que je suis pour les élèves de Manderley. On ne me pardonne pas d’avoir pris la place libérée par Becca. La belle, la parfaite, l’irremplaçable Becca ! Un véritable fantôme accroché à mes basques, auquel tout le monde me compare sans cesse. Il faut dire que Becca n’a pas vraiment « quitté » Manderley : un soir, elle a mystérieusement disparu. Et je crois bien que, si je veux qu’on m’accepte, il va falloir que je découvre ce qui lui est arrivé…

ce que j'en ense

5 sans voixJ’ai commencé ce livre dans le cadre du challenge Livra’deux pour PAL’addict, que je fais en binôme avec ma chérie Isa, du blog tribulation d’une lectrice.

Autant être honnête avec vous, avant de commencer la lecture de ce livre, j’étais persuadée que ce serait trop jeunesse, vraiment niais, et que j’allais m’embêter… J’en ai donc commencé la lecture sans trop d’attentes à son sujet…

Et au final, j’ai passé un excellent moment lecture… une lecture certes un peu jeunesse, mais pas trop, et même si ce n’est pas vraiment un coup de cœur, c’est une lecture que je note à 5/5.

J’ai adoré le système de double narration… entre l’histoire du « moi », actuelle, vivant dans l’ombre d’une fille qu’elle n’a jamais connu, et racontée à la première personne, et l’histoire de Becca, cette fille aux multiples facettes toujours là à lui gâcher la vie sans être là, racontée  à la troisième personne. Un style narratif surprenant mais vraiment pas mal…

Alors, dans un premier temps, il y a quand même quelque chose qui m’a surprise… au début, j’ai cru que c’était ma mémoire de poisson rouge qui faisait des siennes, mais non… le « moi », on ne sait jamais son nom… jamais cette personne n’est citée nommément… bon, c’est un peu perturbant au début, mais après, on s’y fait… Et à bien y réfléchir, quand une personne nous raconte une histoire, son histoire, il est rare qu’elle parle d’elle en s’appelant par son prénom, donc ça se tient, certes, mais c’est un choix particulier malgré tout… C’est une des grandes originalités du roman.

Le personnage de Becca, je l’ai détesté, je pense que cela n’étonnera personne parmi ceux qui ont lu le livre. J’ai d’ailleurs eu une nette préférence pour les chapitres centrés sur « moi » plutôt que sur Becca.

Celui de « Moi » (décidemment, cela m’ennuie de ne pas avoir son petit nom) m’a paru au départ un peu trop susceptible… je la voyais comme l’éternelle déprimée, comme une personne qui voit tout en noir…

Mon avis a changé sur elle en cours de lecture.

Point de vue de l’histoire, il faut dire qu’il n’y a rien de transcendant… une ado disparaît, personne ne sait ce qu’elle est devenue, et une autre ado arrive dans le même internat et est vue comme une intruse qui essaie de prendre la place de la fille hyper populaire…

Mais au final, ça va bien plus loin que ça, et l’intrigue sur la disparition de Rebecca est vraiment bien menée…

Point de vue « ambiance générale », il y a une chose qui m’a amusée : la description initiale des lieux… :

« Assise dans le car, je découvrais, à travers les vitres panoramiques, un monde totalement étranger. Un univers déjà frileux, en cette fin d’été, et où les palmiers étaient remplacés par d’immenses sapins.
Des rangées d’arbres aux feuillages touffus bordaient l’autoroute. Le thermomètre du car indiquait une température extérieure de dix petits degrés ; il n’était pas 18 heures et le soleil était déjà couché alors qu’on n’était que le 2 septembre.
Si les conditions météo de St. Augustine ne sont pas toujours idéales — je suis la première à le reconnaître —, il n’y fait jamais aussi froid, à cette période de l’année. Chez moi, en septembre, tous ceux de mon âge continuent à aller se baigner après les cours, avant de se précipiter sur les tables encore disponibles des terrasses des restos environnants. »

Pour peu, je me serais crue dans une ambiance similaire à celle du début de Twilight… oui, je sais c’est bête, et je ne sais pas si d’autres ont eu cette impression, mais en lisant ce passage, c’est vraiment l’image qui m’est venue à l’esprit.

Bref, c’est une lecture vraiment agréable, où malgré le nombre de pages, je ne me suis pas ennuyée, je n’ai pas vu les pages passer…

Une belle découverte. Merci Isa de m’avoir poussée à le sortir de ma PAL pour ce challenge

lectures communes challenges

d'autes l'ont lu

Logo Livraddict   

 

[Thriller/Policier] Une inquiétante disparition

Une inquiétante disparition
Janice Kay Johnson
Editions Harlequin (collection Black Rose)
Juin 2013

Dix minutes. Dix ridicules petites minutes durant lesquelles elle s’est assoupie sur la plage, et voilà que sa nièce de dix ans a disparu. Beth est effondrée : c’est certain, lu en part avec la MESicily a été kidnappée. Jamais cette petite fille si sage et obéissante, dont elle a obtenu la garde après la disparition tragique de sa sœur, ne se serait éloignée sans la prévenir ! Hélas, Mike Ryan, l’inspecteur chargé de l’affaire, semble loin de la croire. Ne passe-t-il pas en effet son temps à souffler le chaud et le froid avec elle ? A la réconforter pour, l’instant d’après, sous-entendre qu’elle a volontairement fait disparaître sa nièce ? Bien que révoltée, Beth n’a pas le choix : elle doit convaincre Mike ; car, sans qu’elle comprenne bien pourquoi, elle éprouve le besoin irrépressible de l’avoir lui, et personne d’autre, à ses côtés pour retrouver Sicily…

ce que j'en ense

4 transportéeJ’ai eu la chance de pouvoir recevoir, ce mois ci, deux livres de la collection Black Rose des éditions Harlequin…. Je dois dire que j’aime beaucoup cette collection, car ce sont des histoires policières/thrillers pas trop longues, pas prises de tête du tout, et que j’adore lire entre deux lectures plus lourdes…

Ici, j’ai commencé par la première histoire de ce recueil de deux: Une inquiétante attirance. Et je dois dire que je me suis régalée…

J’ai tout de suite accroché à l’intrigue, qui démarre sur les chapeaux de roues. Une petite fille dont la mère est décédée un mois plus tôt dans des circonstances déjà un peu mystérieuse disparaît sur la plage alors qu’elle est sous la surveillance de sa tante, devenue sa tutrice…

Certes, le thème est banal, mais c’est un de ces thèmes dont je ne me lasse pas.

L’écriture de Janice Kay Johnson, que j’ai découverte avec cette histoire, est simple, mais efficace. On est pris dans le tourbillon des pages et on les tourne les unes après les autres sans s’en rendre compte

Les personnages de cette histoire sont intéressants malgré tout, même s’ils n’ont rien de particulier. J’ai aimé le « yoyo » d’émotions qui se sont succédées, allant de l’attirance à la méfiance… (je vous rassure, la romance n’est pas trop poussée du tout! C’est pour ça que j’aime cette collection), de l’espoir à la déception, … les extrêmes sont mis à rude épreuve.

Beth, la tante de la petite, est d’apparence froide, mais on sent au fur et à mesure toute la fragilité qui l’habite… j’ai beaucoup aimé ce personnage, et ai eu beaucoup d’empathie pour elle… j’ai clairement vécu l’histoire à travers son personnage.

Mike Ryan, le policier en charge de l’enquête, est assez ambigü… j’ai souvent eu l’impression de ne pas savoir sur quel pied danser avec lui… il m’a un peu « perturbée »,…

Le personnage le plus exceptionnel de ce livre reste la petite Sicily, qui du haut de ses dix ans, est une  fillette mature, adulte (beaucoup trop pour son âge) et très intelligente.

Tout au long du récit, on voit d’une part l’inquiétude de la tante de Sicily, l’enquête menée, l’évolution des évènements, et d’autre part la captivité de la petite, comment ça se passe avec son ravisseur, etc…

J’adore cette double vue.

Les émotions que l’on ressent sont nombreuses également, de l’inquiétude, de la colère, de la haine, des doutes, des suspicions nombreuses, des rebondissements inattendus… j’ai vraiment apprécié cette lecture.

Bref, une histoire assez courte, 224 pages seulement, mais une histoire prenante, qui une fois commencée ne nous lâche plus… Des personnages peu nombreux mais qui parviennent à eux seuls à rendre l’histoire vivante et intéressante.

Pour ceux qui aiment à la fois les thrillers mais qui parfois, ont envie d’histoires un peu moins prises de tête, je vous conseille vivement cette collection des éditions Harlequin, et plus particulièrement cette histoire qui est juste géniale…

La page du livre chez l’éditeur