Ethan, de Sylvain Silvestro

Emma et James emménagent enfin dans l’appartement de leur rêve. La jeune femme est sur le point d’accoucher de leur premier enfant et le couple nage dans le bonheur. Rapidement, des bruits étranges vont commencer à se faire entendre presque toutes les nuits. Pas de doute possible : ils proviennent de l’appartement juste au-dessus. Mais il y a un problème, car ce dernier est inoccupé depuis des années…
Pour couronner le tout, une terrible tragédie qui va tout changer s’abat sur nos deux protagonistes…

• • • • •
Auto-édité
Note personnelle : ★ ★ ★ ☆ ☆

• • • • •

J’ai lu ce livre dans le cadre du challenge Lire en Thème, et il entre dans le thème principal “une couverture rouge”, et dans les deux thèmes secondaires, à savoir un auteur auto-édité et un livre d’horreur… Cette lecture remporte donc 5 points.. 

J’ai retrouvé avec grand plaisir la plume de l’auteur, que j’avais découvert il y a peu dans Enquête paranormale 2.0 (vous trouverez ma chronique ici).
Elle est toujours aussi limpide, fluide, agréable… On n’a pas l’impression de lire un livre de fiction, mais de voir les scènes se dérouler sous nos yeux, et c’est ce que j’aime tant dans sa plume. 

Les chapitres, très courts, donnent du rythme au livre, on a envie d’en savoir plus, alors on en lit un de plus, encore puis encore… j’aime les chapitres courts dans un roman. Je ne sais pas pour vous, mais personnellement, ça me donne l’impression de mieux avancer dans ma lecture… 

Les personnages n’ont rien d’extraordinaire… Entendez par là qu’ils sont comme vous et moi… et ça aide à bien accrocher à l’histoire, s’identifier, et vivre l’histoire à travers eux. C’est comme ça que j’aime lire les livres d’épouvante, quand j’ai l’impression de moi-même vivre tout ce qui s’y passe.

Je me suis beaucoup attachée à Emma, surtout dans la première moitié du livre… je ressentais ses émotions, et je pensais que ça allait suffire à me faire accrocher au livre jusqu’au bout. 

Continuer à lire … « Ethan, de Sylvain Silvestro »

Enquête paranormale 2.0, de Sylvain Silvestro

Une histoire fantastique et angoissante qui cache une tragédie familiale. Trois amis qui ont les mêmes centres d’intérêt, se sont lancés dans la nouvelle tendance du web : mettre en ligne des vidéos d’enquêtes sur les phénomènes paranormaux. Depuis deux ans, ils écument toutes les bâtisses abandonnées de Provence avec leur matériel dernier cri. Ainsi, ils espèrent capturer des preuves de l’existence d’entités paranormales. Chacun des trois amis participe à ces enquêtes pour atteindre un objectif qui lui est propre. Un jour, ils reçoivent une proposition d’enquête différente des autres. Une proposition qui va peut-être leur amener les réponses qu’ils cherchent tant…

• • • • •
Autoédité
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

• • • • •

Est-il encore nécessaire de préciser que tout ce qui touche au paranormal, j’adore ça? Que je suis une fan inconditionnelle des chaînes youtube d’enquêtes paranormales, et que j’adore les histoires de fantômes?
Donc dans un sens, il est normal que j’aie été attirée par ce livre et sa 4e de couverture…
Mais d’un autre côté, cela me rend encore plus exigeante sur les livres qui parlent de ce sujet…

Je ne connaissais pas du tout la plume de Sylvain Silvestro… j’avais juste vu passer certains de ses ouvrages sur des groupes littéraires sur FB, mais sans plus m’y attarder (ma PAL est déjà assez grande comme ça…).
Bon, en vrai, j’ai un autre de ses livres dans ma PAL, depuis un petit temps… (qui sauf erreur de ma part, m’a été conseillé par mon amie Isa – L’antre du bonheur).

Puis en cherchant un livre qui n’avait rien à avoir, je suis tombée par hasard sur celui-ci, et je me suis dit “Pourquoi pas?”… et j’ai bien fait.

Continuer à lire … « Enquête paranormale 2.0, de Sylvain Silvestro »

Le résident, de Frédéric Livyns

Les maisons ont-elles une âme ?
Derrière leurs vieilles tapisseries usées, sous les charpentes de leur grenier, leurs murs peuvent-ils libérer d’anciennes colères, des drames oubliés ?
Alice et ses parents vont le découvrir à leurs dépens.
… Lorsque l’emprise devient cauchemar !

• • • • •
Editions Elixyria (Elixir of Ghost)
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

• • • • •

Ahhh ce livre….
Avant toute chose, clairement, parlons de la couverture que je trouve superbe… C’est typiquement le genre de couverture qui attire mon regard… une demeure hyper intrigante, où on se doute d’office que les habitants n’auront pas la vie tranquille qu’elle aspire…

On se retrouve ici face à une famille assez classique en soi, le père – Bertrand – , la mère – Delphine – et la fille adolescente – Alice-. Ils ne sont pas extraordinaires, ils pourraient être vos voisins ou vos amis… et c’est ça que j’aime… Le fait que ce soient des gens ordinaires, ça aide à s’y identifier, à se mettre un tant soit peu à leur place, et à vivre l’histoire en frissonnant pour eux… en tous cas, ça a été comme ça pour moi…

On s’attend à une banale histoire de maison hantée, mais c’est bien plus subtil que ça, …

Continuer à lire … « Le résident, de Frédéric Livyns »

The cry

Dans une petite ville côtière d’Australie, un bébé disparaît. Ce tragique évènement va alors fortement fragiliser le jeune couple que forment Joanna et Alistair. Ensemble ils voient leur mariage s’effondrer tandis que leur vie privée se retrouve exposée aux yeux du grand public…

Quand j’ai vu les extraits de cette série, j’ai eu envie de la voir.

Des parents qui font une halte dans une station service, qui laissent leur enfant en bas-âge dormir dans la voiture, car il serait dommage de le réveiller vu la journée pénible qu’ils ont passée. Deux minutes d’inattention, et quand ils reviennent l’enfant n’est plus là… Leur petit Noah n’est plus dans la voiture.
Commence alors une course folle à la recherche de l’enfant, et pour comprendre ce qui s’est passé.

Comment un enfant d’une bonne famille, de parents sérieux, aimant, peut en quelques minutes disparaître dans la nature…
Comment une mère de famille peut-elle faire face à la disparition de son fils de 4 mois ?
Quel impact a cette épreuve sur une famille ?
Autant de questions qui vont se poser au fil de la série… 

Le couple et l’enfant partaient dans de la famille… Ils ont pour cela dû passer des heures en avion, et tout le monde se souvient d’eux : Un enfant qui hurle dans un avion, parce qu’il fait ses dents, une mère de famille épuisée à essayer de calmer son petit, ça marque les esprits de ceux qui ont croisé leur route.

Au départ, les critiques vont bon train bien évidemment : qui va laisser un enfant seul dans la voiture ? Quand on y pense, c’est quand même ce que la majeure partie des gens ont directement à l’esprit ! « Comment est-ce possible ? ».

Puis au fil des épisodes, on commence à avoir des doutes, on se pose pas mal de questions…certains éléments mettent nos sens en éveil.. On se forge nos propres hypothèses…

Un peu trop facilement et rapidement, d’ailleurs. C’est là, pour moi, le point noir de cette série : même si elle est « pas mal » d’un premier abord (vous savez que les rapts et disparitions d’enfant, c’est un sujet qui me « passionne »), je trouve que certaines choses vont trop vite, sont trop évidentes à un stade trop avancé de l’enquête.

Alors oui, on a certaines certitudes, et on apprend au fil du temps le pourquoi du comment de ce qui s’est passé, mais la surprise, la découverte, l’étonnement n’y sont pas autant que je l’aurais aimé… La série en reste donc plate la plupart du temps, je trouve, sans vrais grands moments de rebondissements qui nous tiennent en haleine, c’est dommage. C’est ce qui est assez présent parce qu’on veut avoir la certitude de ce qui s’est passé, mais certains passages sont vraiment calmes… 

Jenna Coleman (Victoria) et Ewen Leslie (Alister), qui interprètent le rôle des parents du petit Noah, ont un très bon jeu d’acteurs, par contre, il faut le reconnaître. J’ai trouvé Jenna Coleman très convaincante dans ce rôle.

Cette série est à la fois un drame psychologique, face à la détresse d’une mère dont l’enfant a disparu, un suspense presque intense (si on oublie les passages trop calmes), afin de découvrir ce qui est arrivé le jour de la disparition, un drame familial face à une relation de couple qui vole en éclat et en devient douloureuse pour les deux conjoints…

Car c’est un peu ça dans ce genre de cas : le couple, ça passe en restant soudés plus que jamais, ou ça casse. Je ne suis pas certaine qu’il y ait un juste milieu dans ce genre de situations.

La série met aussi l’accent, en toile de fond, sur les dictats de la société qui font passer la maternité pour une chose merveilleuse, en occultant que ce n’est pas le cas pour tout le monde, et qu’au-delà du bonheur d’être mère, les femmes se voient porter une pression énorme en étant obligée de devenir une mère parfaite, d’être au taquet sur tous les fronts et d’assumer bien trop de choses en même temps. La charge mentale, ça vous dit quelque chose ?

Au final, la série s’est laissée regarder, j’ai apprécié,  mais elle ne me laissera pas un souvenir impérissable, malheureusement. On dira que j’ai déjà vu « mieux » sur un sujet similaire, même si je n’ai aucun titre qui ne me vient à l’esprit pour l’instant. Pourtant, elle a été nominée pour un Emmy International en 2019. Je ne sais pas, je suis peut-être passée à côté de quelque chose, mais pour moi, elle n’est pas si extraordinaire que ça.

 

[Avis de lecture] L’Accro du shopping, tome 9 : L’Accro du shopping fête Noël

L’accro du shopping est de retour, confrontée à la plus risquée des fêtes de famille : Noël. Tendre, drôle, une comédie pile dans l’air du temps.
Notre accro préférée est dans tous ses états : cette année, Noël se fera chez elle !
Et la pression monte encore quand Becky comprend qu’elle va devoir composer avec un entourage exigeant. Ses parents, nouveaux retraités tendance hipsters, rechignent à l’idée de passer les fêtes loin de leur quartier branché ; sa demi-sœur Jess ne voit aucun intérêt à ces célébrations superficielles et consuméristes et exige un menu vegan ; même son mari Luke a l’air plus préoccupé par les demandes très pressantes d’une certaine Nadine pour de curieuses affaires financières que par la course aux cadeaux.
Un rude challenge, mais impossible n’est pas Becky !
Décidée à recréer coûte que coûte la magie de Noël, Becky va faire de cette fête un événement inoubliable. Pour le pire, et surtout pour le meilleur…

• • • • •
Editions Belfond
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

• • • • •

Ahhh l’accro du shopping… je suis vraiment accro à cette saga, et pourtant, la chick lit (je pense qu’avec les Gossip Girl, l’Accro du shopping est la seule saga du genre que j’apprécie), ce n’est pas ce que je préfère.
Mais je suis vraiment sous le charme de Becky, de son caractère bien trempé, de ses parades imparables pour justifier ses achats, de sa détermination pour arriver à ses fins… 🙂

Je devais lire cet opus au moment de Noël, puis une chose en entraînant une autre… je n’ai pas pu le faire… Mais je ne pouvais me résoudre à attendre un an de plus et attendre Noël prochain pour le lire… Donc qu’importe qu’on soit déjà en février, je me suis engagée dans cette lecture…
Et quel bonheur… c’est bien entendu un gros coup de cœur.
Rien que les premières pages, les premières lignes, le premier paragraphe, ont su me donner le sourire.

Continuer à lire … « [Avis de lecture] L’Accro du shopping, tome 9 : L’Accro du shopping fête Noël »

[Avis de lecture] Les cinq règles du mensonge, de Ruth Ware

RÈGLE NUMÉRO UN
Dis un mensonge

RÈGLE NUMÉRO DEUX
Ne change pas ta version

RÈGLE NUMÉRO TROIS
Ne te fais pas prendre

RÈGLE NUMÉRO QUATRE
Ne pas se mentir les unes aux autres

RÈGLE NUMÉRO CINQ
Savoir quand cesser de mentir

• • • • •
Editions Fleuve noir
Lu en partenariat avec la maison d’édition via Netgalley
Note personnelle : ★ ★ ★ ☆ ☆

• • • • •

Typiquement, dans le début du livre, on se croirait dans un téléfilm AB3… alors n’allez pas prendre ça pour un défaut, car personnellement, je suis très bon public de ces téléfilms 🙂

4 filles que tout oppose deviennent amies en fréquentant le même internat pendant leur adolescence. Elles jouent à un jeu particulier, le jeu du mensonge, qui leur permet de remporter des points à chaque mensonge dit et cru par leur « victime ».

— Merci, mais je préfèrerais encore m’asseoir à côté des toilettes. Qu’est-ce qui t’as pris, de me raconter que miss Weatherby était enceinte ? Je lui ai envoyé une carte de félicitations, et elle a complètement pété les plombs. J’ai été consignée pour six semaines. Thea n’a rien dit, mais j’ai bien vu qu’elle se donnait du mal pour ne pas pouffer, et Kate, qui était assise dos à Helen, a articulé dix points et levé les doigts vers Thea, avec un grand sourire.

Jusqu’au jour où il y a le mensonge de trop, où les choses tournent mal…
17 ans plus tard, chacune a fait sa vie, elles ont pris des chemins différents, mais il suffit d’un appel à l’aide de l’une d’entre elles pour que tout remonte à la surface et que toutes accourent pour voler à l’aide de leur amie.

Continuer à lire … « [Avis de lecture] Les cinq règles du mensonge, de Ruth Ware »

Les cendreux, de Frédéric Livyns

2019
Quelle est donc cette mystérieuse infection foudroyante qui s’étend et que rien ne semble pouvoir arrêter ? Comment survivre dans cette ville devenue une véritable zone de guerre ? Comment résister lorsque chaque être contaminé se transforme en monstre avide de sang ? Ces créatures innommables à la peau grisâtre qu’on nomme les cendreux peuvent-elles être guéries ? Lucie tentera de rester vivante dans cette civilisation sur le point de s’écrouler, afin de faire éclater la vérité.

• • • • •
Editions Nutty Sheep
24 août 2019 – 51 pages
Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

• • • • •

Comment vous dire…
Isa m’a tellement parlé en bien de ce livre de Frédéric que je ne pouvais que le sortir en priorité de ma PAL… Pourtant, en général, je ne suis pas du genre à lire de suite un livre « parce qu’on me dit que je dois le lire »… mais je savais qu’avec l’auteur, je ne serais pas déçue….

Et comme de bien entendu, c’est un coup de cœur…

Quand on parle de virus… quand on parle de quarantaine… quand on parle d’agressivité chez les gens (dans une moindre mesure)… en ce moment on pourrait penser immédiatement au Covid… eh bien non, nous sommes dans Les cendreux…

Continuer à lire … « Les cendreux, de Frédéric Livyns »

[Avis de lecture] L’île des condamnés, de Béatrice Fronton-Patinote

Un faux jeu de télé-réalité organisé par un petit groupe de riches désabusés. Un serial killer lâché sur une île déserte avec les participants de ce jeu, naïfs, qui ne savent pas qu’ils ont été piégés. Un policier à la retraite et une jeune médium. Dans un jeu de cache cache morbide, chacun va essayer de survivre, mais tous n’y parviendront pas.

• • • • •
Editions Plumes de Marmotte
Lu en partenariat avec la maison d’édition via Netgalley
Note personnelle : ★ ★ ★ ☆ ☆

• • • • •

Ce qui m’a attirée en premier, dans ce livre, c’est sa couverture… Je serais incapable de vous dire pourquoi, mais rien qu’à la voir, j’ai eu envie de découvrir ce roman, sans même en avoir lu le résumé.
Puis j’ai lu le résumé, et il a eu vite fait de me convaincre définitivement…
Je me suis dis une fausse émission de téléréalité, une île perdue au milieu de nulle part, un tueur en série… ça promettait un huis-clos intéressant…

Ce livre est le premier roman (édité du moins) de l’auteure… et je dois vous avouer que j’en sors en demi-teinte…

Continuer à lire … « [Avis de lecture] L’île des condamnés, de Béatrice Fronton-Patinote »