Archives du mot-clé Robert Laffont

[YA] Cruelles (Cat Clarke)

Cruelles
Cat CLARKE

Editions Robert Laffont
2013
417 pages

Lors d’un séjour avec sa classe en Ecosse, Alice et sa meilleure amie Cass sont coincées dans une cabane avec Polly, l’asociale de service, Rae, la gothique aux terribles sautes d’humeur et Tara, la reine des pestes. Populaire, belle et cruelle, cette dernière prend un malin plaisir à humilier les autres. Cass décide qu’il est grand temps de donner à Tara une leçon qu’elle n’est pas prête d’oublier. Va alors se mettre en marche une succession d’événements qui vont changer la vie de ces filles à jamais.

ce que j'en ense

5 - un ptit coup de coeur pour cette lectureQu’on se le dise, ce livre est un énorme coup de coeur… Je l’ai dévoré à une vitesse pas possible, et je regrette presque qu’il ne soit pas plus long…

L’écriture est simple, sans chichi, mais fait à merveille passer le message. J’ai beaucoup aimé les aller-retours entre le présent et le passé, qui permettent de ne pas tout découvrir d’un coup, et ainsi renforcer la tension tout au long du roman.

L’histoire nous est racontée par Alice, une des protagonistes… On voit donc toute l’histoire au travers d’elle, de ses yeux, et cela renforce le côté émotionnel. Je l’ai vraiment trouvée très appréciable, même si elle est, au bout d’un moment, totalement dépassée par les évènements et ne comprends plus trop ce qui lui arrive.

Les personnages sont très attachants… On ressent tellement bien ce qu’ils vivent qu’on ne peut pas faire autrement que de les prendre en pitié, pour certains, et les détester, pour d’autres. Car oui, certains (une en particulier) ont vraiment une attitude détestable tout au long du livre (je ne vous dit pas laquelle, je préfère vous laisser le découvrir.) Cependant, on apprend à bien les connaître, à découvrir leur caractère, et de voir à quel point cet évènement marquant les a changées.

L’atmosphère est très lourde… car en effet, garder un secret pèse beaucoup, et cela se ressent tout au long du livre… cela donne une impression d’oppression qui est limite insoutenable, parfois, on se demande comment elles tiennent le coup, si l’une d’entre elles va faire un faux-pas, …

Mais ce qui renforce aussi la tension, c’est que les actes nous sont magnifiquement décrits, que ce soit dans leur horreur par rapport aux faits en eux-mêmes, ou par rapport aux émotions de remords, de peur, de libération, … Il y a dans ce livre un réalisme effrayant, tant on a de facilité à se représenter les scènes et les émotions des différents personnages.

Le livre prend vraiment le lecteur dans ses filets, car une fois dans l’intrigue, difficile de lâcher prise. Je l’ai lu quasi d’une traite, ce qui est très rare ces derniers temps… On n’a qu’une envie, découvrir la vérité, connaître la suite, savoir ce qui va se passer… On est vraiment tenu en haleine.

Un livre vraiment étonnant, que je vous conseille vivement… Un gros coup de cœur auquel je ne m’attendais pas du tout… Une très belle réussite qui me donne envie de découvrir d’autres livres de cet auteur.

d'autes l'ont lu

     

 

[✎] Night School, tome 1

Night school, tome 1

Qui croire quand tout le monde vous ment ?

Allie Sheridan déteste son lycée. Son grand frère a disparu. Elle vient d’être arrêtée. Une énième fois. C’en est trop pour ses parents qui l’envoient dans un internat aux règles quasi militaire.
Contre toute attente, Allie s’y plaît. Elle se fait des amis et rencontre Carter, un garçon solitaire et ténébreux, aussi fascinant que difficile à apprivoiser…
Mais l’école privée Cimmeria n’a vraiment rien d’ordinaire. L’établissement est fréquenté par un fascinant mélange de surdoués, de rebelles et d’enfants de millionnaires. Plus étrange, certains élèves sont recrutés par le très discrète « Night School », dont les dangereuses activités et les rituels nocturnes demeurent un mystère pour qui n’y participe pas.
Allie en est convaincue : ses camarades, ses professeurs, et peut être même ses parents, lui cachent d’inavouables secrets. Elle devra vite choisi à qui se fier, et surtout qui aimer.

ce que j'en ense

Je dois dire que la lecture de ce livre me laisse un peu perplexe…

Dans un premier temps, il faut savoir que j’ai adoré ma lecture, et que sans aucun doute, je lirai la suite car l’auteure a su aiguiser ma curiosité… Mais malgré tout, je l’ai trouvé « plat »… Je vous expliquerai tout ça un peu plus loin…

Le style de l’auteur est vraiment génial… Il a le don de nous emporter dans l’histoire dès le départ, d’une plus aisée, simple, mais efficace. Elle manie avec brio le fait de laisser une grosse zone d’ombre sur le récit.

Ce qui m’a déçue? Le manque d’action… Alors oui, il y a eu des péripéties, des petits rebondissements, ça, je vous le concède, mais il n’y a pas eu LA grande révélation, LE gros chamboulement… ou du moins, je m’attendais à mieux… A moins qu’à force de lire des livres « de ce genre », je sois blasée… je ne sais pas trop… Mais en tous cas, le spectaculaire et l’incroyable m’a manqué… J’espère le trouver dans le prochain tome…

La fin est certes un peu plus « mouvementée », et ouvre plein de perspectives quant au second tome.

Maintenant, c’est peut être là la « technique » de l’auteure pour tenir son lecteur en haleine que de tout base sur le mystère plus que sur l’action… si c’est le cas, c’est réussi…

Point de vue des « décors »… je pense que j’aurais adoré être dans un environnement tel que celui de Cimmeria durant mon adolescence (la magie et les problèmes en moins, cela va sans dire)… Une espèce de manoir perdu au milieu de la nature… le rêve… Et ce qui ne gâche rien, c’est que le livre nous rend bien les lieux, à savoir que l’on a vraiment bien l’impression de s’y promener, de découvrir les lieux « en vrai »…

Les personnages nous sont présentés, dans un premier temps, assez rapidement, mais on apprend à les connaître tout au long de l’aventure.

J’ai adoré celui de Allie, car   elle est à la fois fragile sous son apparence forte, mais elle reste surtout fidèle à elle-même… Elle est clairement un ado à problème, d’ailleurs au départ, pour peu, on lui filerait une bonne claque pour lui remettre les idées en place… Alors oui, elle a des circonstances atténuantes vu le drame arrivé à sa famille (la disparition de son frère ainé), mais de là à virer ado rebelle et délinquante… Du coup, en dépit, ne sachant plus quoi faire, ses parents décident de l’envoyer à Cimmeria…

Même si au départ, elle est contre cet endroit « bizarre » où ses parents l’ont inscrite, je trouve qu’elle s’y fait drôlement vite quand même… Elle parvient assez bien, point de vue des filles, à voir qui sont celles à éviter… (pour les garçons, c’est une autre histoire, mais bon…). Même si elle reste méfiante et un tant soit peu sur ses gardes, elle prend rapidement ses marques.

Une fois dans son nouvel environnement, elle n’est plus vraiment celle qu’on nous dépeint au départ, et on se dit que finalement, la solution n’était pas compliquée pour qu’elle se sente bien… il fallait juste la mettre au bon endroit, dans un lieu « fait pour elle ». Elle parviendra même à décupler ses forces morales, pour ne pas se décourager devant la méchanceté de certaines, les évènements troublants, et les « abandons d’amitiés »…

J’ai détesté le personnage de Sylvain, son côté « je suis irrésistible mais tu ne le sais pas encore », ça m’a franchement exaspérée…

Carter, par contre, j’ai adoré ce personnage… le côté rebel, bad boy et considéré comme étant à éviter comme la peste… tout ce que j’aime… J’ai toujours eu de l’affection pour le côté « vilain petit canard », que voulez vous.

Les personnages ont un côté mystérieux prépondérant dans l’histoire, et l’auteure aime se jouer du lecteur en le faisant douter tantôt de l’un, tantôt de l’autre… J’ai adoré ça…

Ce n’est pas vraiment un coup de cœur, mais cela s’en rapproche grandement… J’ai longtemps hésité, c’est pourquoi je le mets à mi chemin entre le très bon livre et le coup de coeur…

Vivement le second tome pour aller plus en profondeur de ce que l’on a appris dans ce premier opus.

lectures communes challenges

  

d'autes l'ont lu

Logo Livraddict     

[✎] Starters, tome 1

Titre: Starters, tome 1
Auteur: Lissa Price

Genre: Fantastique

Maison d’édition: Robert Laffont
Année d’édition: 2012
Nombre de pages: 449 pages
Prix: 17,15 €

Dans un futur proche : après les ravages d’un virus mortel, seules ont survécu les populations très jeunes ou très âgées : les Starters et les Enders. Réduite à la misère, la jeune Callie, du haut de ses seize ans, tente de survivre dans la rue avec son petit frère. Elle prend alors une décision inimaginable : louer son corps à un mystérieux institut scientifique, la Banque des Corps. L’esprit d’une vieille femme en prend possession pour retrouver sa jeunesse perdue. Malheureusement, rien ne se déroule comme prévu… Et Callie réalise bientôt que son corps n’a été loué que dans un seul but : exécuter un sinistre plan qu’elle devra contrecarrer à tout prix !

Un livre très original, avec une intrigue intéressante, surprenante, des personnages attachants…

J’avais lu beaucoup de positif autour de ce livre, et honnêtement, après plusieurs déceptions suite à la lecture de livres qui faisaient le Buzz, je me méfiais…

Mais au final, la découverte fut assez bonne, j’ai vraiment adoré cette lecture… Une fois le livre commencé, je l’ai lu quasi d’une traite, avec juste une bonne nuit de sommeil entre mes deux phases de lecture… mais dès le réveil, j’ai repris ma lecture pour profiter du calme de la maison pour savoir la suite… c’était vraiment addictif

Le style de l’auteur est agréable, simple, et permet de s’intégrer directement au roman… Malgré tout, certains passages restent un peu décousus ou brouillon, dans le sens où des éléments d’explications manquent… cela ne gène pas la lecture en soi, mais cela donne un gout d’inabouti… Peut-être en saura-t-on plus dans le second tome? Je l’espère vivement…

A côté de ça, une narration à la première personne qui permet d’être en phase avec le déroulement de l’histoire et de la « vivre » soi-même, un rythme entraînant et qui donne envie d’en savoir toujours plus en empêche de lâcher le livre en cours de lecture, … Ajoutez à ça des descriptions présentes mais pas lourdes

Le point positif du style de l’auteur est aussi sa maîtrise du dialogue, je trouve,… ils permettent de donner un autre souffle au récit, et de surprendre le lecteur…

L’histoire est vraiment époustouflante… A vrai dire, elle est à la fois fascinante et effrayante

On apprend très vite le but de la Banque des Corps:

 » L’horreur de la situation devient brusquement très réelle. Je m’imagine des vieux Enders flippants, rongés par l’arthrose, se payant le corps de ce Starter pendant une semaine. Sept longues journées passées dans sa peau… »

Il faut quand même avoir une sacrée imagination pour imaginer une telle situation, une telle dérive…

J’ai aimé le fait que l’on puisse facilement faire le rapprochement entre l’univers de Starters et notre monde réel

« Je consulte CamPages. On peut y créer son profil pour publier des trucs en ligne. Les narcissiques y font en live le récit détaillé de leurs journées en ajoutant parfois des hologrammes. Les plus accros ne se déconnectent jamais… « 

Cela permet d’être plus impliqués encore dans l’histoire, car cela lui donne un côté plausible et réaliste qui m’a vraiment plu…

 Tout au long du récit, on devient de plus en plus accro, car l’histoire monte en intensité et en « horreur »… pas de l’horreur de film d’épouvante, mais de l’horreur devant tant de monstruosité, de dérives de la science, d’inhumanité…  L’auteure manie bien tant l’action que le suspense.

La fin du livre fait d’ailleurs l’effet d’une bombe, faisait des révélations spectaculaires et hallucinantes… Pour la plupart, je n’ai rien vu venir et était vraiment bouche bée en les lisant.

Point de vue des personnages, on y retrouve les Starters (personnes en « début de vie ») et les Enders (personnes en « fin de vie », ou plutôt, les personnes âgées, pouvant vivre jusque 200 ans, voire plus).  Entre les deux, il n’y a plus grand monde… la majeure partie de la population a été décimée suite à une guerre et les spores meurtriers qui ont tué tous ceux qui n’ont pas pu profiter des vaccins…

 Dans les starters, il y a aussi des différences… il y a les nantis, ceux qui ont la richesse, un toit au dessus de la tête, et surtout, leur famille… Les autres sont les alliés… ceux qui essaient de s’en sortir comme ils peuvent… (ceux qui n’y arrivent pas se retrouvent dans « les perdus« , survivant dans les rues dévastées… Mais au delà de ça, je n’ai pas trop compris la différence entre les deux, à part plus de « férocité » de la part des perdus)

Le personnage de Callie, starter, est fascinant… Elle est à la fois si fragile et si forte ! J’ai aimé voir la manière dont elle parvient à gérer chaque situation importante, mais plus difficilement les plus simples… Son amour pour son frère est sans borne… Elle prend son rôle de protectrice très à coeur, et cela la rend très mature et réfléchie. Elle ne se démonte pas facilement, quelle que soit la situation à affronter. On ne peut que la prendre en sympathie, et vivre l’aventure en même temps qu’elle (elle est d’ailleurs la narratrice).

Son frère, Tyler, est mignon comme tout… Il est vraiment attendrissant et est la « pause douceur » de ce roman…

J’ai eu, au départ, beaucoup de mal avec le personnage d’Hélène… C’est une des personnes qui va louer le corps de Callie. J’ai mis presque tout le livre pour arriver à la cerner, la comprendre, et au final l’apprécier.

Il y a aussi le personnage de Blake qui, bien qu’étant surprenant du début à la fin du roman, m’a particulièrement plu… Lui aussi est un personnage qui réserve son lot de surprises dans l’histoire…

Si on a  la chance de pouvoir en apprendre assez sur les personnages, il n’en est malheureusement pas de même en ce qui concerne la manière dont les choses en sont arrivées là… ce n’est pas dérangeant en soi pour comprendre l’histoire, mais c’est un peu dommage…

Par exemple, j’aurais aimé en savoir plus sur cette Guerre des Spores, qui l’a commencée, pourquoi, comment, dans quel but? Pourquoi cela ne touche que les States? Pourquoi les autres pays restent-ils de marbre devant ce qui s’y passe?

Comme beaucoup de dystopies, pour ne pas dire toutes, celle-ci pousse énormément à la réflexion sur l’avenir, et les limites de la science… C’est vraiment ce que j’aime dans ce genre de livre… ils procurent à la fois le plaisir d’une histoire agréable, mais également pousser le lecteur à s’interroger au delà de l’histoire… Parce que même si au départ, on se dit « que c’est inimaginable », au fur et à mesure de l’histoire, on se dit « mais qui nous dit que cela n’arrivera pas un jour? », qui nous dit que l’on arrivera jamais dans une telle société où l’argent permettre d’acheter tout, y compris une seconde jeunesse… C’est vraiment flippant.

 Une chose est certaine, j’ai bien hâte de lire la suite…

 

[✎] Starters, tome 0 : Portrait d’un starter

Titre: Starters, tome 0
Auteur: Lissa Price

Genre: Fantastique

Maison d’édition: Robert Laffont
Année d’édition: 2012
Nombre de pages: / ebook
Prix: téléchargeable gratuitement ici… ou sur le site Starters.

Une nouvelle exclusive pour découvrir l’univers de la série événement STARTERS, la nouvelle étoile noire de la dystopie.

Dans un futur proche : après les ravages d’un virus mortel, seules ont survécu les populations très jeunes ou très âgées : les Starters et les Enders. Réduite à la misère, la jeune Callie, du haut de ses seize ans, tente de survivre dans la rue avec son petit frère. Elle prend alors une décision inimaginable : louer son corps à un mystérieux institut scientifique, la Banque des Corps…

  Court, mais sympa… Cela introduit bien le premier tome de la saga… On fait lentement connaissance avec les personnages et les lieux.

Cet avis va être très court, car ce titre l’est aussi…

Si vous désirez lire cette nouvelle, je vous la conseille juste avant de lire Starters, car la lire après la lecture du roman, cela ne vous apportera rien du tout, à vrai dire, et vous n’y prendrez probablement aucun plaisir.

Le fait de la lire avant, par contre, est très intéressant, car cela permet de faire une première incursion dans l’univers du roman, et d’apprendre déjà à connaître les différents protagonistes principaux. On y fait la connaissance de Callie, Michaël et Tyler, entre autres.

Les personnages nous sont présentés de telle manière qu’on s’y attache automatiquement… en tous cas, c’est ce qui s’est passé avec moi.

On y apprend brièvement ce que sont les Starters, les Enders, les Marshalls, les Perdus, les Alliés, …

Les lieux nous sont sommairement mis en place,… on voit l’état de la société, des lieux… Starters est en effet une dystopie qui se déroule aux États-Unis, dans un Beverly Hills dévasté par une guerre et dont la population a été partiellement décimée…

On fait également la connaissance avec la « Banque des corps » de Prime Destinations…

La nouvelle s’arrête là où commence le roman… à savoir, au moment où Callie est à l’intérieur des bureaux de la Banque des corps.

La différence aussi, c’est qu’alors que Starters est écrit de manière à nous raconter l’histoire du point de vue de Callie, Portrait d’un starter nous raconte les choses vues par Michaël, son meilleur ami…

Quoi qu’il en soit, elle permet, en quelques pages, de se familiariser avec la plume de l’auteure, qui est simple, mais efficace, fluide et très agréable.

Je l’ai trouvée en tous cas très intéressante à lire, car elle permet une bonne mise en bouche du roman, et donne envie de connaître la suite…

Donc si vous avez Starters dans votre PAL, n’hésitez pas à télécharger cette nouvelle…

 

[✎] En finit-on jamais d’aimer ceux que l’on aime

Editions Robert Laffont
Publié en 2011 ~ Langue : Française ~ 198 pages
 
Un livre qui me laisse un peu entre deux avis… Je ne manquerai pas de le relire en d’autres circonstances…

L’histoire:Ils se sont tant aimés, et tant déchirés… Vingt-cinq ans plus tard, ils se retrouvent. Deuxième chance ? Illusion ? Douce-amère comme un air de jeunesse, une comédie romantique optimiste et résolument moderne sur l’amitié, le temps qui passe, les coeurs qui battent…

Pauline & Guillaume, Élisabeth & Pierre, Benjamin, Olivier… Dans les années 80, ils étaient inséparables, de ces amitiés qui se nouent à l’aube de l’âge adulte et qui durent pour la vie, même quand la vie nous fait prendre des chemins différents. Vingt-cinq ans plus tard, à l’heure des premiers bilans de la cinquantaine, Pierre et Élisabeth ne savent plus pourquoi ils sont toujours ensemble ; Benjamin papillonne comme un éternel ado, Olivier tire sa révérence. Et Pauline… Contre toute attente, Pauline retrouve Guillaume, le seul à s’être clairement éloigné de tous les autres. Ils ont tellement joué « je t’aime moi non plus » tous les deux, et ça s’est si mal terminé… Espérer contre l’évidence, les statistiques, les leçons du passé, bref la raison la plus élémentaire, que vingt-cinq ans plus tard les mêmes causes ne produisent pas les mêmes effets : Pauline a conscience de son inconscience. Mais le coeur a ses raisons, etc. Le coeur a ses secrets, aussi : pour ne pas réveiller les démons du passé, Guillaume demande à Pauline de taire leur histoire. Vouloir garder un tel secret devant ceux qui vous connaissent le mieux et qui vous ont ramassée en miettes après la rupture, c’est une gageure. Presque aussi risquée que de ne pas tourner le dos à cette deuxième chance que lui offre la vie. D’ailleurs, Pauline n’est plus si sûre de vouloir la saisir…Avec comme fil rouge l’histoire de Pauline & Guillaume, une histoire d’aujourd’hui qui nous tend, avec humour et tendresse, le miroir de toute une génération.

Mon avis:
Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce livre est intemporel…il s’agit d’histoires de la vie de tous les jours, de tous temps, de toutespériodes…et qui pourraient arriver à n’importe qui de notre entourage, … ou à nous-mêmes.
Car oui, c’est bien de cela dont il est question ici, … de lavie… tout simplement. Il pose pas mal de questions sur des sujets actuels, que cesoit l’amour, les joies et les peines qui en découlent, les difficultés de lavie face à cet amour, mais aussi l’amitié et ses conséquences, les secrets, révélations,etc.
Les personnages? Ils sont tout simplement comme vous et moi… carce pourrait être la vie de tout un chacun qui nous est racontée dans ce livre…Ils sont réalistes, on pourrait presque aisément reconnaître en chancun d’eux un membre de notre entourage… 
J’ai trouvé un peu dommage que le livre soit autant axé surPauline…
Le style de l’auteur est agréable, des phrases simples mais quifont mouche, …
Un grand plus? Un changement de caractère typographique pourpermettre au lecteur de bien différencier ce qui se passe dans le présent etdans le passé. C’est plaisant, car en général, si la distinction n’est pasclairement établie, je perds vite le fil de l’histoire…
Les histoires me mêlent et s’emmêlent.. ce qui m’a un peu déçudans le fond, c’est de me retrouver dans un univers si proche de la « vieréelle »… je n’ai pas réussi à m’évader à l’aide de ce roman.  
De plus, je dois reconnaître que la couverture, quant à elle, nem’attire pas du tout… ils auraient pu trouver beaucoup mieux et moins »criard », moins agressif, et plus dans le ton de l’histoire, maissoit, il ne s’agit là que d’une question de point de vue.
Je dois bien avouer que d’ordinaire, ce genre de livres melaisse totalement indifférente, je ne les regarde même pas généralement… maisici, quand je l’ai vu sur Livraddict, le titre m’a charmé… intrigué… Je me suisposé cette question en boucle pendant toute l’attente de réception de ce roman,d’ailleurs.et d’autres questions sont venues s’ajouter en cours de lectures…
 
Finalement, un avis en demi teinte pour cette lecture… car cettedernière en fut agréable, mais malgré tout, l’histoire m’a laissée un peuperplexe par sa simplicité, c’est difficile à expliqué…
Enfin, si, cela s’explique sans doute par mon état d’espritactuel…
Je vousen conseille cependant la lecture, car je suis certaine que si vous aimez leshistoires « de tous les jours », vous allez adorer…
Livre lu en Service Presse en collaboration avec Livraddict et les Editions Robert Laffont