Archives du mot-clé Le livre de poche

L’Enfant de tous les silences – Kim Edwards

couv32547080Titre : L’enfant de tous les silences
Auteur : Kim Edwards
Maison d’édition : Le livre de poche
Sortie : 2 juin 2010
# de pages : 534
Genre : Drame

1964. Une terrible tempête de neige paralyse le Kentucky. Le Dr David Henry n’a pas le choix : il doit accoucher lui-même sa jeune épouse, Norah, qui met au monde un magnifique garçon, puis une petite fille… trisomique. En un instant, David, persuadé d’agir pour le mieux, va prendre une décision tragique : il confie la petite à Caroline, son infirmière, qui doit l’emmener dans une institution spécialisée. À Norah, il annonce que le bébé n’a pas survécu. Mais Caroline choisit de sauver la petite et de l’élever comme sa propre fille… Des années plus tard, la vérité refait surface, et, avec elle, des conséquences dramatiques pour cette famille déchirée.

Mon avis: 20/20. Il m'a replongé tout droit dans la détresse de cette perte du jumeau.

Lire la suite

Antéchrista de Amélie Nothomb

Chronique initialement publiée le 02/09/2010

antechgenre 12  Amazon_Wishlist

Blanche, une adolescente timide et solitaire, rencontre Christa à l’université. Sûre d’elle, séductrice, Christia est l’exact contraire de sa nouvelle amie. Mais l’amitié idéale qu’imaginait Blanche ne dure qu’un temps et Christa devient peu à peu le bourreau de l’héroïne. Pour échapper à cette ‘Antéchrista’, Blanche devra surmonter ses angoisses.

Lire la suite

Thérapie, de Sebastian Fitzek

Image11genre 2   Amazon_Wishlist

Josy, la fille du psychanalyste Viktor Larenz, souffre d’une maladie inconnue et disparaît mystérieusement. Quatre ans ont passé, Larenz s’est retiré sur une île au nord de l’Allemagne et reçoit la visite d’une romancière qui souffre d’une forme rare de schizophrénie : les personnages qu’elle invente prennent vie et son dernier roman ressemble étrangement à l’histoire de Josy…

Lire la suite

Le bonheur à l’école de Dominique Deconinck

Déposant son enfant à l’école, quel parent n’a pas imaginé se glisser dans la salle de classe une fois que la cloche a sonné ? C’est ce à quoi nous invite Dominique Deconinck, institutrice passionnée à l’enthousiasme communicatif. Avec finesse et humanité, elle raconte son quotidien, ce qu’elle voit et ce qu’elle entend : les leçons, les jeux, les confidences, le découragement ou le chagrin, les miracles de la confiance… Elle nous fait vivre ces moments où certaines choses se jouent, et où d’autres se dénouent. Un livre simple et touchant, à contre-courant des témoignages alarmistes ou des essais pessimistes, qui dit le bonheur d’enseigner aujourd’hui.

Le Bonheur à l’école
de Dominique Deconinck
Editions Le Livre de Poche (Littérature & documents) – 216 pages – Sortie : 20 Août 2014
Sur Amazon au format poche pour 6.60€

arabesque1

Ce livre m’a été offert par mon conjoint qui pensait m’offrir un livre de « perles »… Bon, du coup, je suis partie dans cette optique, et c’est là que la déception fut : il n’en est rien.. C’est plus un journal de bord d’institutrice, au final…

Ma chronique va être rapide, car je n’ai pas trop apprécié… Je pense que ce livre conviendrait parfaitement aux instits qui s’y retrouveraient certainement, ou à celles en devenir, mais de mon point de vue, lire sa manière d’aborder les enfants difficiles ou son « ras le bol » de certains jours, je n’ai pas trop pris mon pied.

Elle y raconte ses joies, ses peines, dans un livre écrit de manière simple et sans fioritures…

Il y a peut-être un petit « mot d’enfant » ou petite perle une fois toutes les 40 ou 50 pages… c’est loin d’être suffisant pour me satisfaire, moi qui espérais un moment de franche rigolade pour remonter le moral des troupes après une semaine assez difficile…

Bref, un coup dans l’eau pour moi, pour vous dire, je n’ai même pas été jusqu’au bout de la lecture, je n’y ai pas accroché du tout…
C’est sans doute un bon livre, si on a un pied dans le milieu… mais pour moi, ça ne l’a pas fait…

 Au final, mon avis général…

 2 sur 5

Lu dans le cadre des challenges et RDV suivants:

 

La Bibliothécaire de Gudule

2001
Editions Le Livre de Poche
191 pages

Genre: Jeunesse
Mots clé: bibliothèque, orthographe, livres, écrire, pouvoir de l’écriture

Pourquoi la vieille dame qui habite en face de chez Guillaume écrit-elle très tard la nuit ? Pour résoudre ces mystères, Guillaume se lance dans un fantastique voyage au pays des livres et de l’écriture…

Autres éditions
  

Ma note

3 sur 5

 

arabesque1

avis 6Je vois vous avouer que ce livre m’a laissée quelque peu perplexe… Il est loin de ce que l’auteur m’a habituée… et je pense que décidément, je la préfère largement dans les histoires d’horreur, plus pimentées…

Mais bon, commençons pas le commencement, et par du positif… S’il y a bien une chose que j’adore dans le style de Gudule, c’est son talent pour les descriptions qui ont le don de se « matérialiser » dans mon esprit avec une facilité déconcertante… J’en veux pour preuve ceci:

L’endroit est extraordinaire : des rayonnages couvrent les murs et s’alignent les uns derrière les autres, formant d’étroites allées. Combien y a-t-il de livres, ici ? Dix mille, cent mille, un million ? Une odeur de vieux papier, à la fois acre et doucereuse, émane du fantastique amas d’ouvrages, dont certains ont plus d’un siècle. Couvertures de cuir, de tissu, de carton, aux tranches dorées ; parchemins roulés ; éditions rares et volumes populaires pleins de naïves illustrations ; tout le savoir du monde semble rassemblé ici. La somme des connaissances humaines emplit cette salle, noyau lumineux au cœur de la bâtisse obscure. Et ce noyau, par le plus grand des hasards, Guillaume vient d’y avoir accès.

 Avouez que ça fait rêver, et qu’on n’a qu’une envie, nous y retrouver, nous aussi…

J’ai trouvé la plume agréable, mais sachant que le livre est destiné à des enfants, j’ai trouvé le vocabulaire parfois un peu compliqué pour des enfants… (« Mais Guillaume ne veut pas déflorer sa merveilleuse aventure en la confiant à une tierce personne, fût-ce son meilleur ami »). Alors, oui, je suis d’avis que les livres doivent avoir un côté éducatif, tout ça, mais si à toutes les pages, l’enfant doit aller trouver ses parents pour des explications sur les mots, je crains que cela ne lui ôte un peu le plaisir de la lecture « en solitaire »…

L’histoire… elle est sympa, plein de personnages de la littérature, des grands classiques, mais du coup, gros manque d’imagination de la part de l’auteur… et surtout, elle a touché à un personnage qui m’est cher et que je n’ai pas aimé y retrouver… Je vous explique: je n’ai pas apprécié que le plus gros du livre se passe dans Alice au pays des merveilles… étant fan de ce livre, je n’aime pas trop qu’on y touche de la sorte, je trouve ça un peu trop facile que de « copier » ainsi, dans un livre pour enfants, un classique du genre… franchement, ce fut pour moi une énorme déception…

Heureusement, il y a du positif tout de même… une bonne morale à l’histoire, ça j’ai apprécié…
Pas mal d’humour aussi, malgré tout…

Vilain style, mauvaise crac orthographe. Quand pof on construit brr des phrases boiteuses, Pataklonc les personnages qu’on décrit le burp sont ainsi !

Une petite phrase coup de coeur:

C’est l’avantage qu’ont les livres sur la vie réelle. Dans la vie réelle, quand un drame arrive, on se dit : « Comme j’aimerais retourner dans le passé, profiter du bonheur d’avant ! » La lecture nous donne cette possibilité : il suffit de reprendre les chapitres précédents, et on revit les moments que l’on aime chaque fois qu’on le désire. »

Voilà… bref, un livre sympa, que j’aurais vraiment plus apprécié si cela n’y piquait pas l’univers d’Alice au pays des merveilles si cher à mon coeur…

 

A la dure de Stephen King

Editions Le Livre de Poche
Format : ePub – Sortie : 21 Mai 2014

Genre: Thriller, nouvelle

Bradley Franklin est un publicitaire au sommet de sa carrière. Il vit à New York avec sa femme Ellen, dans un bel appartement de l »Upper East Side baigné de soleil, et on pourrait dire de lui que c?est un homme accompli. Mais, ces derniers temps, Brad est fatigué. Il dort mal, fait toujours le même cauchemar qui le réveille en sursaut, se traîne au bureau. Son métier ne le passionne plus vraiment, il en fait le tour, et la relève est déjà arrivée. Et puis il s?inquiète pour Ellen. Elle est tombée malade récemment. Très malade. Les choses s?arrangent, mais elle semble toujours aussi faible?

Ma note

5 sur 5

 

arabesque1

avis 3Ahhhh que je suis contente de vous revenir avec du Stephen King… Ces derniers temps, je l’ai vraiment trop délaissé, et sa plume me manquait…
Alors, ni l’une ni deux, quand j’ai eu l’occasion de lire cette nouvelle, j’ai sauté sur l’occasion 🙂

Alors, je suis toujours un peu craintive avec les nouvelles, j’ai toujours peur que ce soit bâclé, que tout aille trop vite, etc… et ici, ce n’est pas le cas. Oui, on va à l’essentiel, on entre vite dans le vif du sujet, mais malgré tout, on en sait assez pour apprécier l’histoire et la vivre pleinement.

D’ailleurs, le narrateur qui s’adresse au lecteur en début de livre, ça a juste le don de m’accrocher directement… donc j’adore.

Bradley, le personnage central de l’histoire, est assez attachant même si un peu bizarre… On a un peu de mal à le cerner, au départ…

J’aime la manière dont Stephen King peut rendre effrayantes des choses banales du quotidien, faire voir les choses sous un autre angle, y poser un autre regard et se dire « mais bien sûr »…

Dans la plupart des livres, quand l’auteur nous balade je n’aime pas ça car on ne sait pas où l’auteur veut nous amener… Ni s’il nous amène réellement quelque part…
Avec Stephen king c’est différent… Il peut limite me balader tant qu’il veut, car je sais que la destination en vaut vraiment la peine…

Je ne peux pas vous en dire beaucoup sur le livre, il s’agit d’une nouvelle assez courte, donc je n’ai pas envie de prendre le risque de vous spoiler. Quoi qu’il en soit, un bon moment de lecture passé en compagnie de l’auteur, moins intense ou dans l’horreur que d’habitude, mais où le suspense psychologique est bien mené… Un bon interlude, je dirais 🙂

 chroniques à lire

 Gr3nouille2010 – Unlecteur

La vie à reculons, de Gudule

Editions Le Livre de Poche (Jeunesse)
Langue française – 190 pages

Mots clés: maladie, séropositivité, scolarité, harcèlement scolaire

Thomas a quinze ans. A la suite d’une transfusion sanguine il est devenu séropositif. Pour lui aucune différence :il veut vivre comme tout le monde, sans le mépris et surtout sans la pitié des autres. Ses parents ont d’ailleurs fait promettre le secret au proviseur de son collège. Mais quand Thomas tombe amoureux d’Elsa, la mécanique de la peur et de l’ignorance se met en place.

 

Ma note

4 sur 5

 

arabesque1

avis 4  Vous le savez, j’ai une affection particulière pour les livres de Gudule, notamment la petite fille aux araignées ou la baby-sitter. Pour cette lecture, j’ai envie de vous dire que j’ai pu la découvrir dans un tout autre registre…

Si sa plume est toujours aussi agréable, toujours aussi entraînante et « vivante », je dois dire qu’ici, elle a réussi à faire monter les émotions en moi comme jamais.

On fait la connaissance de Thomas, un ado pas comme les autres, puisque sa vie est rythmée par la maladie, puisque suite à un accident, il a été transfusé et est devenu séropositif. On peut aisément se douter que sa scolarité en souffre, car si déjà les adultes ont des à priori stupides sur la maladie, c’est encore pire pour les enfants/ados. Pour moi, cela s’apparente à du harcèlement scolaire, mais sous une autre forme…

Au travers de son écriture, Gudule a su me faire vivre cette histoire par les yeux et le cœur de Thomas. J’avais franchement mal au cœur pour lui, car aucun enfant ne mérite une telle souffrance, une telle méchanceté de la part des autres.

Gudule a le chic pour traiter les sujets difficiles, les sujets qui fâchent, aussi… mais elle le fait d’une manière touchante et efficace.

Au départ, j’ai eu un peu de mal en voyant tous les clichés qu’elle mettait en avant, en me disant que je trouvais ça dommage qu’elle soit tombée dans la facilité de les reprendre, puis finalement, elle s’en sort de main de maître en les démolissant et rétablissant « la vérité » et mettant en avant les vraies situations à risques ou plutôt, celles qui ne le sont pas.

C’est pour moi un livre à découvrir, mettant les mots justes sur un sujet encore trop souvent tabou.

Ps : par contre, qu’est ce qu’ils ont eu en tête en mettant une couverture aussi moche, car il faut se l’avouer, ce n’est pas elle qui donnerait envie de lire le livre. Heureusement que le résumé est plus accrocheur.