Archives du mot-clé Gallimard

Nous les menteurs de E. Lockhart

Image57 genre 1 genre 2 Amazon_Wishlist

Une famille belle et distinguée. Une île privée.
Une fille brillante, blessée ; un garçon passionné, engagé.
Un groupe de quatre adolescents – les Menteurs – dont l’amitié sera destructrice.
Une révolution. Un accident. Un secret.
Mensonges sur mensonges.
Le grand amour. La vérité.

Lire la suite

La décision de Isabelle Pandazopoulos

En plein cours de maths, Louise, jeune fille sans histoires, excellente élève de Terminale S, a un malaise. Samuel, le délégué, l’accompagne aux toilettes. Du sang s’écoule, Louise ne répond plus. Hémorragie ? Suicide ? En fait, la jeune fille a accouché. Elle ne savait pas qu’elle était enceinte, mais elle a donné naissance à un petit garçon de 3,3 kg. Pourtant, Louise affirme qu’elle n’a jamais couché avec personne… Alors que s’est-il vraiment passé ? En état de choc, la jeune fille ne peut accepter la réalité. Pourtant, il lui faut décider du sort de son enfant : le garder ou le confier pour adoption. Elle n’a que quelques semaines. Et un long chemin à faire…

4 - un tourbillon d'émotions Je dois dire que ce livre fut pour moi une excellente découverte…

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, j’avais été attirée par la couverture, et le résumé avait fait le reste.

Le style de l’auteur me faisait un peu peur: je me suis dit que comme le livre était destiné à des ados, il allait être simple et que cela risquait de nuire au contenu… Puis finalement, pas du tout. L’auteur a su trouver les mots justes, les descriptions adéquates, pour nous permettre de vivre cette histoire comme si on y assistait.

Je l’ai lu en une fois, sans m’interrompre, je n’aurais pas pu. J’aurais eu l’impression de lui être « infidèle » et d’être lâche de laisser tomber l’héroïne en plein drame.

Louise est attachante, dès que l’on fait sa connaissance, on ne peut que se « prendre au jeu » et d’avoir envie de l’accompagner dans son histoire. Personnellement, j’avais juste envie de la prendre dans mes bras pour la consoler et l’aider.

Le déni de grossesse chez l’adolescente est abordé ici avec une émotivité et des sentiments tellement réaliste et prenante… c’est pour moi une belle réussite.

Ce que j’ai particulièrement aimé dans ce roman: on voit l’histoire de manière globale, à savoir qu’on ne soit pas que le point de vue d’un personnage, mais bien des différents protagonistes: Louise, ses parents, ses amis, les professionnels du secteur médical, … Cela apporte une telle dimension au roman que cela le rend d’autant plus émouvant.

Vous l’aurez compris, cette histoire est une pleine claque en pleine figure. Je vous le conseille vivement, mais si, comme moi, vous avez un petit coeur sensible, prévoyez la boite de kleenex à côté de vous…

d'autes l'ont lu

     

 

 

[✎] Le Cas Jack Spark, tome 1 : Eté Mutant

Le Cas Jack Spark, tome 1 : Eté Mutant
Victor Dixen
Gallimard (Pôle Fiction)
  640 pages
  8,50 Euros
Redrock, Colorado :
Un camp de vacances aux allures de prison.
Des adolescents anéantis par des éducateurs sans pitié.
Jack Spark est le seul à résister. Mais son corps subit d’étranges mutations et il découvre en lui de terribles pouvoirs.

Fuir ou combattre, Jack a-t-il vraiment le choix ?…

 J’ai eu envie de découvrir ce livre depuis un petit temps, puis quand j’ai vu que « book en Stock » le partenariat spécial organisé dans le cadre du mois de Victor Dixen, j’ai sauté sur l’occasion… Et je ne le regrette nullement…

Le style de l’auteur est très agréable et facile à lire…Bien sûr, vous me direz que c’est normal puisque l’on est en présence d’un livre « jeunesse », mais malgré le public visé, on ne tombe malgré tout pas dans le « trop jeune »… ce qui fait que c’est agréable et se lit sans peine. J’ai pris beaucoup de plaisir à la lecture de ce livre, et je n’ai pas vu le temps passer.

En plus des aspects « fantastique« , historique voire mythologique, et « suspense » du livre, l’auteur manie aussi, de manière subtile, une bonne dose d’humour.

L’écriture à la première personne aide encore plus à s’intégrer à l’histoire, car cela permet une plus grande empathie pour Jack, et de se sentir partie prenante dans cette histoire. D’ailleurs, les émotions quelles qu’elles soient ont beaucoup d’importance, dans ce roman, je trouve.

Les décors de l’univers de jack sont mis en place, mais de manière agréable, sans lourdeur…

Et surtout, le récit bien que fantastique reste cohérent.

L’histoire commence de manière assez basique et classique dans les livres de « Yong adult ». On fait la connaissance de Jack, jeune adolescent catégorisé comme « à problème »… La mise en place du personnage est bien faite, et n’est pas trop longue (je m’ennuie facilement dans les longues description et ici, je ne me suis nullement ennuyée!). En effet, on rentre vite dans le vif du sujet, et à partir de là, on plus le temps de relâcher son attention!

On va de surprise en surprise, et personnellement, je ne voyais jamais venir les rebondissements… ce qui, vous vous en doutez, a agrémenté ma lecture de manière plus que plaisante.

Point de vue des émotions ressenties, peu sont laissées en reste: on a de l’amour, de la tristesse, des doutes, de la colère, voire de la haine.. un cocktail détonnant manié de main de maître.

Ils sont relativement originaux et sortent du carcan habituel, je trouve.

Jack… Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a du caractère. J’ai beaucoup aimé ce personnage. Très mature pour son âge, on a parfois l’impression qu’il a un lourd passif derrière lui, de par ses réactions, ses paroles… la maturité chez un adolescent est une chose que j’apprécie dans mes lectures, ça change du côté « nunuche », qui a tendance à me taper sur les nerfs. J’aime aussi son côté gaffeur 🙂

Il voit ce qui lui arrive de manière assez « lucide », ou plutôt, disons que contrairement à ce que beaucoup de jeunes héros ou héroïnes, il ne se borne pas à se voiler la face:

A présent, je ne peux plus le nier. Mon corps change. Je change. Je me transforme. En quoi? En quelle sorte de monstre? Une créature qui aspire l’énergie de ceux qui l’entourent; un prédateur dont tous les sens sont affûtés pour la chasse; un phénomène de foire capable de tordre des barres de fer, avec autant d’aisance que Monsieur Muscle des cirques itinérants.

A côté de Jack, beaucoup d’autres personnages viendront trouver leur place… Sinead, Kevin, Josh, Edith ou encore Doug… chacun de ces personnages aura sa propre spécificité, ses propres problèmes, et trouvera sa place dans le récit en rapport avec ses caractéristiques et ses différences.

J’ai adoré voir introduits dans l’histoire des faits de mythologie, légendes, ou histoire. Par contre, sachant que le livre s’adresse à un public « jeune » au départ, je ne suis pas certaine qu’ils soient intéressés outre mesure à cet aspect… J’ai peut-être (sans doute) des a priori sur les adolescents, mais je crains qu’ils ne s’ennuient un peu dans cet aspect du livre… En tous cas, moi, j’ai adoré! La manière dont ces références sont intégrées à l’histoire est tout simplement ingénieuse et agréable pour le lecteur.

De plus, les thèmes des problèmes d’ados rapportés dans ce livre sont variés: anorexie, boulimie, homosexualité, suicide, etc… tant de choses qui sont mises un tant soit peu en avant, exploitées au travers des différents personnages, intégrant parfaitement le récit et apportant une bonne dose de tolérance et de compréhension

un personnage principal qui accroche le lecteur, une histoire à l’ambiance angoissante

quelques passages sont lourds, trop chargés

Une chose est certaine: je ne manquerai pas de lire la suite des aventures de Jack…

  Victor Dixen est né d’un père danois et d’une mère française. A l’âge de sept ans, il connaît une expérience traumatisante dans le plus vieux parc d’attractions du monde, le Tivoli de Copenhague. Les freins des montagnes russes lâchent. Souffrant depuis cet incident de somnambulisme et d’insomnies, Victor est incapable de dormir plus de quatre heures d’affilée. Il consacre le reste de ses nuits à l’exploration de la face cachée du monde. Premier roman imprégné d’univers cinématographiques et de références historiques, Le Cas Jack Spark incarne les peurs et les envies d’un auteur victime de ses insomnies et mystérieusement proche de son personnage… (description trouvée sur un site, mais la gaffeuse que je suis a oublié de le noter)

La vidéo de présentation du livre (attention, il y a une autre pub avant 😦 )

Le cas Jack Spark

N’hésitez pas à aller découvrir le site du livre, ainsi que celui de l’auteur

Dup, Phooka

« On n’est pas obligé de comprendre l’autre pour l’accepter : l’amitié ne part pas de la raison, elle part du cœur. »