Archives du mot-clé Ombres Noires

[✎] La vérité sur Frankie (Tina Uebel)

la vérité sur frankieComment un homme peut-il entraîner trois jeunes gens à vivre dans la clandestinité pendant près de dix ans ? Inspiré par un fait divers réel, ce roman est une réflexion sur la perte des repères des individus sous influence.

Christoph, Judith et Emma sont étudiants. La vie s’offre à eux… jusqu’à ce que leur route croise celle du charismatique Frankie. Ensemble, ils passent un été de rêve. Un jour, Frankie confie à Christoph qu’il appartient aux services de l’anti-terrorisme. Il a besoin de son aide. Crédule, Christoph accepte une première mission. L’engrenage est en place. C’est bientôt au tour de Judith et d’Emma de se laisser convaincre et de s’imaginer traquées. Disparaître et faire aveuglément confiance à Frankie devient la seule solution. Commencent alors des années de cavale, mais aussi de sévices physiques et psychologiques.

Le véritable Frankie, qui s’est fait passer pour un agent du MI5 (Grande-Bretagne), a été condamné à la prison à perpétuité. La police pense que toutes ses victimes n’ont pas été retrouvées.

ce que j'en ense

J’ai découvert il y a peu la maison d’éditions , et c’est une belle découverte, car leurs romans sont à la vois sombres, choc, et franchement, j’adore ça…

Une chose qui m’a directement interpellée, c’est la couverture de leurs romans, et celle-ci n’y fait pas exception. Très chargée, mais où chaque détail a sa place, où chaque chose à son importance et ramène à l’histoire… elle intrigue, et donne envie d’aller plus loin, d’ouvrir le livre pour en savoir plus…

Le style de l’auteur est vraiment particulier… On alterne entre les visions de trois narrateurs différents: Christoph, Judith et Emma. Leur point de vue personnel nous est livré de manière très fascinante, sous forme d’enregistrements audio qui nous sont livrés et retranscrits, un peu comme si on les écoutait malgré tout…

Le style d’écriture m’a beaucoup plu, c’est selon moi la plus grande force du roman (en dehors de l’histoire de fond, bien entendu). Généralement, je ne suis pas spécialement attirée par les écritures « parlées », mais là, je trouve que cette façon de faire était très plaisante et apportait beaucoup au livre.

Cette alternance de narrateur apporte aussi un regard très critique sur l’histoire… car les différentes interprétations et les différentes visions des choses ne sont pas toujours similaires… Les infos des uns viennent parfois nous en dire plus sur ce que l’on a déjà appris, mais parfois, au contraire, démolir complètement la version précédente. Cela donne une bonne dynamique au roman, car le lecteur est malgré tout « actif » pour essayer de démêler le faux du vrai, voir qui a raison, qui a tord, et comment le tout s’est réellement passé.

Point de vue de l’histoire… tant le fond que la forme sont magistralement orchestrés. En effet, on a l’impression que l’on assiste à l’enregistrement d’une part, et par le témoignage, on n’a aucune peine à s’imaginer les évènements comme s’ils se déroulaient sous nos yeux. Tout y est criant de vérité, est très réaliste, et le principe de l’enregistrement renforce l’impression d’authenticité.

J’ai apprécié que malgré l’alternance narrative, la chronologie du récit soit respectée, ce qui fait que l’on n’est pas perdus dans l’histoire et que tout conserve une certaine logique…

Les personnages, on ne peut que s’y attacher… Tous sont crédibles, et on se sent proches d’eux par le fait qu’on a l’impression de converser avec eux. On apprend à les connaître, à  cerner leur personnalité (même si pas assez à mon goût, mais bon), et on compatit.

On fait aussi la connaissance de Frankie, bien sûr… Ce qui est surprenant, c’est qu’en soi, ce n’est finalement qu’un homme ordinaire, mais qui parvient à leur retourner le cerveau de manière vraiment effrayante… Car Christoph, Judith et Emma n’ont pas l’air spécialement débiles, je veux dire, ils ont l’air sensés, donc comment cet homme a –t-il pu ainsi les manipuler? Comment n’ont-ils pas ouvert les yeux plus tôt? Comment ont-il pu se laisser entraîner dans l’impensable sans réagir?

Ce qui rend le livre sombre et flippant à mes yeux, c’est que les protagonistes, qu’ils soient d’un côté ou de l’autre de la barrière,   sont des gens comme tout le monde, qu’ils pourraient être un de nos voisins, de nos amis, et que l’on ne se rendent compte de rien…

En conclusion, je dirais que ce roman intrigue, choque, interpelle et fait réfléchir. Contre toute attente, c’est un gros coup de cœur, je ne m’attendais pas à ça…

Je vous le conseille vivement, car il donne à réfléchir sur le pouvoir de manipulation et, à l’opposé, la facilité qu’ont certaines personnes à se laisser convaincre et pousser à faire n’importe quoi, à la manière des disciples d’un gourou…

lectures communes challenges

encore quelques infos

lu en part avec la ME

d'autes l'ont lu

Logo Livraddict 

 

[✎] Dans le ventre des mères (Marin Ledun)

dans le ventre des mères

Janvier 2008. Une explosion anéantit un village ardéchois. Dans un décor apocalyptique, les sauveteurs exhument un charnier. Les cadavres, véritables cobayes humains, ont subi des mutations génétiques. Une femme apparaît dans les décombres : Laure Dahan, 29 ans. Ses jours sont comptés. Son obsession : sa fille qu’elle n’a jamais connue. Elle doit la mettre à l’abri avant qu’il ne soit trop tard. Pour cela, elle est prête à tout et n’hésite pas à semer la désolation sur son passage. Les meurtres se succèdent, mystérieusement reliés, au fil de l’enquête du commandant Vincent Auger. De Grenoble à Berlin, de Zagreb à la Sicile, une course-poursuite s’engage entre Laure et Vincent. Quel rapport entre elle et les cobayes humains ? Dans un monde où s’effritent les frontières entre le bien et le mal, Vincent Auger devra choisir son camp.

ce que j'en ense

La première chose qui m’a interpellée dans ce livre, c’est sa couverture… Brutale, forte, atypique surtout, … La photo scindée de l’enfant sans visage, armé de surcroît  cela inquiète et intrigue.

Elle m’a attiré l’œil, et m’a incitée à aller voir plus loin…

Ce flou aussi présent renforce l’ambiance  limite glauque, ce qui correspond finalement bien au contenu du livre…

Je dois avouer que ma toute première impression concernant le livre, ça aurait été de ne pas le qualifier de polar mais de science fiction… car ce qu’on lit à l’air sorti tout droit de l’apocalypse et de l’imagination débordante de l’auteur… Mais au fur et à mesure qu’on avance dans le livre, on comprend l’enjeu, on suit l’enquête, et on se dit « finalement, oui, on voit où l’auteur voulait en venir avec son polar« .

 Le style de l’auteur est  vraiment agréable… il est percutant, direct… Les mots sont forts et agressifs parfois, mais bien à propos…

On est face à une narration à la troisième personne… Je dois dire que j’ai trouvé ça un peu dommage.. j’aurais aimé une alternance avec une narration à la première personne qui aurait renforcé le lien avec les personnages.

On entre directement dans le vif du sujet… l’action est présente dès les premières pages, pour donner le ton… Et à partir de ce moment là, on est dans le suspense total, doublé d’un doigt de « folie scientifique » sur fond de manipulations génétiques, d’horreur et de massacres.

L’histoire est très prenante… pour vous dire, généralement, au retour du boulot, sur un trajet d’1h10, je lis 10 minutes et m’assoupis… Là, j’ai commencé le livre sur le quai de la gare de départ, et n’en ai décroché qu’au moment de descendre du train… Pour peu, je ratais mon arrêt tant j’étais dans l’histoire. Elle est vraiment très addictive. Je n’ai pas constaté de longueurs, pas de temps mort, chaque chapitre apportant sa pierre à l’édifice dans l’ascension de l’histoire.

Point de vue des personnages, j’ai regretté de ne pas réussir à plus m’attacher à eux, ou à un en particulier. Je suis restée spectatrice de l’histoire sans m’impliquer avec eux…

Laure, on la découvre déterminée,  forte même si fragilisée par son état… un peu perdue. A la recherche de sa fille qu’elle n’a pas connue, elle est prête à tout risquer. Sa détermination n’a d’égal que dans l’amour qu’elle porte à sa fille malgré tout.

Vincent Auger est un individu complexe. Sa vie professionnelle lui tient à cœur et cette enquête l’écœure au vu de l’horreur devant laquelle il se trouve. En plus de ça, il se trouve dace à des difficultés dans sa vie personnelle, ce qui ne lui facilite pas les choses. Sa compagne est très « omniprésente », étouffante et maladivement dépendante. Ça ne l’aide pas. J’ai malgré mon manque « d’attachement » beaucoup apprécié ce personnage.

En conclusion, je dirais que ce roman est une étrange chose par le contexte, l’ambiance générale… Mais j’ai adoré ça. On est dans un polar hors du commun, dans une enquête addictive et vraiment bien  amenée.

Je remercie les éditions  de m’avoir permis de découvrir ce roman d’un auteur que je ne connaissais pas du tout, mais que j’ai hâte de découvrir dans d’autres ouvrages, pour le coup.

lectures communes challenges

encore quelques infos

lu en part avec la ME

d'autes l'ont lu

Logo Livraddict